Enora Malagré pète un câble, dézingue violemment Cyril Hanouna, un string dans le c** pour 20 000 par mois”

L’ancienne chroniqueuse de Touche Pas à mon poste a poussé un coup de gueule mémorable ! Les gros mots ont fusé !

Enora Malagré pète un câble, dézingue violemment Cyril Hanouna, un string dans le c** pour 20 000 par mois"
Source : Capture d'écran

Elle ne l’a jamais caché, à la télé, et notamment lorsqu’elle était chroniqueuse à TPMP, Enora Malagré a vécu de nombreux moments joyeux, intimes, dingues, horribles mais surtout malaisants…

Enora Malagré a dévoilé les coulisses de son ancienne vie de chroniqueuse. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas mâché ses mots ! En effet, elle a officié en tant que chroniqueuse aux côtés de Cyril Hanouna pendant 6 ans. Et sa vie n’a pas toujours été rose. C’est pour cela qu’elle a décroché en 2017.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Enora Malagré (@enoramalagre)

Sur le plateau de TPMP, Enora Malagré s’est retrouvée face à Bertrand Uzeel. Ce dernier s’apprête à présenter son one-man show. Il aimerait bien quelques conseils de la part d’Énora Malagré.

« Le one-man ça va t’amener à la téloche ».

L’ancienne chroniqueuse de TPMP lui lâche alors une première réponse : « Le one-man ça va t’amener à la téloche ». L’invité a du mal à saisir donc cette dernière lui donne plus d’explications. “Tu vas faire comme moi. Moi, j’ai commencé les cours Simon et après, je ne me suis pas emmerdée. Clac ! Hanouna ! Du petit slip doré ! De la tarte à la crème dans la gueule ! Ça fait pas de la jolie carrière ça ?“, lui demande-t-elle en effet à son tour.

Elle se met alors à aller très loin dans son propre sketch. “Qu’est-ce que tu te fais chier à vouloir donner la réplique à Dussollier ou être seul sur scène ? Quand tu peux te retrouver comme ça avec un string dans le c** ? Tu vois ? Une petite plume dans la rénette, et youpi tralala, tout ça pour 20 000 balles par mois ! Mais tu ne te rends pas compte ?”, continue-t-elle ainsi.

Et de poursuivre :”Après, si vraiment ça cartonne en téloche, tu te fais du placement de produit. Et là : ‘influenceuse’ ! Moi, en ce moment, tu vois, je vends du slip pour les fuites urinaires. Alors d’accord, je me pisse dessus… Mais je prends 40 000 !”…”, ose enfin conclure la quadragénaire. Au sein de la rédaction d’Objeko, elle nous a beaucoup fait rire !

“J’ai fait la chialite du jour de mon anniversaire” 

Pour l’émission du Jarry Show sur Youtube, Enora Malagré s’était ainsi confiée sur ses turpitudes. “Je trouve que j’ai une gueule. Tu ne trouves pas que j’ai pris un peu cher ? J’ai pris dix kilos. J’ai 40 ans, je me suis fait ma petite crise de la quarantaine. Je ne l’ai pas bien vécu. J’ai fait la chialite du jour de mon anniversaire”, avait-elle en effet déclaré.

Et d’ajouter “Je bois, je picole à mort, je bouffe énormément. J’adore ça. Je suis bretonne. Je fume des clopes. J’ai connu une société un peu plus libertaire que celle où on est maintenant. Je m’accroche à mon côté gargantuesque, rabelaisien à mort“, a-t-elle en effet pris plaisir à souligner.

En cause, notamment : son impossibilité d’avoir des enfants à cause de la maladie dont elle souffre, l’endométriose. “Je ne peux pas avoir d’enfants. J’ai cette maladie. J’ai beaucoup essayé. Tous les jours, j’essaye. Je suis très bien entraîné, j’ai fait 7 fausses-couches. L’aventure de l’adoption me tend les bras donc on va y aller à fond. Je rêve d’un bébé. C’est ma priorité à mort. Et d’un mariage.“, a-t-elle témoigné dans l’émission le Jarry Show.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Enora Malagré (@enoramalagre)

Une opération chirurgicale radicale

Pour ne plus souffrir, elle a donc dû prendre une décision radicale. « Malheu­reuse­ment, après plusieurs fausses couches et des douleurs qui commençaient à apparaître, là on a vu les premiers kystes et on a diagnostiqué la maladie. J’avais des douleurs à tomber par terre et qui frôlent l’éva­nouis­se­ment.”, a-t-elle aussi indiqué.

“Et puis, ne pas pouvoir me lever de chez soi pendant quasi 24 heures voire 48 heures, c’est incroyable. (…) Je suis à tel stade où l’on commence à me parler d’hys­té­rec­to­mie. Je ne vous cache pas que psycho­lo­gique­ment parlant, ça me fait un peu peur d’en­vi­sa­ger de ne plus avoir d’uté­rus à mon âge. Déjà que c’est compliqué d’avoir des enfants, là ça serait la dépression », a-t-elle révélé dans les colonnes de Paris-match.

Pour ne plus avoir ses règles, elle a fini par se rendre à lévidence : elle devait se faire  retirer l’utérus. « A 37 ans, c’est jeune, mais je dois avan­cer. », a-t-elle enfin expliqué à nos confrères de Paris-Match.


Alix Brun

Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.