Drone FPV : le guide ultime pour acheter le bon modèle

Vous avez fini de vous entraîner avec votre mini-drone et aimeriez passer à la vitesse supérieure ? Le FPV vous attire particulièrement ? Alors ce guide est fait pour vous. Nous y aborderons de nombreuses facettes du hobby afin que vous puissiez choisir le multirotor de vos rêves.

Le FPV, c’est quoi ?

Si vous êtes sur cette page, vous avez déjà probablement une idée de ce qu’est le FPV. Mais un petit rappel ne fait jamais de mal. Ce terme anglais signifie First Person View ou “vue à la première personne” dans notre langue. Rapporté aux drones, le concept consiste donc à utiliser une caméra pour filmer un vol comme si vous étiez dans l’appareil. Par abus de langage, on mélange souvent le FPV et le vol en immersion qui consiste à utiliser un récepteur vidéo lié à la caméra embarquée. Les images sont ainsi retransmises au pilote en temps réel grâce à des lunettes ou un masque. Les drones de course sont souvent associés au FPV, bien que pour eux le terme exact soit bien “vol en immersion”.

Mais un pilote qui filme tranquillement avec son multirotor sur un système sans retour vidéo fera aussi du FPV, puisque sa caméra enregistrera ce que voit le drone. Les images seront justes visionnées une fois de retour au sol. La différence est donc subtile. C’est pourquoi ce guide d’achat sera séparé en deux parties. La première sera consacrée aux engins servant aux prises de vues aériennes, la seconde aux drones qui permettent un vol en immersion. Pour terminer, je vous donnerai quelques conseils pour choisir votre équipement FPV.

Les meilleurs drones FPV pour les photos aériennes

Auparavant destinés aux professionnels, les multirotors dotés de caméras pour les vues aériennes se répandent comme une traînée de poudre auprès du grand public. Voici cinq modèles pour tous les budgets.

DJI Mavic Pro

On ne le présente plus, c’est la Rolls Royce des drones grand public avec caméra embarquée. Conçu par le chinois DJI, ce magnifique appareil est un vrai concentré de technologie, d’où son prix élevé de 1200€ pour le pack de base. Ce multirotor à bras pliables (comme ces drones pliants) bénéficie d’un design acéré lui donnant un air de requin. Sous son nez est placé une caméra fixée sur une nacelle stabilisée à 3 axes. Elle peut filmer en 4K à 30 images par secondes, ce qui offre indéniablement des vidéos FPV de toute beauté.

Drone DJI Mavic Pro

Le petit engin offre aussi de nombreuses aides au pilotage ainsi qu’un système de détection d’obstacle. Sachant que la radiocommande a une portée de 7 km, ce genre de technologie est la bienvenue une fois hors de vue ! Ajoutez à ça une autonomie de 27 minutes et un mode sport permettant au drone de voler jusqu’à 64 km/h, vous aurez entre vos mains un superbe multirotor pour le FPV. Il peut même servir aux vols en immersion grâce au casque de DJI. Commercialisé à 500€ environ, ce masque permet même de contrôler l’orientation de la caméra avec les mouvements de la tête. Le Mavic Pro s’impose donc comme le ténor des drones FPV, mais votre budget devra être conséquent.

Voir l'offre

GoPro Karma

Retardé lors de sa sortie à cause de problèmes de conception, le Karma est néanmoins un excellent quadricoptère pour les prises de vue aériennes. En même temps, il aurait été étonnant que GoPro rate son coup en matière de vidéo embarquée ! L’appareil volant ressemble fortement au Mavi Pro avec ses bras pliables. Il a cependant une caractéristiques qui le démarque : sa nacelle stabilisée peut se retirer à volonté. Le pack de base à 999€ ne comprend pas de caméra, mais la nacelle est compatible avec la GoPro Hero 4 et la Hero 5. Un pack permet d’avoir la caméra incluse si vous n’en possédez pas.

