Gilles Verdez TPMP: Cyril Hanouna et la prod’ lui viennent en aide avec un gros chèque…

Gilles Verdez a été condamné pour diffamation, suite à des propos tenus dans “TPMP”. Mais son producteur et animateur ne l’a pas abandonné face à la justice.

Gilles Verdez TPMP : Cyril Hanouna et la prod' lui viennent en aide avec un gros chèque...
© C8

Gilles Verdez est l’un des chroniqueurs récurent du plateau de TPMP. Depuis 2013, il fait partie de l’équipe de Cyril Hanouna et il a la réputation de ne pas hésiter à mettre les pieds dans le plat. En effet, Gilles Verdez a tendance à soulever les polémiques et à relancer les débats. Un atout indéniable pour l’émission de C8. Mais parfois, il est possible que ces propos aillent trop loin. Lorsque c’est le cas, il ne rechigne pas non plus à s’excuser publiquement. Cependant, c’est devant la justice que s’est réglée une affaire précise. Car Gilels Verdez avait reproché à Bernard de la Villardière d’être islamophobe en plein direct. Objeko vous explique cette affaire qui conduit à une condamnation et revient également sur le geste de Cyril Hanouna et de la production de TPMP pour le soutenir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par cathy lantuejoul (@cathylantuejoul)

Gilles Verdez salue les gestes de l’animateur et de la production de TPMP

Le chroniqueur avait pris partie de vivement critiqué l’émission de Bernard de la Villardière, Enquête Exclusive. Sur le plateau de TPMP, toutes les émissions du petit écran sont soumises au même règles. Les chroniqueurs débattent de l’intérêt des programmes, de leurs parts d’audience mais aussi de la pertinence des animateurs. Et en février 2018, Gilles Verdez considérait que Bernard de la Villardière était islamophobe. Des propos graves qu’il a tenu et dont il ne se cache pas. Car sur le plateau de TPMP, c’est bien lui qui a le plus de mordant, Objeko en convient. Cependant, ces propos l’ont conduit à des poursuites judiciaires pour diffamation. Heureusement, même si son nom était le seul cité pour la plainte, il n’était pas seul à payer l’addition.

Gilles Verdez n’est effectivement pas le dernier pour faire preuve de répartie. Et il n’est pas le dernier non plus à foncer tête baissée dans les débats et dans les polémiques, même les plus houleux. Dernièrement encore, c’est face à un intervenant encore plus habitué des polémiques qu’il montait le ton.

Le chroniqueur n’a visiblement pas l’intention de retenir ses chevaux. Quand i lest lancé sur un sujet, c’est avec conviction qu’il tente de faire avancer les débats, ne laissant jamais de côté ses principes. Cela est certainement l’une des raisons pour lesquelles Cyril Hanouna et Gilles Verdez collaborent depuis tant d’années. En effet, aussi entêté soit-il à faire entendre ses arguments, il est une personne sincère malgré ses dérapages. Car sur le sujet de Bernard de la Villardière, il a en effet dérapé. Autrement, la justice ne l’aurait pas condamnée à verser une somme en réparation à l’animateur d’Enquête Exclusive.

Une affaire qui finit devant les tribunaux et qui lui servira de leçon aux chroniqueurs

Cette affaire est allée devant les tribunaux suite à la plainte de Bernard de la Villardière. Plutôt que d’attaquer C8, TPMP ou encore Cyril Hanouna, c’est Gilles Verdez qui était le seul accusé. De plus, ce sont plusieurs chefs d’accusations qui courraient contre lui. À charge notamment, un supposé acharnement du chroniqueur contre Bernard de la Villardière et Enquête Exclusive. Pourtant, avant de porter plainte, il avait tenté de se justifier et de clamer le jeu.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par cathy lantuejoul (@cathylantuejoul)

“Je ne me sens pas concerné. Je trouve que c’est une accusation gratuite, dérisoire (…) Vous me parlez d’islamophobie : j’ai passé une partie de mon enfance au Liban, j’ai vécu au Maroc, j’ai plein d’amis musulmans et je crois que je suis dans la presse française un des journalistes qui a le plus été au chevet des musulmans dans les camps en Syrie, en Irak… J’ai été rencontrer des victimes”. disait Bernard de la Villardière.

Mais les critiques ont continué de la part de Gilles Verdez et il a donc été inquiété par la justice. Alors, qu’il se croyait seul dans cette tourmente, il a pu compter sur le soutien de TPMP. En effet, Cyril Hanouna et le directeur général d’H2O Productions, Lionel Stan, se sont occupé des frais de justice du chroniqueur. Il en aurai eu aux alentours de 5 000 euros. Sans qu’il ne demande rien, Objeko le souligne, et s’apprêtant à faire lui-même le chèque pour régler ces frais de justice, l’animateur de TPMP et la production du programme ont estimé que ce n’était pas à lui de régler cette somme. Ils ont également fait en sorte de trouver un excellent avocat à Gilles Verdez, à leurs frais. Un geste honorable que l’ chroniqueur a donc voulu saluer, ce 19 avril, en direct dans TPMP.


Avatar

Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.