Fraude : trahie par ses publications Facebook, elle doit rembourser 25.000 € à la CAF

Une femme ne déclarait pas sa vraie situation personnelle. En effet, elle mentait sur ses déclarations. On vous raconte !

© Laurence Valdés-Fraude : trahie par ses publications Facebook, elle doit rembourser 25 000 € à la CAF

Les réseaux sociaux peuvent être utiles, mais aussi dangereux ! En effet, une personne a été prise en flagrant délit de mensonge sur Facebook. Cette dernière a arnaqué la CAF, mais elle aurait dû faire davantage attention à ses publications sur la Toile. On vous raconte cette fraude !

Une femme fraude la CAF et se fait prendre à cause de Facebook !

Est-ce qu’on se fait toujours avoir quand on n’est pas sincère dans sa démarche ? En effet, on peut toujours essayer de tirer des avantages en étant malhonnêteté, mais comme on dit, la vérité triomphe toujours, n’est-ce pas ? En tout cas, c’est la conclusion que peut tirer cette personne qui est coupable d’une fraude à la CAF. Ou bien, qu’elle n’a pas été assez discrète sur les réseaux sociaux !

En tout cas, la femme qui a arnaqué la CAF a été prise la main dans le sac. Aujourd’hui, à cause de sa fraude, elle doit rembourser près de 25 000 euros à la Caisse d’allocations familiales. La raison ? Elle a été trahie par ses posts publiés sur Facebook. La fraude date de 2019, mais elle vient de réapparaitre sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Comme un moyen de ne pas oublier les pratiques qui peuvent se retourner contre vous…

« Pour vivre heureux, vivons cachés ? »

En 2019, ce sont les journalistes du Dauphiné Libéré qui avaient partagé cette histoire. La femme, âgée alors de 50 ans, avait perçu la somme totale de 25 122 euros d’aides sociales en quatre ans, entre 2014 et 1018. La fraude était simple. Elle mentait et se déclarait mère célibataire.

La réalité était différente de ce qu’elle déclarait à la CAF. En effet, cette commerçante résidait dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, mais elle était loin d’être seule. Elle ne vivait pas seule, mais en concubinage avec un homme de 45 ans.

Le personnel de la CAF a découvert la fraude en tombant sur des postes Facebook. La quinquagénaire n’hésitait pas à partager son quotidien sur le réseau social. Ainsi, les agents de la CAF ont vit compris qu’elle était loin d’être une mère solo et qu’elle vivait en couple. D’ailleurs, cette femme n’a pas cherché à nier sa fraude quand elle s’est fait prendre. Elle a préféré reconnaitre les faits et plaider « une précarité financière avérée ». Son concubin a aussi avoué qu’il était complice. Par conséquent, le couple a été reconnu coupable. Celui-ci doit payer 1 500 euros d’amende chacun avec sursis. De plus, la CAF veut revoir la couleur de son argent et a demandé un remboursement de l’intégralité des montants perçus…