Enrique (Star Academy) métamorphosé, méconnaissable, l’ex candidat a bien changé !

A l'occasion du dernier prime consacré à l'anniversaire de la Star Academy, Nikos Aliagas est revenu avec les téléspectateurs sur la saison 4 et la saison 3, deux éditions marquantes qui ont permis à certains talents de se faire connaître. Évidemment, puisque que Grégory Lemarchal était au casting de la saison 4, cette dernière a une saveur particulière pour les fans du programme, heureux de voir certains candidats marquants revenir, comme Lucie la finaliste, Sofiane le meilleur ami de Grégory durant l'aventure, ou encore Enrique.

© TF1

Star Academy: La victoire de Grégory actée dès le début ? 

Cette saison de la Star Academy a permis aux français de découvrir un chanteur à la voix d’ange, le jeune Grégory Lemarchal. Dès le premier prime, à l’occasion d’un superbe trio avec Sofiane et Radia, il marque les esprits, à tel point que sur place, les autres candidats le savent : le grand gagnant, ce sera lui. Cette quatrième saison est-elle celle où le suspens était le moins présent quant à l’identité du gagnant ? Sans aucun doute. Au micro de Purecharts, la finaliste Lucie et le demi-finaliste Mathieu reviennent d’ailleurs là-dessus, tout en confiant qu’il n’y avait pas pour autant de triche, juste une communauté de fans très présente.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @l.ange_greg.la.sublime_lucie

« On est dans une émission de télé-réalité. La prod scénarisait mais en fonction de ce qu’on leur donnait, de ce qu’on offrait comme prestation. Les gens sont tellement dingues. Ils pensent que tout est organisé. (…) La prod ne pouvait pas savoir ce qu’on allait faire. On ne communiquait rien avec eux. Il y avait une vraie place au hasard (…) Nous aussi on le disait parce que c’était évident que ce mec allait gagner ! La prod aurait pu le nommer 15 fois, il aurait été sauvé 15 fois (…) La prod ne voulait tellement pas que Magalie Vaé gagne qu’ils l’ont nommée tout le temps, tout le temps, tout le temps. La France a choisi de la faire gagner : ça désespérait tout le monde, ce qui est injuste car Magalie est une super nana. Comme quoi la prod ne choisit pas tout (…) Il ne faut absolument rien calculer parce que de toute façon, vous ne déciderez de rien. Le public choisit toujours ».

Enrique a bien changé 

Ces primes exceptionnels permettent aux téléspectateurs d’en apprendre plus sur l’actualité de certains candidats moins médiatisés, mais également de les découvrir à la télévision des années après. Si certains anciens apprentis chanteurs n’ont pas changé (le temps semble n’avoir aucune emprise sur Lucas et Patxi de la saison 3), d’autres au contraire affichent un tout autre physique. C’est le cas de Enrique, celui qui a participé à cette saison à tout juste 23 ans après avoir été repéré par la production dans son école de danse. Si le jeune homme est actuellement moins médiatisé qu’un Sofiane (qui a participé à plusieurs télé-réalités) ou qu’une Francesca (elle a signé un contrat sur C8 et fait partie de l’équipe de chroniqueurs de Cyril Hanouna), il est toujours proche de ses anciens camarades de compétition. 

Il a participé avec eux à la création de l’album Restons amis, sorti en septembre 2021, qui rend hommage à Grégory Lemarchal. Un choix de carrière vivement critiqué par Jean-Pascal Lacoste, candidat de la première saison, sur le plateau de Touche pas à mon poste. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir Sofiane : « Il devait avoir besoin de se faire mousser par rapport à Cyril Hanouna comme c’était sa première sur TPMP, mais on ne doit pas attaquer les collègues! Il ne nous a pas rendu service car en plus il a attaqué quelque chose qu’il ne connaît pas« . 

En tout cas, même si les téléspectateurs regrettent que Enrique se soit peu exprimé (pour chaque saison, un ou plusieurs candidats apparaissent en retrait), ils n’ont pas manqué de signaler à quel point il avait évolué physiquement.

« Enrique a manifestement fait une belle carrière dans le cartel de drogue mexicain » écrit un internaute, ironique, pour souligner sa métamorphose.

Crâne rasé, gros tatouage dans le cou, on peine à reconnaître celui qui avait été éliminé lors du huitième prime et qui n’avait pas pu participer à la fameuse tournée. Mais il peut se vanter d’avoir fait partie d’une belle aventure qui a marqué l’histoire de la télévision française. Ils étaient 2.84 millions de téléspectateurs devant leur télé à se rappeler du bon vieux temps, un chiffre en baisse par rapport aux deux premiers primes qui n’avaient pas en face un match de foot de l’équipe de France.