Evelyne Dhéliat: L’incroyable miss météo de TF1, retour sur sa carrière exceptionnelle

Évelyne Dhéliat tient un record de longévité chez TF1. La présentatrice météo a rejoint la chaîne en 1969, il y a 52 ans !

Evelyne Dhéliat : retour sur la carrière exceptionnelle à TF1 de cette présentatrice météo adorée des Français
© Cyril Moreau/Bestimage

Tous les Français connaissent Evelyne Dhéliat. Dans la rue, la Miss météo a autant de mal à passer inaperçu qu’une star hollywoodienne ! « Quand je suis dans la rue, les gens ne me disent pas : ‘Ah, tiens, je vous ai vue quelque part’. Ils savent qui je suis. Même avec le masque ! Le mois dernier, j’avais le masque et une petite casquette, et dans une boutique, un homme m’a dit : ‘Vous avez la voix d’Évelyne Dhéliat’. C’est impressionnant. Présenter la météo, c’est pire que Tintin : on parle à toute la famille et à toutes les catégories socioprofessionnelles« , confiait-elle récemment à nos confrères du Point.

Evelyne Dhéliat: “Mon quotidien ne consiste pas seulement à présenter le bulletin.”

Elle s’apprête à démarrer une nouvelle saison chez TF1. C’est l’une des figures mythique du PAF. En effet, c’est elle qui a le plus ancien CDI . Car Évelyne Dhéliat a fait ses débuts en 1969 quand TF1 était “la première chaîne de l’ORTF” de 1969 à 1975, avant de devenir TF1. Elle débute en tant que speakerine. Puis en 1992, elle officie comme présentatrice des bulletins météorologiques. Pourtant, son métier reste méconnu. “Mon quotidien ne consiste pas seulement à présenter le bulletin.”, explique-t-elle ainsi dans les colonnes de Télé 7 Jours.

Et de poursuivre : “Je suis responsable du service météo de TF1/LCI, nous faisons partie de l’info et travaillons avec la rédaction pour anticiper les événements. Mon rôle est d’informer, d’expliquer. On sent chez les gens, depuis la fameuse tempête de 1999, une prise de conscience du danger de certains phénomènes météorologiques et le besoin de comprendre le pourquoi du comment. Mon travail est de plus en plus intéressant.« , explique-t-elle ainsi à nos confrères de Télé 7 Jours.

Outre la météo, la ravissante blonde a animé le concours de l’Eurovision en 1980 (demi-finales et finales françaises), “La Maison de TF1”, “Ravis de vous voir” ou encore “C’est bon à savoir”. En 2012, Évelyne Dhéliat découvre qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Opérée au printemps, elle suit alors un traitement épuisant. Mais elle doit quitter l’antenne pendant six mois. « Il s’agit d’un épisode intime de ma vie. Je garde mes blessures secrètes. Je n’ai d’ailleurs pas perçu cet événement comme une épreuve, mais comme une étape de ma vie », révèle-t-elle à Paris Match.

« J’ai eu des traitements lourds. »

Et de poursuivre : « On m’a opérée et j’ai eu des traitements lourds. Les gens ont commencé à demander pourquoi je n’étais pas là. J’ai alors décidé de le dire. Je suis revenue, j’avais une perruque. C’était compliqué pour moi de vivre tout cela », a-t-elle ajouté l’année suivante au même magazine.

En tous cas, Évelyne Dhéliat est une battante. «Je n’ai pas perçu cet événement comme une épreuve, mais comme une étape, en sachant que, dans la vie, si certaines sont choisies, d’autres, comme celle-ci, vous sont imposées. Pourtant, chacune d’elles vous apporte forcément quelque chose.» Évelyne Dhéliat a traversé une autre épreuve très difficile. En effet, l’indétrônable madame météo a perdu son mari. Il s’agit de Philippe Maraninchi. Ce dernier est décédé des suites d’un AVC, le 11 avril 2017. Ensemble, ils ont vécu 51 ans. Ils étaient mariés en effet depuis le 15 avril 1966.

« Mon choix, pour le moment, c’est de rester »

Évelyne Dhéliat sait qu’elle pourra encore exercer son métier pendant quelques années.  Elle regrette simplement que sa fille unique, Olivia, ne suive pas la même vocation qu’elle. « Il est possible que ça ait sauté une génération. Mes petits-fils sont très intéressés par mon métier. Ils se sont familiarisés avec le fond vert et les coulisses. Il y en a un qui est plus intéressé par le graphisme, l’autre par le studio. »

« Mon choix, pour le moment, c’est de rester. Ça ne dépend pas que de moi, bien sûr. Ça dépend aussi de la direction et des téléspectateurs. Pour l’instant, ça se passe bien. Je suis très heureuse dans ce que je fais et je n’ai pas prévu de quitter l’antenne » a-t-elle poursuivi dans les colonnes de Télé-Poche.


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.