Ecoles maternelles, primaires et collèges : mauvaise nouvelle redoutée par les parents, c’était à prévoir

Les Français ont dû changer leurs plans de base pour leurs vacances d'été. On vous explique ce que l'inflation a changé.

© capture facebook

Ecoles maternelles, primaires et collèges : Dans quelques semaines, les grandes vacances scolaires vont arriver ! En effet, fini les cartables et bienvenu la mer, la montagne, le repos, le soleil ! Hélas, avec le contexte inflationniste, tous les Français ne vont pas pouvoir partir en vacances et se prélasser au bord d’une plage. Certains vont devoir changer leur programme en raison de leur pouvoir d’achat qui a bien baissé depuis ces derniers mois…

Ecoles : est-ce que les vacances d’été s’annoncent bonnes pour les Français ?

À cause de l’inflation, certains Français n’ont pas le choix de revoir leurs exigences à la baisse. En effet, 55% d’entre eux ont été contraints de changer leurs plans de base pour les vacances d’été. Par exemple, Laetitia est maman solo qui a un petit garçon de 11 ans. Ses ressources sont très limitées puisqu’elle vit du RSA. Alors, pour cette période estivale, le duo ne pourra pas faire un grand voyage. En effet, la maman va devoir limiter ses dépenses et séjourner dans sa famille dans le sud de la France. Ainsi, elle économise les frais d’hébergements. D’ailleurs, juste pour le déplacement, « ça fait longtemps qu’on met un peu de côté. Déjà rien qu’en péage, essence, aller retour y’en a déjà pour presque 400 euros. Donc déjà ça calme ! Plus les dépenses, une glace par ci,… il faut y penser bien avant. », explique la jeune maman.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mary (@clouette)

Le budget ne suit pas toujours

Ecoles : Par ailleurs, Frédéric a dû aussi anticiper ses vacances. En effet, ce dernier travaille dur toute l’année sur un chantier. Hélas, son pouvoir d’achat a grandement diminué à cause de l’inflation sur le carburant. Alors, cette année, il ne pourra pas partir à l’étranger, car « le coût des billets d’avion » est trop élevé. Ce sera plutôt un séjour « en bord de plage et camping ».

Et ces vacances sont déjà un sacrifice dans le budget de la famille. En effet, « Une semaine de camping, c’est 1 500 euros. Deux semaines, c’est 3 000. Plus les frais à côté, ça fait vite 5 000 euros. Et je suis resté en France et je n’ai pas fait grand-chose », raconte le chef de famille. D’ailleurs, Frédéric est loin d’être le seul dans cette situation. Le secteur du camping se porte très bien cette année et affiche complet. En effet, les réservations sont supérieures à 2019. « 2022 s’annonce comme une très bonne saison », informe Nicolas Dayot, le président de la fédération nationale de l’hôtellerie de plein air. « Les gens ont réservé plus vite. Ils ont besoin de plus de vacances et ont anticipé que les Français vont partir plus en France et donc ont réservé plus vite pour avoir de la place », dit-il.

Ecoles : des sacrifices pour beaucoup de vacanciers

Récemment, Didier Arino se trouvait sur le plateau de la Matinale du week-end de RMC. Celui-ci a expliqué que l’inflation a considérablement impacté les vacances des Français. En effet, « les vacances vont coûter 12% plus cher cette année. Partir en vacances, pour beaucoup de Français, ça suppose des sacrifices et des arbitrages », informe-t-il.

Mais, depuis la crise sanitaire, les Français profitent de moins en moins d’un temps de décompression alors qu’ils en ont besoin. Est-ce que la France se dirige vers un burn-out généralisé ? Pourtant, « C’est ancré dans la culture des Français depuis les congés payés », poursuit le dirigeant de Protourisme qui remarque que cette année, comparée à l’année précédente, « la fréquentation est en hausse ». « Les opérateurs de tourisme sont en avance de 18% de chiffre d’affaires par rapport à 2019, c’est considérable ». En effet, malgré tout, les Français ont décidé de faire des sacrifices pour partir en vacances coûte que coûte.

L’inflation a changé les vacances des Français

Ecoles : Les Français ont aussi décidé d’augmenter leur budget pour partir en vacances. « 1 900 euros pour une famille de quatre personnes », informe Didier Arino. De plus, pour rentabiliser le coût du transport et la hausse des tarifs du carburant, « on remarque que les Français préfèrent partir sur une période plus longue, mais moins loin » afin d’« éviter la multiplication des courts séjours ».

En dehors du problème de l’inflation, les Français ont été éloignés trop longtemps de leur famille. Ces vacances d’été sont le signe des retrouvailles. En effet, passer de bons moments en famille est l’objectif principal des 70% de départs en vacances. Didier Arino évoque même un « retour de la convivialité ». Donc, même si le prix a doublé, les vacanciers vont faire des sacrifices. « On serre la ceinture un petit peu », raconte une mère de famille qui a prévu d’aller au Maroc avec sa fille. Une autre solution pour économiser et partir en vacances, c’est de « sacrifier le restaurant et se faire à manger », poursuit le directeur de Protourisme. Les foyers les plus modestes prévoient des piques-niques plutôt que des restaurants et vont tout miser sur les activités gratuites. Bonnes vacances à tous !