Épargne retraite : tout ce qu’il faut savoir avant de contracter un PER, les infos ici

Les Français craignent de ne pas vivre une retraite paisible du fait de pensions qui s'annoncent bien maigres. Heureusement, il existe des solutions pour avoir des revenus complémentaires.

© ALAMY

Le PER : qu’est-ce que c’est exactement ?

Derrière ces trois lettres se cache tout simplement le Plan d’Épargne Retraite. Son lancement remonte au 1er octobre 2019. Il est accessible à tous. Le nouveau PER est disponible auprès de certaines banques comme la Caisse d’épargne ou la Banque populaire et offre des avantages intéressants (fiscalités adoucies, gestion plus facile).

Le PER est, en effet, un produit d’épargne retraite plus souple, notamment en ce qui concerne les conditions de retraits et de sortie. Au fil des années, le PER permet de se constituer des revenus complémentaires en vue de ses vieux jours, afin de profiter au mieux de sa retraite. Pour conserver tous les avantages du PER, il faut continuer à alimenter son compte. Attention, les fonds versés y sont bloqués jusqu’à ce que le propriétaire atteigne l’âge de sa retraite.

Cependant, dans certains cas, vous pouvez débloquer votre compte. Par exemple, en cas de décès du conjoint titulaire du PER, d’invalidité ou de surendettement. Parfois même, l’achat de sa résidence principale permet de débloquer son PER pour avoir accès à son épargne. 

Retraites : la revalorisation des pensions pour cet été

C’est une hausse de 4% qui attend les retraités, afin de lutter contre l’inflation. ​​Pour estimer la hausse nécessaire, les calculs se basent sur l’inflation moyenne des six derniers mois, plus avantageuse (pour l’augmentation) que la moyenne des douze derniers mois (du fait du bond de l’inflation en février). Ainsi, en avril dernier, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, parle d’une revalorisation qui devrait atteindre 4%. Cette revalorisation prend en compte la projection d’inflation actuelle de l’Insee pour mai, à 5.2%. Cependant, l’inflation de juin, qui pourrait atteindre les 5.4% (toujours selon l’Insee), ne serait pas retenue, car les chiffres définitifs parviennent trop tard pour une indexation au 1er juillet 2022.

Au micro de RTL, Olivier Dussopt, le ministre du Travail, indique qu’il souhaite  « que cette indexation sur l’inflation soit valable pour les retraites du mois de juillet ». « Dans le cadre du régime général, la retraite du mois de juillet est versée le 9 août ».

« C’est notre objectif que l’indexation entre en vigueur à cette date (…) Si on tient compte d’une inflation à 4% et qu’on pense à une pension à 1.200 euros, c’est un gain de 45 euros par mois, ce n’est pas négligeable ».

La réforme controversée des retraites

Mise en pause du fait de l’épidémie de covid-19 mais pas oubliée par Emmanuel Macron, la grande réforme des retraites doit être faite pendant le deuxième quinquennat du président.

Actuellement, le gouvernement réfléchit encore au calendrier pour réformer le système actuel des retraites, celui qui fait tant débat depuis des mois dans la société. Le Ministre du travail indique que « le calendrier est encore en construction« . « Nous inscrirons le calendrier de cette réforme (des retraites) et de la concertation dans le plan d’action du gouvernement. Le président de la République nous a donné un mois pour l’élaborer« . « Je pense que nous pouvons commencer cela (la concertation sur une réforme des retraites) au mois de septembre, au mois d’octobre. Il faut commencer par de la concertation et du dialogue. Dès aujourd’hui je commence à rencontrer les partenaires sociaux ».

Bien que cette réforme ne fasse pas l’unanimité, Emmanuel Macron considère qu’elle doit obligatoirement se faire. Les élections législatives ne sont, cependant, pas allées dans son sens. Le parti du Président est majoritaire en nombre de sièges à l’Assemblée. Mais il n’a pas la majorité absolue.

De nombreux électeurs de gauche regrettent un rapprochement entre les députés de la majorité et le députés RN. Cette alliance permet de faire plus facilement passer les projets du Président. Mais Emmanuel Macron peut être rassuré. Il n’a pas eu à nommer un député de la France Insoumise. Pour rappel, le souhait de Jean-Luc Mélenchon était d’être élu Premier Ministre. Il voulait mettre à exécution ses projets, comme celui de l’augmentation du Smic à 1500 euros. Un projet qui ne verra pas le jour.