Euthanasie: la France va-t-elle la légaliser? Après l’Espagne et le Portugal…

L’Europe a tendance à s’harmoniser sur les textes de loi. Après l’Espagne et le Portugal, c’est au tour de la France de revoir sa politique sur l’euthanasie.

Euthanasie: la France va-t-elle la légaliser? Après l’Espagne et le Portugal...
© BILDERSTOECKCHEN / STOCK.ADOBE.COM

En France, un député LREM (La République En Marche) dépose un projet de loi sur la question de la fin de vie le 27 janvier. Les sondages auprès des citoyens témoignent qu’ils sont de plus en plus favorables à l’euthanasie. Au Portugal, une loi autorisant « la mort médicalement assistée » vient d’être votée à la majorité. En Espagne, le même constat. La France est-elle donc prête à emboiter le pas de ces voisins européens ? 139 députés accompagnent la démarche de Jean-Louis Tourraine. Objeko fait le point avec vous sur ce sujet épineux.

L’euthanasie en France, un débat qui revient dans l’actualité

Le premier constat de ce député qui réclame une révision des textes de lois est « On meurt mal en France ». L’accompagnement des personnes en fin de vie reste inégalitaire en terme d’accès. Les députés déplorent également que des citoyens Français se rendent à l’étranger pour finir leur vie dans la dignité. En effet, plusieurs pays européens autorisent déjà l’euthanasie. La Belgique, le Portugal, le Luxembourg et les Pays-Bas font ici figure d’exemple. Car en France, le suicide assisté n’est pas encore à l’ordre du jour. Néanmoins, le pays autorise le refus de l’acharnement thérapeutique pour un patient incurable. De plus, il est possible de demander aux médecins d’administrer des sédations importantes à ces personnes afin de leur permettre de s’en aller sans souffrances. Ce sont deux lois qui encadrent ces procédures françaises. La loi de Leonetti de 2005 et la loi de Claeys-Leonetti de 2016.

Une question délicate

En revanche, les lois françaises sur la question de la fin de vie sont très spécifiques. Aussi, rares sont les cas qui peuvent en bénéficier. La récente implication de l’Espagne et du Portugal sur l’euthanasie relance donc naturellement le débat en France. Car ce sont des pays européens voisins, de surcroît à dominance catholique. Le député Jean-Louis Tourraine souhaite, dit-il, arrêter cette « hypocrisie qui n’a que trop duré ». À l’appui, des sondages et des études qui montrent qu’il existe des pratiques illégales de l’euthanasie en France. Il s’agirait de 2 000 à 4 000 personnes qui se font accompagner pour mourir et cela chaque année. Cela renforce dons le principe d’accès égalitaire aux soins dans le pays.

Une nouvelle loi en proposition

La proposition de loi, soutenue par 118 députés, propose d’encadrer l’euthanasie par différents moyens. Elle doit découler d’un choix « libre et éclairé » mais aussi donner la possibilité aux patients de révoquer leurs choix à tout moment. Elle ne serait de plus que disponible pour les patients incurables qui souffrent psychiquement ou physiquement et dont aucun soin ne pourrait les soulager.

Le 18 janvier dernier, Marnie Bernier déposait une mesure ressemblante à l’étude de l’Assemblée Nationale et du Parlement. Le but est toujours en effet de permettre aux Français de mourir dans la dignité. Ma question de l’euthanasie reste un sujet très sensible. Car cela revient à décider qu’il est temps de mourir. Jusque là, c’est une décision qui n’appartient ni aux médecins, ni aux patients. La prédominance de la religion catholique et de ses effets moraux peut jouer sur cette considération.

La crise sanitaire remet l’euthanasie au centre des préoccupations des Français

Pour les députés qui proposent de revoir ces lois, c’est bien la pandémie qui a remis le débat sur le devant de la scène. Les décès sont quotidiennement dans les JT et le droit à une mort digne est évidemment plus important aujourd’hui. Objeko précise néanmoins à ces lecteurs que l’adoption de telles lois prendra du temps. Et que le Président de la République, Emmanuel Macron, ne s’est pas encore positionné sur la question. Le député Olivier Farloni avait déposé quant à lui une proposition de loi sur ce sujet également. Ce 16 février, il était fière d’annoncer qu’elle sera enfin débattue le 8 avril prochain à l’Assemblée Nationale.

Le Portugal a rejoint les pays européens qui légalisent l’euthanasie le 29 janvier dernier. Elle n’est pas encore en vigueur mais le texte a été voté avec 136 voix favorables, 78 voix défavorables et 4 abstentions. Evidemment, l’Eglise catholique s’indigne face à l’expression des votes. Pour elle, c’est un retour en arrière et pas un progrès comme l’avancent certains politiciens. La France a encore du chemin avant de changer les textes sur la question de l’euthanasie. Mais le débat est à présent ouvert et en pleine crise sanitaire, il ne risque pas de passer inaperçu. Les militants pro-euthanasie faisaient l’actualité, en France, il y a environ un mois.


Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.