Eddy Mitchell: Découvrez son secret à Saint-Tropez, place réservée au cimetière, les femmes de sa vie

Eddy Mitchell n’est pas avare de confidences. Il nous en dit un peu plus sur sa vie privée.

© Bien Public

Eddy Mitchell n’est plus à présenter. Il est un grand nom de la chanson française. S’il mène une vie bien remplie professionnellement parlant, il n’est pas en reste concernant sa vie privée. La rédaction d’Objeko va vous en dire un peu plus sur ce côté-là. Vous êtes prêts ?

Les femmes de sa vie

Il y a quelques jours, Eddy Mitchell a fêté ses 79 ans. Pour l’occasion, la rédaction d’Objeko a décidé de vous en dire un peu plus sur la vie privée du chanteur. Ce que l’on peut vous dire, c’est qu’il a vécu de grandes et belles histoires d’amour. Mais qui sont les femmes de sa vie ? Eh bien, nous allons vous le dire. Dans les années 1960, il fait la rencontre de Françoise Lavit. Les amoureux se disent « oui » en 1961 avant de mettre au monde deux enfants : Eddy, né en 1962 et Marilyn, née en 1965. Le couple file le parfait amour jusqu’en 1979. L’année suivante, il retrouvera l’amour auprès de Muriel Bailleul.

Les tourtereaux donnent naissance à une fille, prénommée Pamela, en 1982. Et le parrain de la petite, n’est autre que Johnny Hallyday. Inséparables depuis toutes ses années, Eddy Mitchell et Muriel Bailleul filent toujours le parfait amour. D’ailleurs, le chanteur a été inspiré par sa femme. En effet, il a écrit pour son épouse, ses plus belles chansons. On pense notamment à La fille au blue jean, T’aimer n’est pas une affaire ou encore « le cimetière des éléphants » : »Même si je ne lui demande jamais conseil sur mes choix de carrière, Muriel, ma seconde épouse, m’a inspiré l’une de mes rares chansons d’amour. Le cimetière des éléphants ».

Eddy Mitchell, un amoureux de Saint-Tropez

Depuis de nombreuses années, Eddy Mitchell partage sa vie entre Paris et Saint-Tropez. Parce que oui, depuis son plus jeune âge, le chanteur est tombé amoureux de cette magnifique ville. Son adresse ne figure pas sur les GPS, mais ce que nous pouvons vous dire, c’est qu’il faut grimper un chemin étroit et défoncé sur les hauteurs de Saint-Tropez pour trouver le refuge du chanteur : Il y a trente-cinq ans, j’ai eu la chance de pouvoir acheter cette jolie maison au milieu des bois grâce à ma voisine. Mes enfants s’y régalent, mes amis aussi » a-t-il notamment déclaré.

Et Eddy Mitchell adore tellement Saint-Tropez, qu’il est prêt à se faire enterrer là-bas. En effet, dans une récente interview, le chanteur a expliqué qu’il avait acheté une concession, près de celle d’Eddy Barclay : »J’aime bien le cimetière marin. C’est joli. Un endroit idéal. Pour se faire bouffer par les vers, vaut mieux finir là-bas ». Concernant ses funérailles, il a également déjà tout prévu. En effet, il ne souhaite pas du tout un hommage national. Il veut tout simplement, une cérémonie des plus simples.

Une rencontre un peu spéciale avec Johnny Hallyday

Si vous connaissez la carrière d’Eddy Mitchell, vous savez sûrement qu’il a entretenu une amitié assez spéciale avec Johnny Hallyday. Pour l’occasion, la rédaction d’Objeko va vous raconter la rencontre entre les deux hommes. Pour le moins qu’on puisse dire, c’est que c’était plutôt étrange. En effet, l’interprète de « Sur la route de Memphis » explique que la première fois qu’il a vu Johnny, il lui a mis une claque dans la figure. En effet, ce dernier lui avait volé des disques : »Ce jour-là, il a pris une tarte dans la gueule. Je l’avais gaulé avec mes disques après une boum. Il s’est excusé. Et on est tombé dans les bras« .

Evidemment, Eddy Mitchell n’en a pas voulu à Johnny Hallyday. D’ailleurs, en remarquant qu’ils aimaient la même chose, il explique qu’ils étaient faits pour s’entendre. Et il ne s’y est pas trompé. Les deux hommes ont pu vivre une relation spéciale pendant plus de 50 ans. D’ailleurs, quelques années après la mort du taulier, l’interprète de « Sur la route de Memphis« , pense toujours à lui : »il est toujours présent dans ma vie. J’y pense souvent et on s’est toujours bien entendu« . Un bel hommage.