« Il me hurlait dessus » : Jane Birkin dévoile cette rigueur implacable de Serge Gainsbourg

En ce moment, les médias honorent Jane Birkin. Ca tombe bien, elle a encore plein de choses à nous raconter sur l'amour de sa vie, Serge Gainsbourg. Et parfois, elles sont pas si aussi joyeuses que on aurait pu le penser. Objeko vous dit tout !

© par Elise Poiret-« Il me hurlait dessus » : Jane Birkin dévoile cette rigueur implacable de Serge Gainsbourg

Derrière son beau sourire, Jane Birkin cache une immense douleur. Quand Serge Gainsbourg s’énervait, il valait mieux qu’elle s’éloigne !

SOS Jane Birkin en détresse !

Cher lecteur d’Objeko, savez-vous que c’est sur le tournage de Slogan que tout a commencé ? Lorsque Cupidon voit Jane Birkin, il se dit que son look androgyne pourrait convaincre Serge Gainsbourg. Pourtant, à cause de son mauvais caractère, la romance ne va pas être un long fleuve tranquille. À l’occasion de la sortie d’un magnifique coffret et d’un retour sur scène exceptionnelle, elle accepte de nous dévoiler le côté obscur du chanteur. Accrochez-vous, nous rentrons dans une zone de turbulences !

Après la pluie…

Après avoir rendu un hommage bien mérité à la reine Elizabeth II, France 3 met Jane Birkin à l’honneur. Truffé d’anecdotes, ce documentaire est un bijou. En récapitulant la liste des tubes écrits par Serge Gainsbourg pour sa muse, Ex-fan des sixties se distingue. Hélas, lors de l’enregistrement en studio, rien ne va se passer comme prévu. Son accent anglais si caractéristique, elle ne sait pas encore à l’apprivoiser. « J’arrivais à faire tout le refrain et je partais tout de suite avec la note. » En véritable chef d’orchestre qui mène son équipe à la baguette, le compositeur perd souvent son sang-froid. Par exemple, « il devenait dingue parce que [Jane Birkin] n’était pas capable de faire des prouesses parfois compliquées dans les chants, dans les contre-chants, etc. » En somme, il estime qu’elle était « bête et dépourvue de rythme. » Voilà qui a le mérite d’être clair !

Dans ce chaos, Serge Gainsbourg en fait voir de toutes les couleurs à son épouse Jane Birkin. « Il me t*pait avec une règle, il me hurlait dessus. » Traumatisée par ce genre d’épisodes, elle dissimule sa gêne derrière un éclat de rire. Si le régisseur n’était pas intervenu, qui sait ce qui se serait passé ? Qu’on se le dise, ce dernier ne supporte plus l’ambiance ni de tenir le rôle d’arbitre. Cependant, souhaitant apaiser les choses, il va réussir à convaincre les parents de Charlotte de prendre un peu de vacances. Promis, ils auront un créneau à la rentrée. Et le moins que l’on puisse, c’est qu’après un repos bien mérité, tout fonctionne comme sur des roulettes. En cette fin 1978, le succès est au rendez-vous pour Jane Birkin !

… vient le beau temps pour Jane Birkin !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Laetitia Burglin (@laetitiaburglin)

Malgré leur séparation, Jane Birkin et Serge Gainsbourg ont gardé leur compliqué jusqu’à bout. Pour preuve, au début des années 90, il souhaiter lui écrire un nouvel opus. Hélas, « l’accouchement se fait dans la douleur. » Gravement malade, extrêmement fatigué, personne ne comprend comment il tient encore debout. Dans le secret de son âme, il sait que sa dernière heure approche. Donc, avec le recul, certains estiment que « ce disque, c’est son cadeau d’adieu. » Face à cette femme qui l’a quitté pour un autre homme, c’est « son ultime déclaration sans espoir de retour d’un amour sans feinte« .