École : amende pour les parents qui retirent leurs enfants trop tôt

Que risquent les parents qui retirent leurs enfants de l'école pour partir en vacances avant tout le monde ?

©capture facebook

L’été a commencé et les grandes vacances approchent. Mais malgré les températures estivales, les enfants doivent patienter jusqu’au 7 juillet pour enfouir leur cartable dans un placard. Avec une fin d’année scolaire de plus en plus tardive, les parents sont nombreux à souhaiter retirer leurs enfants de l’école prématurément. En ont-ils le droit ?

Qui n’est pas tenté de partir en vacances avant tout le monde ? C’est possible si vous retirez vos enfants de l’école avant le 7 juillet cette année. Ainsi, vous devancerez tous les autres vacanciers sur les routes, dans les campings et les parcs d’attraction. Voilà qui est intéressant ! Chaque année, de nombreuses familles s’octroient ce départ prématuré sans être inquiétées par l’Éducation nationale. Pourtant, il existe des sanctions qui s’appliquent dans le cas d’absences injustifiées. Or, des vacances prématurées ne sont, à ce jour, pas considérées comme un motif d’absence valable. Alors qu’en est-il de tout cela ? Peut-on retirer ses enfants de l’école avant la date de fin des classes et que risque-t-on ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Des familles désireuses de partir en vacances avant tout le monde

De nombreuses familles souhaitent partir en vacances avant tout le monde. En sacrifiant quelques jours d’école, elles évitent les bouchons sur la route et accèdent à des prix de location parfois moins élevés. De plus,  elles profitent d’une faible affluence dans les parcs d’attraction, les campings et sur les plages. Bref, il n’y a que des avantages à partir plus tôt en vacances. Mais quelles conséquences pour ces parents qui retirent leurs enfants de l’école avant la date de fin des classes officielle ?

Vous le savez, l’école est obligatoire dès 3 ans. Et jusqu’à 16 ans, l’assiduité l’est également. Autrement dit, tous les écoliers de la maternelle au lycée sont tenus d’assister aux cours prévus. Sauf s’ils disposent d’une autorisation d’absence.

Un retrait des élèves avant la date de fin des classes représente une absence injustifiée. Or, l’article du code de l’éducation précise que « Lorsqu’un enfant manque momentanément la classe, les personnes responsables doivent, sans délai, faire connaître au directeur ou à la directrice de l’établissement d’enseignement les motifs de cette absence ». Parmi les motifs qui peuvent justifier une absence, on recense les maladies, un problème de transport, une réunion solennelle de famille et le fait de suivre ses représentants légaux en dehors des périodes de vacances scolaires. Dans tout autre cas, l’absence est considérée comme injustifiée. « Tout autre motif d’absence peut être examiné et faire l’objet d’une enquête. » précise l’Éducation nationale sur son site web. En effet, le départ en vacances prématuré ne représente pas un motif d’absence valable même s’il est attesté par des justificatifs de réservation.

Ecole : des absences injustifiées peuvent conduire à des sanctions

Pour ceux qui décident tout de même de retirer leurs enfants de l’école avant la date de départ officielle en vacances, la loi prévoit des sanctions. À ce sujet, Service Public a déclaré : « En cas d’absences répétées, justifiées ou non, le directeur de l’école vous contacte pour faire le point sur la situation de votre enfant. »

Concrètement, à partir de quatre demi-journées d’absence de l’élève, le directeur d’établissement est tenu d’alerter le Directeur Académique des Services de l’Éducation Nationale. Les parents risquent alors une amende de 135 euros. Et si l’on estime que ces absences entravent l’éducation des enfants, l’amende peut atteindre 30 000 euros et deux ans de prison. Dans les faits, nous savons tous que l’éducation n’est pas compromise lorsque les écoliers maquent les tout derniers jours d’école. Durant ces dernières heures de cours, les programmes sont normalement achevés et les élèves profitent de ces instants pour s’amuser et réaliser des activités différentes. C’est pourquoi les familles concernées par ces vacances anticipées ne sont que très rarement, voire jamais sanctionnées. Bien souvent, les chefs d’établissement n’alertent pas la DASEN lorsqu’un enfant manque la dernière semaine d’école.

Cependant, les enseignants demandent aux parents qui souhaitent partir en vacances prématurément de prévenir l’école. Ainsi, ils savent que cette absence n’est pas due à un problème familial ou de santé. « Si certaines familles ont la nécessité de s’absenter les deux derniers jours pour des raisons familiales, autant le dire et échanger en amont. » expliquait Stéphane Crochet, le secrétaire général du syndicat des enseignants de l’UNSA.