Drone GoPro Karma

Le Karma embarque cependant moins de technologie que son concurrent chinois et offre des spécifications un peu moins bonnes. L’autonomie n’est que de 20 minutes et la portée maximale de 3000 m. Il y a cependant de quoi déjà bien s’amuser grâce aux vidéos 4K et la radiocommande qui offre un retour vidéo en temps réel. Il offre de nombreuses options pour contrôler la caméra FPV à distance. C’est donc un excellent choix qui vous permettra d’avoir un drone FPV complet avec de nombreux accessoires pour la somme de 1399€ (pack avec caméra GoPro Hero 5).

Voir l'offre

Parrot Bebop 2

Le Bebop 2 est un multirotor français qui démontre que notre beau pays sait faire de belles choses avec la technologie. Ce petit drone embarque une caméra à l’intérieur de la canopée et non pas sur une nacelle. Cette dernière filme en 4K, mais découpe l’image en 1080p afin d’obtenir une image stable. Pesant seulement 500 grammes, le petit appareil peut voler jusqu’à 25 minutes, en intérieur comme en extérieur.

Drone FPV Parrot Bebop 2

Le drone de Parrot est équipé d’un GPS et d’une système Follow Me qui permet de vous filmer dans vos mouvements sans avoir à tenir le smartphone. Le pack de base ne contient en effet pas de radiocommande, ce qui limite fortement la portée du quadricoptère. Il existe cependant des packs contenant une radiocommande (le Skycontroler) et même des lunettes pour le vol en immersion. Malgré son âge avancé, ce drone Made in France reste un excellent choix pour faire des vidéos depuis les airs. Son prix a de plus bien baissé, passant à 449€ de base. Comptez tout de même 799€ pour le pack complet contenant la sacoche, les lunettes d’immersion et la radiocommande.

Voir l'offre

Hubsan X4 H109S

Le H109S m’avait particulièrement convaincu lors de mon test. Provenant de Chine, ce drone existe en diverses versions : avec nacelle 1 axe ou 3 axes. L’engin n’est certes pas aussi beau que ses concurrents plus haut de gamme, mais assure très bien les fonctions basiques d’un quadricoptère FPV. Sa caméra filme en 1080p et permet d’enregistrer les vidéos directement sur une carte micro-SD. La radiocommande possède un petit écran LCD qui offre un retour vidéo en temps réel ainsi que la télémétrie.

Drone Hubsan H109S

Le quadricoptère offre quelques assistances bien utiles comme le retour automatique ou le maintien en stationnaire grâce au GPS. Sa portée maximale est de 1500 m, ce qui est déjà très bien pour un engin dont le prix ne dépasse pas 500€. C’est un excellent choix pour débuter dans les prises de vue sans trop se ruiner.

Voir l'offre

Visuo XS809W

Voici maintenant un petit multirotor avec caméra dont le prix ne dépasse pas 50€. Bien évidemment, vous vous doutez que pour cette somme les fonctions seront réduites au strict minimum. Il embarque ainsi une toute petite caméra de 0.3 MP qui se contente de filmer en 480p. La portée est limitée à une centaine de mètres seulement. Il reste cependant possible d’avoir un retour vidéo via wifi sur le smartphone, une attache étant prévue à cet effet sur la radiocommande.

Drone FPV Visuo XS809W

Le Visuo se distingue grâce à ses bras pliables et son autonomie assez élevée (environ 9 minutes), des éléments rares dans cette gamme de prix. Les vidéos et clichés pris sont de qualité médiocre, mais seront suffisant pour vous amuser sans éclater le budget. Petit bonus : il a un look très proche du Mavic Pro, ce qui en fait un très joli mini-drone FPV.

Voir l’offre

Les meilleurs drones pour le vol en immersion

Après les photos aériennes, il existe une autre catégorie de drones qui permet de “faire du FPV” ou plutôt du vol en immersion. Ces petits engins sont avant tout prévus pour la course et la voltige. Les pilotes utilisent alors des lunettes ou des masques qui retransmettent en temps réel ce que voit la caméra du multirotor. Le pilotage de tels engins requiert une bonne dose de savoir-faire ainsi que l’achat de matériel supplémentaire comme des batteries, des radiocommandes et des récepteurs vidéos (écran, masque ou lunettes).

