Énorme dérapage de Gérald Darmanin, Emmanuel Macron furax !

L'interview de Gérald Darmanin sur RMC et BFMTV, par la journaliste Apolline de Malherbe ce 8 février, embarrasse profondément le gouvernement et le président de la République d'après RTL et plusieurs autres grands médias.

© Lafargue Raphael/ABACA

Gérald Darmanin est le ministre de l’Intérieur du gouvernement français. Il prenait la suite de Christophe Castaner, en 2020. Mais sa nomination à ce poste était loin de faire l’unanimité chez les Français. En effet, des plaintes pèsent contre lui et le public en découvrait l’existence à partir d’un article dans le journal Le Monde paru en 2018. Ce sont depuis trois plaintes qui ont été classées sans suite. Mais les associations féministes et une large partie de l’opinion appelle depuis ce jour Gérald Darmanin à la démission. Or, ces débats vont ressurgir maintenant qu’un dérapage du ministre de l’Intérieur insurge les Français. Et d’après RTL, la colère qui se cristallise contre Gérald Darmanin depuis son interview avec Apolline de Malherbe est aussi ressentie par le président de la République, Emmanuel Macron.

En effet, Gérald Darmanin a publiquement rabaissé et humilié la journaliste de RMC et de BFMTV. Employant en ton méprisant et répétant une phrase misogyne notoire : « Camez-vous madame, ça va bien se passer ». Depuis ce dérapage, les médias et la Toile s’embrasent, ainsi que les débats de l’Assemblée nationale. Objeko vous donne tous les détails de cette affaire.

Gérald Darmanin : le dérapage de trop ?

Le ministre de l’Intérieur est en charge, à la tête de son ministère, de la sécurité intérieure, de l’administration du territoire et des libertés publiques. En somme, il est le ministre référent des forces de l’ordre notamment. Et à ce titre, savoir que la plainte d’une femme pesait contre lui parce qu’il aurait abusé d’elle était donc révoltant. En effet, si nous comparons cette affaire à celle de la plainte qui pèse contre Jean-Jacques Bourdin c’est aberrant. Le journaliste a été écarté des antennes de télévision parce qu’une enquête a été ouverte contre lui. Une ancienne de ses collègues l’accuse d’avoir tenté de l’embrasser. Tandis que le ministre de l’Intérieur est accusé d’éléments hautement plus graves, il n’a jamais quitté ses fonctions. Objeko ne peut donc que comprendre que la polémique sur ce sujet reste intacte depuis trois ans déjà.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gerald Darmanin (@gerald_darmanin)

Gérald Darmanin a donc la réputation de profiter d’une certaine forme d’impunité. Or, à ce titre, il devrait donc logiquement faire particulièrement attention à ne pas prononcer un mot plus haut que l’autre en interview. Sinon, les appels du public à sa démission pourraient ressurgir. C’est donc ce qu’il s’est passé depuis le dérapage du ministre au micro de RMC et de BFMTV. Et les journalistes de RTL ont pu obtenir quelques mots de l’entourage d’Emmanuel Macron sur le sujet. En effet, les dérapages des ministres portent atteinte à l’image du président de la République directement. Et les lecteurs d’Objeko n’ignorent pas qu’il ne s’est pas encore déclaré candidat pour la prochaine élection présidentielle. S’il se présente, sa campagne sera donc courte et il aura toutes les raisons d’espérer que Gérald Darmanin ou d’autres de ses ministres ne viennent pas tout gâcher.

Un passage télévisé qui offusque la France

« Le prochain passage de Darmanin dans les médias, ça n’est pas pour demain. », avouait un proche de l’Etat à RTL après ce dérapage médiatique. Jugeant le comportement de Gérald Darmanin « déplacé et maladroit » mais également « irresponsable et totalement misogyne ». Et RTL souligne ensuite à juste titre que c’est un dérapage d’autant plus grave pour la potentielle future campagne du candidat Emmanuel Macron que l’égalité homme-femme a été « décrétée grande cause nationale dès 2017 ». Dans de telles conditions, difficile, Objeko vous l’accorde, d’imaginer que le président de la République ne soit pas furax contre Gérald Darmanin.

Enfin, cette séquence de dérapage est d’autant plus choquante que les propos que tient le ministre de l’Intérieur appartiennent à un vocabulaire misogyne d’extrême droite notoire. Ainsi, selon plusieurs associations féministes, les propos de Gérald Darmanin étaient calculés afin de gagner du terrain dans cette famille politique dont les voix pourraient bénéficier au président de la République.

Pour terminer, RTL précise que Gérald Darmanin est dorénavant surveillé de près par le Premier ministre, Jean Castex. En tant que chef du gouvernement, il lui revient de veiller à ce que des dérapages de la sorte ne se reproduisent plus. Surtout parce que cela pourrait donc gâcher la future potentielle campagne du président de la République.