Hélène de Fougerolles: tsunami, “dans le déni total” sur la maladie de sa fille Shana

Derrière le sourire lumineux d'Hélène de Fougerolles, il y a au moins 18 années de souffrance. Quand on lui annonce que sa fille est autiste, son monde s'écroule. On vous dit tout !

© Patrick Bernard/Bestimage

Au cinéma comme à la télévision, Hélène de Fougerolles a du talent. Hélas, son rôle de maman lui cause bien des tourments. On vous dit tout !

Hélène de Fougerolles, une femme tiraillée

L’autisme vu par les parents


Avant cette émission, Hélène de Fougerolles ne parlait pas ou très peu de sa fille. En effet, pour cette actrice, il était essentiel que ses fans la voient sous son meilleur jour. Elle ne souhaitait vraiment mélanger sa sphère privée et sa carrière. Pourtant, invitée pour faire la promotion de son livre dans Sept à Huit, l’ancienne héroïne de Balthazar tombe le masque. Si elle accepte de faire des confidences sur ce handicap mal connu, c’est qu’elle a longtemps a cru qu’elle était responsable. « Pendant dix ans, ça a été ma réalité : c’était que j’étais une mauvaise maman et que c’était de ma faute si ma fille était comme ça » Objeko trouve ça hallucinant !

Quelques semaines après, Hélène de Fougerolles tient de nous dire un peu plus sur l’ambivalence de ses sentiments. Face à l’émotion de l’équipe d’Anne-Elisabeth Lemoine, elle se justifie « Je me suis sentie responsable parce qu’on disait que c’était un problème maternel avant tout. » Donc, elle se terre dans un silence assourdissant fait de non-dits et d’angoisses pesantes. Peu à peu, elle s’éloigne de tout le monde et le sujet Shana devient tabou. Il ne fallait surtout pas se risquer à en parler ni même à prononcer le nom de la maladie à côté de l’actrice.

Des soutiens sans faille

Ce jour-là, elle n’est pas seule sur le plateau de France 5. Il y a aussi Samuel Le Bihan. Ce n’est pas du tout hasard si les deux personnalités sont les deux invités de cette émission spéciale. En ce qui le concerne, il a tout de suite compris que son investissement auprès de sa fille était une priorité absolue. Qu’importe le qu’en dira-t-on. La seule chose qui compte, c’est d’apaiser sa souffrance et de ne pas qu’elle se sente rejetée.

Admirative de tous les projets entrepris par son collègue, Hélène de Fougerolles complète ses propos « Moi je suis dans le déni total, j’y connais absolument rien en administratif »  Elle compte sur le reste de la famille pour s’en occupe. Divorcée depuis 2007, elle sait que le papa « extraordinaire de ce côté là » fera absolument tout pour soutenir Shana dans les démarches de cet acabit.

Pour conclure, Objeko ne peut pas s’empêcher d’aborder les amis. Si peu nombreux, qu’Hélène de Fougerolles les compte sur les doigts d’une main. Et il y a un couple qui ne l’a jamais laissé tomber… c’est Mélanie Page et Nagui. Invitée sur le plateau de France Inter, elle va réussir à faire pleurer les ondes !

Des projets qui libèrent

De l’avis de la critique, le livre d’Hélène de Fougerolles réunit tous les ingrédients du succès. En effet, il est empreint d’une sensibilité rare. C’est comme si la comédienne avait mis des mots pour enfin apaiser ses maux. Rien de mieux pour se sentir libérée de ses démons et être en paix !

Mais ce n’est pas la seule chose à laquelle aspire Hélène de Fougerolles. « Je voudrais mettre en place des structures adaptées aux particularités et capacités de chacun. Ma fille ne peut pas faire ses lacets, mais elle peut apprendre plusieurs langues avec une rapidité déconcertante. On a déjà trouvé la maison, on cherche des mécènes. Shana s’y rendra, comme d’autres jeunes adultes » Objeko valide vraiment cette idée et espère vraiment qu’elle aboutira !