Françoise Laborde évoque la mort de son époux, ses deux enfants, son compagnon !

Françoise Laborde est une femme pétillante. Certes, ses fans adoraient la voir à l’antenne. Pourtant, son existence n’a pas été de tout repos puisqu’il y a eu de nombreux rebondissements. On vous dit tout sur sa philosophie de vie !

Françoise Laborde : épanouie, elle se confie sur le mariage et ses enfants !
© Getty Images

Françoise Laborde n’est pas qu’une journaliste ou qu’une soeur de. C’est également une femme fière d’elle ! Un vrai exemple à suivre !

Françoise Laborde aborde sereinement la vie !

D’ordinaire, on ne doit jamais donner l’âge d’une femme. C’est mal poli. Cependant, aujourd’hui a décidé de faire une petite entorse à cette règle. En effet, François Laborde vient tout juste d’avoir soixante-huit ans. Ce qui fait qu’elle va bientôt changer de décennie. C’est incroyable. Au premier abord, elle en fait au moins dix de moins. On ne le sait pas toujours, mais elle et ses deux sœurs ont fait une partie de leur scolarité dans le pays de l’Oncle Sam. Une fois de retour dans l’Hexagone, la cadette fait d’abord des études de droit. Mais rien ne va se passer comme elle l’aurait prévu !

Une renaissance

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Françoise Laborde (@frlaborde)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Françoise Laborde (@frlaborde)

En exclusivité, Objeko a trouvé des photos de Françoise Laborde en compagnie de ses deux enfants. Il y a d’abord Numa en 1993. Trois plus passent et Théodore vient consolider les liens de cette magnifique famille. Malheureusement, leur père meurt tragiquement une décennie plus tard. Tout d’abord inconsolable, la journaliste va alors comprendre qu’elle a une carte importante à jouer. Elle ne doit pas jeter l’éponge. Elle va se battre comme jamais pour retrouver le chemin de l’apaisement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Françoise Laborde (@frlaborde)

Du reste, Françoise Laborde va se consoler dans les bras de Jean-Claude Paris. Ils ont en commun l’amour des médias, et plus largement de la télévision. Mais avant de lui dire oui, elle a dû peser le pour et le contre. Est-elle réellement prête à s’investir auprès d’un autre homme ? Précisons que leur rencontre est tout sauf banale. “Nous étions à une cérémonie de vœux quand je lui ai demandé machinalement si ça allait. Pour la première fois, il a répondu « moyen ». Je lui ai proposé de me suivre dans une soirée pour le Nouvel An russe. Une semaine plus tard nous partions ensemble à Venise.

Se faire confiance

Donc, tout s’est fait très rapidement. Pour celle qui avoue avoir été  “cette sorte de femme qui ne veut pas ajouter une brosse à dents de plus dans sa salle de bains.” Elle sait qu’elle doit beaucoup à ce coup de chance du destin. “J’ai tout balayé pour Jean-Claude. En même temps, je ressentais une forme de sérénité inédite“.

Pour expliquer sa nouvelle philosophie, elle ne mâche pas ses mots. “À partir d’un certain âge, on a davantage de bienveillance envers l’autre, moins d’impatience. On attaque la deuxième mi-temps de sa vie avec la volonté de se la simplifier. On s’épargne les petits ridicules de la jeunesse. Par exemple, on ne pose plus des questions ridicules du genre « tu m’aimes?”

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Françoise Laborde (@frlaborde)

Mais avant de s’offrir à quelqu’un d’autre, elle a dû se faire confiance. Autrement dit, comprendre ce que veut dire aimer d’accord oui, mais d’abord envers elle-même. “La voix rauque de fumeuse est s*xy à 20 ans, glauque à 50. J’ai arrêté la cigarette il y a huit ans. Et l’alcool il y a quatre ans.” On devrait tous en prendre de la graine !

Si vous voulez suivre ses conseils, Françoise Laborde les récapitule dans son livre “Les mûres ne comptent pas pour des prunes” D’ailleurs, elle traite aussi le quotidien comme ce qui se passe sous la couette. “Avec l’âge, on sait ce qui nous plaît, on a moins d’inhibitions, alors autant en profiter” Toujours avec humour, elle aborde la thématique vestimentaire que de le fait de cultiver les kiffs en amoureux “Quand on est sexagénaire, on ne porte plus de culottes aux élastiques distendus et on n’enfile pas un tee-shirt pour dormir, parce que, ça aussi, c’est mignon à 30 ans, mais après ça fait vieille qui ne se tient pas (…).” À tout âge, on peut donner le meilleur de soi à l’autre ! Il ne faut jamais perdre espoir !


Avatar

Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.