Il existe des centaines de racers différents, mais la plupart des pilotes aiment créer leur propre drone de A à Z. Les modèles présentés ci-dessous sont recommandés pour débuter dans le vol en immersion et sont presque prêts à voler dès la sortie de boite.

Walkera Runner 250 Advance

Le Runner 250 de Walkera sera un excellent choix pour débuter dans la course de drones sans avoir à le monter vous-même. L’engin est doté d’un GPS et de quelques aides au pilotage qui permettront aux débutants d’aborder les premiers vols en immersion sans trop de stress. La caméra 12 MP offre des vidéos 1080p et un retour OSD pour obtenir la télémétrie sur votre masque FPV. La drone est conçu en fibre de carbone, le matériau classique pour les multirotors de course.

Drone FPV Walkera

La pack Advance contient l’excellente radiocommande Devo 7. Il ne reste donc qu’à rajouter le récepteur vidéo et le drone sera paré au décollage ! La batterie 3S de 2200 mAh offre une belle autonomie de 14 minutes, ce qui est franchement pas mal pour un racer à 400€ environ.

Voir l’offre

Ideafly Grasshopper F210

Moins cher que le Runner 250 Advance, le F210 de chez Ideafly est un drone de course au look original. Sa forme de sauterelle lui donne un style inimitable tout en assurant une bonne protection des composants internes. Le constructeur annonce des vitesses de pointe jusqu’à plus de 200 km/h. Le chiffre est largement exagéré, mais ce drone reste capable d’accélérations jusqu’à 90 km/h. La radiocommande est fournie dans le package, tout comme la batterie et la caméra. Il ne manque donc qu’un récepteur vidéo de votre choix.

Drone racer Ideafly Grasshopper 210

Ce multirotor n’est pas équipé de GPS, les débutants devront donc faire attention en cas de perte, bien qu’un buzzer soit embarqué sur les dernières versions de l’appareil. Commercialisé à environ 150€, ce petit drone FPV ne viendra donc pas exploser votre budget et vous offrira des sensations fortes.

Voir l’offre

Warlark 80

Si vous n’avez pas de terrain approprié pour faire des courses en immersion, le Warlark 80 est fait pour vous. Ce micro-drone est inspiré du Tiny Whoop. Très léger avec ses 38 grammes, il est équipé d’une caméra 40 canaux de 25 mW avec une fonction OSD. La batterie de 300 mAh offre 5 minutes d’autonomie, ce qui est déjà très bien pour un si petit drone. Son seul inconvénient est qu’il n’est pas commercialisé en version RTF. Il faudra donc choisir votre multirotor FPV en fonction de son récepteur : FrSky, FlySky, DSMX ou Futaba.

Mini drone Warlark 80

Son prix tourne aux alentours de 70-80€, ce qui en fait un bon choix pour débuter le vol en immersion indoor. Et comme il est équipé de carènes, le risque de casse reste assez limité.

Voir l’offre

Les accessoires pour bien commencer avec le FPV

A l’heure actuelle la plupart des multirotors embarquent une caméra. Ce n’est pas le cas pour tous, ou alors on peut souhaiter améliorer celle d’origine. L’acquisition de matériel supplémentaire reste dans tous les cas une étape obligatoire pour tous les pilotes qui veulent pratiquer le FPV, encore plus quand il s’agit de vol en immersion. Dans les paragraphes suivants vous trouverez des conseils et du matos pour commencer en douceur.

Caméra FPV

Difficile de faire du FPV sans caméra… Si la plupart des drones en sont équipés, ce n’est pas non plus une règle absolue. L’achat d’une caméra est donc un premier pas. Il faut cependant déterminer en premier quel est votre objectif : faire des vues aériennes ? Des courses en immersion ? Répondre à cette question vous permettra de faire plus facilement le tri dans les centaines de références qui écument le Web. Voici quelques pistes à suivre lors du choix de votre matériel vidéo :

  • Pour quel usage : photo aérienne ou vol en immersion ?
  • Faut-il conserver les prises de vue ? La présence d’un port micro-SD pourra être nécessaire si c’est le cas.
  • Faut-il un retour en direct ? Si oui, il faut prévoir un équipement adapté au temps réel (fuyez le wifi).

