Huile d’olive : ces arnaques dénoncées par la répression des fraudes font des ravages !

L'huile d'olive est un produit apprécié et incontournable dans nos cuisines. Mais, attention, il y a beaucoup de fraude autour de lui !

© Shutterstock-Huile d’olive : ces arnaques dénoncées par la répression des fraudes font des ravages !

La DGCCRF a mené une enquête en 2021 au sujet de l’huile d’olive. En effet, 222 établissements ont été contrôlés. Dans le lot, il y avait des usines, des grossistes, des distributeurs et des revendeurs sur Internet. Dans 40 % des cas, les agents ont rencontré une anomalie. De plus, trois établissements ont même été poursuivis judiciairement. On vous explique pour quelles raisons.

Huile d’olive : découvrez les fraudes les plus courantes sur ce produit tant apprécié !

Les problèmes dans l’agroalimentaire et les rappels de produits sont devenus monnaie courante dans notre société. Souvent, cela concerne des bactéries dangereuses contenus dans les aliments. Dans d’autres cas, on constate qu’il y a des problèmes d’étiquetage sur les produits alimentaires. Alors, la DGCCRF, qui a pour objectif de protéger les consommateurs, effectue des contrôles tous les ans. En 2021, les enquêteurs ont fixé leur attention sur l’huile d’olive.

Selon les journalistes du Parisien qui ont relayé l’information, les anomalies ont été très nombreuses concernant ce produit très apprécié. En effet, 40% des 222 entreprises vérifiées présentaient une anomalie sur l’huile d’olive. En effet, 90 établissements ne respectaient pas totalement leur devoir et responsabilité. Dans la plupart des cas, les sociétés concernées par ces fraudes ont reçu des avertissements, des demandes de mise en conformité ou encore des sanctions financières. Mais, pour trois établissements, l’affaire a été beaucoup plus loin. En effet, des procès-verbaux ont été établis.

Publicité mensongère pour duper le consommateur

Les anomalies répertoriées par la DGCCRF concernent, la plupart du temps, des soucis d’étiquetage. Nos confrères du Parisien ont expliqué l’affaire d’un professionnel qui commercialisait une huile d’olive vierge extra-bio « fabriquée en France » avec « assemblage d’huiles d’olive communautaires et non communautaires« . En réalité, ce n’était pas du tout le cas. « Les contrôles réalisés ont montré que l’huile était d’origine portugaise. Ces mentions étaient donc de nature à induire le consommateur en erreur sur l’origine réelle du produit », informe la répression des fraudes.

Le même professionnel vendait un produit à base d’huile d’olive vierge extra avec du jus de truffe blanche d’été et un arôme de truffe blanche. La mention indiquée sur la référence était la suivante : « le meilleur du terroir français à la truffe ». Mais, les truffes étaient originaires d’Espagne et d’Italie. Ainsi, encore une fois, cela porte à confusion. Par conséquent, la société a reçu une amende de 8 000 euros.

Par ailleurs, un site web a aussi été pointé du doigt. Celui-ci commercialisait une huile d’olive aux particules d’or. En réalité, il s’agit d’une préparation à base de zinc et de cuivre. Des poursuites judiciaires sont en cours. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Les Mimiseries (@lesmimiseries)

Fraude sur la qualité de l’huile d’olive

Ensuite, une autre fraude courante sur l’huile d’olive concerne sa qualité. En effet, les professionnels mentionnent souvent « huile d’olive vierge extra ». En vérité, c’est juste une huile d’olive de base. Alors, les clients vont payer plus cher pour rien. « Il faut se méfier des trop bonnes affaires. Si vous voyez une huile d’olive vierge extra au prix d’une huile d’olive de base, ce n’est pas normal. Et il faut également que l’étiquetage soit en langue française », explique le porte-parole de la DGCCRF. Alors, faite preuve de prudence et de bon sens. Quand il y a une grosse promotion ou un prix défiant toute concurrence, ce n’est pas toujours une bonne affaire !