Face à l’évolution de la Covid-19, Emmanuel Macron mentionne deux scénarios possibles, que seraient-ils?

Alors que le taux de contamination augmente fortement dans les Alpes-Maritimes, Emmanuel Macron évoque désormais « deux scénarios possibles » pour le reste de la France

Face à l’évolution de la Covid-19, Emmanuel Macron mentionne deux scénarios possibles, que seraient-ils?
Crédit photo : Jeff Pachoud / AFP

Emmanuel Macron: Il s’agit d’un véritable casse-tête pour le chef de l’État. En effet, il est maintenant face à un choix très difficile. Après avoir envisagé un assouplissement des mesures face à la covid-19, les nouvelles augmentations des cas pourraient l’obliger à faire un virage à 180 degrés. Car dans certaines de régions de France, le taux d’incidence augmente de manière significative. Le vendredi 19 février dernier, Emmanuel Macron s’est donc exprimé face aux députés. Selon lui, il y a deux scénarios bien distincts possibles. Objeko revient ainsi sur les déclarations du chef de l’État.

Emmanuel Macron : deux solutions diamétralement opposées 

L’heure du bilan

Après un an d’une crise jamais vu sur la planète, les décideurs politiques doivent faire face en plus à une énorme vague de mécontentement. En effet, les différents couvre-feux ou confinements commencent à littéralement peser sur le moral des populations. De plus, la situation économique continue de s’empirer de jour en jour. Les faillites augmentent et beaucoup ne savent plus comment gérer les fins de mois. Emmanuel Macron avait donc l’espoir d’être capable d’annoncer une bonne nouvelle aux Français. Car certaines statistiques laissaient entendre que les cas de contamination tendaient à la baisse ou du moins à la stabilisation. 

Pourtant, certaines régions de l’Hexagone sont loin du compte. Notamment la Moselle et les Alpes-Maritimes. D’ailleurs, dans la région azuréenne, un nouveau confinement durant le week-end est désormais d’application. Du vendredi soir au lundi matin, les populations de cette région devront bel et bien rester chez eux. Au vu de la tendance, le président de la République réfléchit. Objeko revient donc sur son discours face aux élus.

Le temps des décisions

Durant le week-end, Emmanuel Macron annonçait avoir besoin de 8 à 10 jours pour se prononcer. Car il espérait pouvoir alléger les mesures de couvre-feu et aussi pouvoir livrer une bonne nouvelle aux Français. Ainsi, certains imaginaient déjà la réouverture des restaurants ou des lieux de culture. Cependant, d’autres se montraient beaucoup plus prudents. Les conseillers scientifiques du chef de l’État pensaient en effet qu’une telle décision était beaucoup trop précoce. Pourtant, le mari de Brigitte Macron voulait y croire. 

Emmanuel Macron se serait même montré très empressé de pouvoir  » libérer «  plusieurs millions de ses concitoyens. Mais aujourd’hui, le constat est amer. Ainsi, l’éventualité d’un reconfinement ressurgit à nouveau. Face aux députés, le chef de l’État a donc annoncé le fruit de sa réflexion :  » Pour les semaines à venir, il y a deux scénarios possibles. Il est trop tôt pour en privilégier un des deux « . En effet, deux options s’offrent à lui. Soit les cas continuent d’augmenter et il faudra maintenir les dispositions en place, voir pire les alourdir, soit les cas diminuent. Et là, il pourra enfin  » relâcher «  la pression. Mais pour l’instant, l’optimisme ne semble pas de mise. Objeko vous explique pourquoi.

De l’espoir à l’inquiétude

Emmanuel Macron et son porte-parole Gabriel Attal doivent bien se rendre à l’évidence. Comme l’explique le porte-parole du gouvernement ce samedi 20 février :  » La tendance n’est plus bonne « . Dès lors, il en tire toutes les conclusions qui s’imposent.  » La tendance n’est pas à desserrer les restrictions et les contraintes « . Olivier Véran reconnaît en effet ne pas être du tout optimiste et avoue même connaître désormais l’inquiétude.  » Parce que la seule solution si ça ne baisse pas drastiquement et vite, serait un confinement strict avec fermeture des écoles «  expliquait un conseiller de l’Élysée dans les colonnes du journal Libération. Mais même le chef de l’État semblait pourtant confiant sur le sujet. Cependant, il lui faut faire face aujourd’hui aux réalités.  » Les prédictions épidémiologiques prévoient plutôt une forte augmentation pour le mois de mars « . D’ailleurs, le récent confinement des Alpes-Maritimes n’est-il pas un avant-goût de ce que connaîtra bientôt le reste du territoire ?

Pour l’instant, il semble trop tôt pour le dire. Cependant, l’explosion des cas de covid-19 et notamment du variant en anglais ramènent une vive inquiétude. De plus, en période de vacances scolaires, d’autres questions se posent. Ces congés, vont-ils favoriser une diminution des contaminations ou bien au contraire les faire se propager ? Dès lors, la prochaine intervention d’Emmanuel Macron sera décisive. Il devra se décider à livrer son verdict à des dizaines de millions de personnes suspendus à ses lèvres. Objeko ne manquera évidemment pas de vous tenir informé dès la prise de parole du chef de l’État. Mais sans jouer les oiseaux de mauvaise augure, un certain réalisme s’impose.


Valerie Hommez

Rédactrice web, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.