Répondre à ces trois critères simples vous orientera déjà plus facilement. Il n’y a cependant pas de règle absolue en la matière. Il n’est ainsi pas rare que des pilotes de racers utilisent des GoPro sur leurs drones. Ces caméras sont pourtant plus indiquées pour les prises de vue aériennes. Certains pilotes utilisent même deux caméras : une pour le vol en immersion, la seconde pour conserver de belles images de la session.

Voici trois références qui correspondent aux usages décrits dans ce guide. Elles seront idéales pour débuter.

GoPro Hero 5 Black

GoPro est un spécialiste incontesté des caméras embarquées. Malgré des difficultés financières ces dernières années dues à la concurrence chinoise, la marque reste au sommet en terme de qualité. La GoPro Hero 5 Black est le fer de lance de la société américaine et intègre donc ce qui se fait de mieux en matière de caméra embarquée. L’objectif de 12 MP peut ainsi filmer en 4K à 30 images par secondes ou en 1080p à 120 fps. Le tout bénéficie d’une stabilisation numérique idéale pour les vues aériennes, avec une suppression du bruit de vent idéale pour les dronistes.

Caméra embarquée GoPro Hero 5

Les clichés peuvent aussi être retouchés en profondeur grâce au format RAW. La caméra est étanche jusqu’à 10m. De plus son utilisation reste très simple : un simple appui suffit à lancer l’enregistrement et un port micro-SD permet le stockage en local au cas où votre drone n’a pas de transmetteur vidéo adapté. Le plus gros frein reste donc le budget. Il faut en effet compter pas moins de 470€ pour cette caméra. N’investissez donc que si vous êtes certain de faire beaucoup de vidéos. Embarquée sur un gros drone comme un Phantom 4 avec une nacelle trois axes, cette caméra sera au top.

Voir l'offre

RunCam 2

Voici une autre référence incontournable du FPV. RunCam est une marque spécialisée dans les caméras FPV. La RunCam 2 n’est pas la plus récente du catalogue, mais reste une valeur sûre. Son capteur 4 MP offre un champ de vision à 120° et des vidéos en 1920 x 1440 px à 30 fps ou 1080p à 60 fps. Une connexion wifi permettra d’avoir un aperçu des images via l’application iOS / Android dédiée. Un port micro-Sd permet de récupérer les images du vol

Caméra FPV RunCam 2

Pesant à peine 49 grammes avec sa batterie de 850 mAh amovible, cette caméra sera un très bon compromis pour faire du FPV. Vous pourrez la fixer sur un racer en complément d’un modèle pour le vol en immersion. Sinon elle se débrouillera très bien sur un drone sans caméra, des éléments de fixation étant fournis dans la boite. Son prix reste aussi très attractif : 95€ environ.

Voir l'offre

JF-03

Si vous aimez bidouiller et équiper un drone d’une petit caméra pour le vol en immersion, alors la JF-03 est faite pour vous. Coûtant environ 20€, cette petite caméra FPV possède déjà un transmetteur à 40 canaux 5.8 GHz et une antenne de type “cloverleaf”. Certes, l’image obtenue n’est pas en Full HD (ni même en HD d’ailleurs), mais c’est amplement suffisant pour commencer à s’initier au vol en immersion. Ce modèle possède une connectique déjà prête, mais rien ne vous empêche de bidouiller si vous avez besoin de la souder directement sur votre drone.

Caméra FPV JF-03

Son seul inconvénient (minime) est qu’elle fonctionne en NTSC. Il faudra donc bien choisir un récepteur compatible avec cette norme. La JF-03 ne gère pas la norme PAL. Notez aussi qu’elle peut émettre jusqu’à 200 mW, mais la législation française interdit de monter au-delà de 25 mW.

Voir l’offre

Masque, écran ou lunettes FPV pour le vol en immersion ?

