Françoise Hardy au plus mal: frappée de plein fouet par la maladie, elle fait de terribles révélations

Lors d'une interview sur France Inter, Françoise Hardy se confie sur sa maladie contre laquelle elle se bat depuis plusieurs années. Un maladie qui a laissé de terribles séquelles

© DR

Où en est exactement l’état de santé de Françoise Hardy ? Récemment interviewée par Augustin Trapenard sur France Inter, la mère de Thomas Dutronc se livre sans aucun tabou. En effet, la maladie qui la frappe lui a laissé de terribles séquelles. Elle raconte ainsi son cauchemar, son calvaire qui l’accompagne maintenant depuis bientôt trois ans. Objeko revient donc pour vous sur ce témoignage des plus bouleversants.

Françoise Hardy : le cancer, la souffrance, la mort, la chanteuse dit tout

Une terrible et longue épreuve

Ce vendredi 19 mars 2021, Françoise Hardy évoque ainsi ses problèmes de santé face Augustin Trapenard dans Boomerang sur France Inter. Sans éviter le moindre sujet, elle se rappelle de ce jour où le diagnostic terrible est tombé. En effet, les médecins lui découvrent un cancer du pharynx. Même si aujourd’hui, le cancer semble néanmoins l’avoir laissé tranquille bien que les conséquences soient désormais lourdes à porter. 

Mais dans un premier temps, l’éternelle compagne de Jacques Dutronc revient sur la date et l’heure du verdict :  » C’était le lendemain de l’un de mes anniversaires. Avec l’une des grandes amies de Thomas qui est née comme moi un 17 janvier, on venait d’apprendre qu’on m’avait diagnostiqué un lymphome « . Ainsi, Françoise Hardy se souvient de la réaction de son fils.  » Un moment, Thomas s’est levé, j’ai cru qu’il allait aux toilettes. Et sa grande amie m’a dit : ‘ il ne voulait pas que tu voies qu’il pleure. Même quand j’en parle maintenant, ça me bouleverse encore « .

Des mots pour crier sa douleur

Au cours de sa carrière, Françoise Hardy aura effectivement écrit tous ses sentiments sur le papier afin de très souvent les mettre en musique. Dès lors, l’annonce de sa maladie n’échappe pas à la règle.  » J’ai écrit ce texte en pensant aux bouleversements de Thomas. Le texte est pour lui « . Pourtant, certains ne semblaient pas persuadés que les paroles de cette chanson étaient idéales. Mais Françoise Hardy en est convaincue.  » C’est à partir d’un bouleversement qu’on est inspiré pour un texte. Pas tous les bouleversements, mais certains d’entre eux « . Car si bien évidemment le diagnostic de cancer l’a profondément meurtri, mais c’est surtout  » la peur de souffrir «  qu’il a véritablement bouleversé.

D’ailleurs, les craintes de Françoise Hardy semblaient véritablement fondées :  » Depuis trois ans, je vis un cauchemar absolu « . Et malgré la rémission, l’idée de la fin est toujours présente. Néanmoins, l’artiste à sa propre philosophie sur le sujet.  » Quand le corps rend l’âme, il la libère. Ça veut dire que l’âme retourne là d’où elle vient, mais enrichie par tout ce qu’elle aura appris de son incarnation « . Un espoir qui lui permet peut-être de se convaincre que tout n’était donc pas en vain. Néanmoins, la crainte de la douleur physique et probablement l’un de ses plus grands cauchemars. Objeko vous explique comment Françoise Hardy imagine dès lors la fin.

L’euthanasie vue comme une solution

Depuis l’annonce de sa maladie, Françoise Hardy envisage toutes les possibilités. D’ailleurs, elle affirme ne pas avoir  » peur de mourir « . Par contre, la souffrance l’effraie véritablement. La sienne, mais également celle des autres lorsqu’elle rendra son dernier souffle. Elle pense notamment à son fils et bien évidemment à Jacques Dutronc. Néanmoins, la possibilité de décider du jour et de l’heure de sa mort aurait pu la rassurer. Mais malheureusement, cela ne sera pas possible.  » Je n’aurai hélas pas le soulagement de savoir que je peux me faire euthanasier. La France est inhumaine sur ce plan « .

En tout cas, Françoise Hardy connaît toujours de réelles souffrances. En effet, comme elle l’expliquait récemment, elle a déjà perdu une grande partie de ses capacités auditives. De plus, elle connaît des phases d’étouffement et des problèmes de déglutition par manque de salive. Le résultat de longues séances de radiothérapie qui ont malheureusement eu comme conséquence d’assécher complètement sa tête. Dès lors, les douleurs sont parfois insoutenables. Mais comme la chanteuse le dit, elle ne craint pas de partir. Seulement de laisser un vide dans le cœur de ceux qui l’aiment, mais également la tristesse de ne pas pouvoir décider du moment exact de rendre son dernier souffle. Néanmoins, l’idée que son âme lui survivra, semble être pour elle, le soulagement d’une certaine éternité. Voilà donc un témoignage très touchant, aussi bien par sa sincérité que par la douleur qu’il transmet.