Elle part du restaurant sans payer avec ses 4 enfants : 10 ans plus tard, le gérant reçoit une lettre, il n’était pas prêt

Le restaurant a été touché et ému par cette lettre inattendue

©capture facebook

Un restaurant de la ville de Mulhouse a reçu une lettre à la fois inattendue et émouvante. Une mère de famille, qui était venue avec ses 4 enfants il y a dix ans déjà, a envoyé ce message, tenant à expliquer pourquoi elle était partie sans payer. L’équipe de rédaction Objeko vous dit tout de cette histoire touchante qui va sans nul doute vous redonner foi en l’humanité !

Un restaurant au petit soin pour sa communauté.

Guney Cokkaya est un restaurateur réputé de Mulhouse. Il est le patron du Bosphore, un restaurant de kebab de très haute qualité. Le restaurant est très apprécié des locaux, et se paye le luxe d’avoir cinq étoiles sur tous les sites de critiques en ligne tels que TripAdvisor. Le Bosphore est un établissement de spécialités turques multigénérationnel. C’est le père de Guney Cokkaya qui a ouvert l’enseigne il y a plus de dix ans. 

Le restaurateur est un homme au grand cœur. Il n’hésite pas à aider les plus démunis, et la communauté en général. Son établissement est un élément central de la vie de quartier, et les riverains se serrent les coudes !

Cela est d’autant plus vrai depuis la pandémie globale de COVID-19. Son activité de livraison a permis de rassasier Mulhouse tout entier, et de garder un minimum de contact humain dans le quartier. 

Guney Cokkaya met aussi les services de son restaurant auprès d’associations. L’entraide est le mot d’ordre au Bosphore ! Cependant, ce n’est pas pour sa générosité ou la qualité de sa cuisine que le restaurateur a fait la une récemment ! Son histoire est bien plus incroyable que cela !

Une lettre anonyme mystérieuse qui parvient au restaurant

Guney Cokkaya, le célèbre restaurateur Mulhousien, a reçu une mystérieuse lettre anonyme directement dans son restaurant le Bosphore. Un jeune homme délivra la lettre, sans donner le nom de l’émetteur.

Fortement étonné, le restaurateur ouvre la lettre et y trouve un billet de 50 €, accompagné d’une lettre. Encore plus étonné, Guney Cokkaya lit le contenu de la lettre, et se voit rempli d’une forte émotion :

Je venais de sortir d’un divorce, la situation était désespérée et je suis partie sans payer. Je me suis rappelée récemment cette histoire, j’espère que vous me pardonnerez cela.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mc Vedi (@hasani.vedat)

Une mère de famille était venue avec ses quatre enfants, et avait commandé un repas complet. Au moment de payer, elle était cependant partie et n’avait pas réglé le restaurateur. Le plus étonnant dans cela ? Cette situation s’est passée il y a 10 ans ! 

Voici donc une histoire de rédemption sur le tard. Mieux vaut tard que jamais, comme dit le dicton ! Le restaurateur a été profondément touché par ce beau geste, lui qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider son prochain. Comme il l’a dit lui-même, il aurait aidé cette famille sur le moment, s’il avait été au courant de leur situation. Bien entendu, être dans le besoin avec des enfants peut être une situation difficile à gérer, et cette personne n’a pas eu le courage de demander de l’aide au gérant du restaurant sur le moment. 

La lettre révélée au grand public

Le gérant du restaurant Le Bosphore à Mulhouse a partagé son incroyable histoire à ses proches. Il en a notamment fait part à son père, qui était le patron de l’établissement il y a dix ans. Parmi ses connaissances, Mourad Benzakri a joué un grand rôle dans la médiatisation de son histoire. L’ami du restaurateur est tout aussi généreux que lui, étant à la tête du Collectif Mulhousien des Solidarités.

Celui-ci relaie l’histoire sur les réseaux sociaux. Très vite, l’incroyable aventure du restaurateur fait le tour de la toile. La femme ayant écrit le message ne s’est toutefois toujours pas manifestée, et on ne sait pas si elle le fera un jour. Guney Cokkaya, le restaurateur, a philosophé sur cette belle histoire : “Il ne faut pas juger les gens trop vite”, a-t-il déclaré. 

Il s’agit véritablement d’une belle histoire de tolérance. Espérons que le gérant du restaurant profite de cet événement pour recevoir tout le respect qui lui est dû grâce à son engagement humanitaire et solidaire ! Chapeau bas !