Enora Malagré anéantie et sans espoir : « Ça a détruit un peu ma vie »…

L’ancienne chroniqueuse a dû faire une croix sur le rêve de sa vie : faire un jour un enfant. Depuis, elle vit dans le désespoir.

©voici

« Je veux adopter. J’ai lancé le processus il y a deux ans mais ça peut être un peu long« , avait expliqué Enora Malagré en avril 2018 dans l’émission des Grandes Gueules sur RTL. Aujourd’hui, l’ancienne chroniqueuse de TPMP revient ainsi sur ses difficultés à avoir des enfants auprès de nos confrères de Gala. On vous dit tout !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Enora Malagré (@enoramalagre)

C’est dans l’émission du Jarry Show sur Youtube qu’Enora Malagré avait fait part de son mal-être. « Je trouve que j’ai une gueule. Tu ne trouves pas que j’ai pris un peu cher ? J’ai pris dix kilos. J’ai 40 ans, je me suis fait ma petite crise de la quarantaine. Je ne l’ai pas bien vécu. J’ai fait la chialite du jour de mon anniversaire », avait-elle ainsi confié.

Cette maladie qui l’empêche de donner la vie

Et de préciser : « Je bois, je picole à mort, je bouffe énormément. J’adore ça. Je suis bretonne. Je fume des clopes. J’ai connu une société un peu plus libertaire que celle où on est maintenant. Je m’accroche à mon côté gargantuesque, rabelaisien à mort », a-t-elle en effet pris plaisir à souligner.



Car la jeune femme ne peut pas avoir des enfants en effet à cause de la maladie dont elle souffre, l’endométriose. « Je ne peux pas avoir d’enfants. J’ai cette maladie. J’ai beaucoup essayé. Tous les jours, j’essaye. Je suis très bien entraîné, j’ai fait 7 fausses-couches. L’aventure de l’adoption me tend les bras donc on va y aller à fond. Je rêve d’un bébé. C’est ma priorité à mort. Et d’un mariage. », a-t-elle témoigné dans l’émission le Jarry Show.

Pour ne plus souffrir, Enora Malagré a fait un choix radical. « Malheu­reuse­ment, après plusieurs fausses couches et des douleurs qui commençaient à apparaître, là on a vu les premiers kystes et on a diagnostiqué la maladie. J’avais des douleurs à tomber par terre et qui frôlent l’éva­nouis­se­ment. », a-t-elle également révélé.

Fausses couches à répétition, évanouissements, impossibilité de se lever…

« Et puis, ne pas pouvoir me lever de chez soi pendant quasi 24 heures voire 48 heures, c’est incroyable. (…) Je suis à tel stade où l’on commence à me parler d’hysté­rec­to­mie. Je ne vous cache pas que psycho­lo­gique­ment parlant, ça me fait un peu peur d’en­vi­sa­ger de ne plus avoir d’uté­rus à mon âge.

Déjà que c’est compliqué d’avoir des enfants, là ça serait la dépression », a-t-elle confié à nos confrères de Paris-Match. Pour ne plus avoir ses règles, elle a fini par se rendre à l’évidence : elle devait se faire retirer l’utérus. « A 37 ans, c’est jeune, mais je dois avan­cer. », a-t-elle enfin expliqué à nos confrères de Paris-Match. 

Aujourd’hui, la comédienne de 41 ans se confie à nouveau dans les pages de Gala. « Envisager une autre façon d’être maman, c’est toujours dans ma tête. C’est compliqué d’en parler. J’ai toujours envie de pleurer quand j’évoque ce sujet… C’est le grand drame de ma vie de ne pas être mère. Je me réveille tous les matins avec cette tristesse-là. Ça a détruit un peu ma vie. Il faut encore que je me répare.« , explique-t-elle en effet, alors que sa maladie a profondément changé son corps.

Une vision pessimiste de l’avenir

Au quotidien pourtant, Enora Malagré n’échappe pas aux injonctions d’avoir des enfants. « ‘Pourquoi tu n’as pas d’enfants’, c’est une réflexion récurrente. Mais à chaque fois qu’on me pose cette question, je me refais tout le chemin de mes échecs pour devenir mère. J’en ai vraiment ras le bol des injonctions.« , fait-elle ainsi savoir.

Et d’ajouter : « Ce qui nous terrasse est de silencier notre douleur. Être considérée comme une femme faible, je l’ai vécu. Mais quand j’ai mis un mot sur ma maladie, ça m’a donné un peu plus de force pour répondre. Même si j’avais du mal à dire le terme, je répondais : ‘Bon, tu es gentil mais j’ai une maladie chronique.’”, confiait-elle ainsi encore.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Enora Malagré (@enoramalagre)

Dans l’attente d’une adoption, la marraine d’Info Endométriose révèle enfin ne pas croire dans la possibilité d’un traitement de l’endométriose. « Je vous le dis très sincèrement, je pense que je serais morte quand ça arrivera. J’ai tendance à dire que c’est un peu foutu pour moi, confie-t-elle. Alors, je m’engage pour les générations futures. Je rêve que la jeune génération ne subisse pas l’errance médicale et l’indifférence qu’on a pu vivre.« , conclut-elle en effet.