Glenn Viel (Top Chef) dévoile ces 3 métiers improbables qu’il aurait aimé exercer

Glenn Viel remplace Michel Sarran dans l’émission Top Chef. Ce nouveau juré dévoile les 3 métiers surprenants qu’il a failli exercer !

©le parisien

Depuis le mois dernier, la nouvelle saison de Top Chef bat son plein sur M6.  Et dans cette 13ème émission, les téléspectateurs en découvrent chaque jour un peu plus à propos du nouveau juré. Chef de L’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence remplace en effet Michel Sarran. Ce chef triplement étoilé a déjà participé plusieurs fois à l’émission en tant qu’invité. A 41 ans, ce cuisinier breton s’est spécialisé dans les plats authentiques et bruts. Sur son compte Instagram, il n’a pas caché sa joie d’intégrer l’émission.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Glenn Viel (@glennviel)

« Je suis très fier d’intégrer le jury de « Top Chef » pour cette 13ème saison aux côtés d’Hélène Darroze, Paule Pairet et Philippe Etchebest. Hâte de retrouver Stéphane Rotenberg, les cuisines du concours et les nouveaux candidats de cette nouvelle saison. Merci à M6 et studio 89 pour leur confiance. J’espère être à la hauteur des grands chefs qui ont fait partie du jury. J’ai hâte de partager cette formidable expérience avec vous ! », a-t-il ainsi fait savoir sur Instagram quand M6 a annoncé son entrée dans l’émission.

Il renonce à sa carrière d’humoriste

Aujourd’hui, il se dit surpris par les compétences des candidats. « Je suis épaté du talent des jeunes d’aujourd’hui, ils arrivent avec une hargne, une envie ! Et il faut avoir les épaules solides parce que c’est très très rythmé, on rencontre des chefs extraordinaires. C’est comme si vous étiez un jeune footballeur et que d’un coup Messi vous fait une passe, vous faites deux ou trois jours avec lui et après vous sentez une tape dans votre dos et c’est Ronaldo. C’est un peu ce qui se passe à ‘Top Chef’ ! Pour les candidats c’est une pression énorme et franchement, ils ont assuré. », indique Glenn Viel à France Télévisions. 

Très touché par les candidats, Glenn Viel entend leur transmettre quelque chose. « J’étais aussi venu pour ça. L’échange nous nourrit les uns les autres. Je dis toujours : on apprend du premier souffle au dernier souffle si on le veut. J’ai envie d’apprendre. D’ailleurs j’ai créé des recettes grâce à mon passage à ‘Top Chef‘ : ‘Une fleur pas comme les autres’ par exemple, l’idée c’était de recréer une fleur de courgette. Et un autre plat ‘C’est vous l’abeille’ : pas de couvert, juste des petites fleurs à manger, agrémentées de différents parfums. », renchérit-il en effet.

« Je cachais des trucs sous mon lit »

Si la cuisine est sa passion irremplaçable, ce ne fut pas toujours le cas. Le chef a failli exercer d’autres métiers bien éloignés de la cuisine ! Tout d’abord, Glenn Viel pensait « marcher dans les pas militaires de papa« , ainsi qu’il le confiait à nos confrères de Paris Match le 10 février dernier. Il souhaitait en effet devenir gendarme. Puis il a jeté son dévolu sur le judo. Mais il a vite changé d’avis. Car il a voulu se lancer dans une carrière d’humoriste.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Glenn Viel (@glennviel)

Ca peut surprendre. Et pourtant, au fil des épisodes, on se rend compte que Glenn Viel a un véritable talent pour les blagues. « Ce n’est pas si éloigné de ce que je fais. Provoquer le rire, c’est comme offrir une cuillère de purée, c’est donner du plaisir !« , lâche-t-il dans les colonnes de Paris-Match. Mais à partir du collège, sa passion pour la gastronomie devient dévorante et éclipse ses envies de spectacles  de nos confrères. « Je cachais des trucs sous mon lit pour manger en cachette. Ma mamie était boucher traiteur, elle cuisinait superbement bien. Mon père gendarme aurait pu devenir chef« , confie ainsi le chef dans les colonnes de Télé Star.

Pourtant, cette nouvelle vocation ne plaît pas à tout le monde. « À l’époque, c’était vu comme un échec, mais ma famille savait que je ne me lancerais pas dans de grandes études. Aujourd’hui, je bombe le torse quand je dis que je suis chef« . Et il y a de quoi !