Votre quadricoptère est équipé de sa caméra, il ne reste maintenant plus qu’à choisir votre matériel pour recevoir la vidéo. Pour ce paragraphe, je partirai du principe que le but est de réaliser un vol en immersion. Vous souhaitez donc obtenir un retour en temps réel de ce que voit votre multirotor. Certains des conseils abordés ici restent cependant valables pour des engins consacrés aux prises de vue. En fait, tant que votre drone envoie un signal vidéo sur la plage de fréquence 5.8 GHz (la plus utilisée pour cet usage), il est possible d’utiliser un équipement de vol en immersion. Je pense par exemple au Hubsan H109S avec sa radiocommande à affichage LCD qu’on peut remplacer par un masque ou des lunettes d’immersion.

Lors de l’achat il faut en général faire attention à quelques points, valables quel que soit le matériel désiré :

  • Alimentation : batterie ou secteur ?
  • Résolution
  • Norme : PAL ou NTSC ?
  • Nombre de canaux
  • Avec ou sans enregistrement local ?

Attention à la loi : pour rappel, la législation française interdit de voler en immersion si vous êtes en solo. Le pilote doit toujours avoir une ligne de vue dégagée sur son drone et ses environs immédiats. En cas d’emploi d’un équipement d’immersion, il faut être accompagné d’un observateur qui doit être doté d’une seconde radiocommande. Ce dernier devra prendre le contrôle en cas de problème avec le pilote. L’observateur devra toujours garder  une vue directe sur le multirotor.

Ecran : moins immersif, mais plus sûr

Pour commencer les vols en FPV, un écran est souvent recommandé. Ce dernier permet d’avoir un retour d’image en temps réel tout en gardant le drone en vue. Vous pouvez ainsi voler en solo sans contrevenir à la loi tant que l’écran n’est pas utilisé comme mode de pilotage principal. La plupart des écrans FPV du marché proviennent de Chine. Leurs prix sont donc assez bas (environ 50 à 100€). Les tailles varient entre 5 et 8″.

Moniteur FPV

Les critères sont larges et il n’y a pas de choix parfait. Pour commencer, prévoyez un moniteur suffisamment lumineux avec une batterie embarquée et la gestion d’au moins 32 canaux. Une attache trépied est aussi à prévoir, il est plus agréable de ne pas avoir à porter l’écran sur les genoux lors du vol ! N’oubliez pas de choisir un modèle avec port micro-SD si vous voulez conserver les images de votre session.

Masque FPV : le bon compromis

Avec leur grande dalle et leur prix attractif, les masques sont un excellent compromis entre l’écran et les lunettes FPV. Au premier abord, leur look fait penser aux masques utilisés pour la VR avec les smartphones. Les masques FPV embarquent en fait un écran large (environ 5″) qui vient se positionner à quelques centimètres des yeux. Ils offrent ensuite les mêmes fonctionnalités qu’un moniteur FPV classique.

Masque immersion Walkera

L’ensemble vient se fixer sur la tête du pilote grâce à des sangles. Une batterie permet d’alimenter le tout. Le prix des masques FPV est souvent un peu plus élevé que celui des écrans classiques, allant de 50 à 250€ selon les marques. L’avantage des masques est qu’ils permettent en général de garder les lunettes de vue lors de l’utilisation. Ils sont en revanche moins agréables à porter à cause de leur poids plus élevé que les lunettes FPV. Je vous recommande les masques pour les prises de vue en immersion, vous profiterez alors d’un champ de vision incomparable.

Lunettes FPV : le top pour les pros

C’est l’outil préféré des pilotes de course en immersion : les lunettes FPV. La marque la plus renommée dans ce secteur est Fat Shark. Les lunettes FPV sont les plus chères du marché (150 à 300€), mais offrent les sensation les plus pures de vol en immersion. Chaque œil a devant lui un écran qui retransmet la vue depuis le drone. Le champ de vision est réduit, mais permet de se concentrer sur l’environnement immédiat face au multirotor.

Lunettes FPV Fat Shark

Les lunettes d’immersion ont aussi l’avantage d’être plus faciles à transporter car plus légères que les masques. Leur usage n’est cependant pas possible pour les porteurs de lunettes de vue. Je vous recommande donc les lunettes FPV pour les courses de drones.

Voilà qui conclut notre guide sur le FPV. Il sera mis à jour en fonction des nouveautés (et de mes expériences). N’hésitez pas à poser vos question et laisser vos commentaires.

We will be happy to hear your thoughts

      Leave a reply