Grégory Cuilleron (Top Chef) : ses confidences poignantes sur l’origine de son handicap

Pas facile de faire Top Chef et d’avoir cette contrainte. Comme pour se donner des forces, cet ancien participant de Top Chef se confie. Epreuves au quotidien, soutien ou jugement de ses pairs, tout y passe !

Grégory Cuilleron (Top Chef) : ses confidences poignantes sur l’origine de son handicap
© Voici

En s’inscrivant à Top Chef, il n’aurait jamais pu prévoir les conséquences. Aujourd’hui, cet ancien nous parle de son handicap sans tabou !

Un parcours en dents de scie pour ce héros de Top Chef !

Qui se souvient de Grégory Cuilleron ? Il y a plus d’une décennie, il était l’un des premiers à se lancer dans l’aventure d’un Diner presque parfait. Repéré par les équipes de Stéphane Rotenberg, on lui propose alors l’émission Top Chef. A l’époque, le programme n’est encore qu’à ses balbutiements et on ne peut pas prévoir l’impact sur le public. Si un voyant avait pu lui prédire tout ce qui allait en découler, il ne l’aurait jamais cru !

En 2022, force est de constater que le public a oublié le visage du gagnant de la première édition. Par contre, l’handicap de son adversaire sème le chaos tant il traumatise encore les petits et les grands gourmands. Comment a-t-il fait pour gravir les échelons jusqu’à devenir le responsable d’une entreprise qui ne connait pas la crise ? Objeko vous raconte tout dans les moindres détails !

Un bilan fracassant

Quelques jours après le premier déconfinement, nos confrères de France Info sont allés à la rencontre de ce participant de Top Chef pas comme les autres.  Aussi loin que remontent ses souvenirs d’enfance, il se rappelle que son handicap a toujours été une source de débat ou de frayeur. D’ailleurs, parmi ses proches, « il y en a deux-trois qui ont peut-être pleuré, qui ont du être un peu tristes, parce que justement, ils ne connaissaient pas » ! Heureusement pour lui, il a pu évoluer dans une « famille normale » qui ne l’a jamais mis de côté !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Les décalés (@lesdecales)

Par contre, sur son site officiel, celui qui a eu la chance de faire la première saison de Top Chef n’oubliera jamais ce paradoxe. « Il a fallu que la télévision me sorte de l’anonymat pour que les spectateurs me renvoient une image d’handicapé. » Il trouve ça profondément injuste. C’est pourquoi, comme pour se protéger des remarques blessantes, il avoue avoir fait un sacré tri parmi la réception de « nombreux témoignages après les émissions culinaires ». Jamais auparavant lui ou l’un de son comité de soutien n’aurait osé comparer « ses tâches quotidiennes »  à « des actes de bravoure. » C’est un monde tout de même ! Avec le recul, celui qui n’a jamais eu la moindre once d’animosité contre cette fatalité comprend qu’il a une carte à jouer. C’est maintenant … ou jamais !

Quand l’handicap devient une force dans Top Chef !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par FFCAM (@ffcam.fr)

Son agénésie de l’avant-bras gauche, il a dû apprendre à l’apprivoiser au lieu de la dénigrer. Présente depuis sa naissance, même les spécialistes la définissent comme une « malformation congénitale non invalidante. » D’ailleurs, en ce qui concerne Top Chef ou ses autres projets, il ne comprend pas pourquoi on le met de côté ou on a pitié de lui. « Je suis né comme ça. Je ne me suis jamais senti handicapé…  » Contre les fauteurs de trouble et les rumeurs, il persiste et signe. Dans son quotidien, ce défaut ne l’a « jamais empêché de faire quoi que ce soit et n’a donc jamais été handicapant »

Avec plusieurs livres à son actif, il peut être fier d’avoir multiples cordes à son arc. Après Top Chef, on ne compte plus les projets qu’on lui propose chaque jour. Ce t*uche à tout est également « animateur TV et auteur » ! Plus que jamais, il souhaite mettre sa notoriété à contribution, et notamment dans le domaine de la « sensibilisation des enfants à la cuisine« . Dans un sourire, il nous rappelle qu’il est un « fervent croyant en une politique d’inclusion et au mieux vivre ensemble« . Quel bel exemple pour les futures générations ! Quand on pense à la rivalité qui peut parfois exister entre candidats ou brigades, Objeko pourrait l’écouter pendant des heures…sans jamais se lasser ! C’est une énorme preuve de maturité de toujours prendre les choses de manière positive, surtout par les temps qui courent. Pourvu que ça dure et suite au prochain numéro ! Nous vous disons à bientôt pour de nouvelles aventures !


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.