« Il méritait de souffrir plus »: Les déclarations scandalisantes d’une journaliste sur la mort du Prince Philip

Au lieu de laisser le prince Philip reposer en paix, cette auteur botte en touche et n'hésite pas à des révélations scandaleuses ! Objeko vous dit tout !

© TERRY O’NEILL/GETTY IMAGES

Le prince Philip a vécu presque un siècle. Le monde entier le pleure. Sauf cette journaliste. On fait le point sur ce tsunami médiatique !

RIP Prince Philip !

Dire que le prince Philip allait être centenaire en juin. Rien que d’évoquer ce fait, Objeko se dit qu’il a été le témoin de beaucoup d’événements historiques. De plus, vivre aux côtés de la reine d’Angleterre ne devait pas être mince affaire. On le sait, le protocole britannique est parfois pesant si on ne s’intègre pas parfaitement. De plus, les tabloïds n’ont pas laissé beaucoup de répit aux membres de la famille royale. On l’a encore vu récemment la polémique autour du départ de son petit-fils le prince Harry en direction des États-Unis. Mais le tsunami médiatique que nous allons vous raconter aujourd’hui, personne n’aurait pu s’y attendre !

Prince Philip: Une pluie d’hommages

Certes, on savait que le prince Philip allait donc on s’y préparait. Publié sur Twitter, ce communiqué de presse ne laisse pas de place au doute.« C’est avec une profonde tristesse que Sa Majesté la Reine a annoncé le décès de son époux bien-aimé, Son Altesse Royale le prince Philip, duc d’Édimbourg. Son Altesse Royale est décédée paisiblement ce matin au château de Windsor » En quelques secondes, les hommages se multiplient pour saluer sa mémoire. Ils proviennent venaient de toute la planète.

Depuis quelques années, la série The Crown nous raconte les coulisses de la dynastie des Windsor. Au cours de la première saison, les fans comprennent que le prince Philip a dû mettre sa carrière de militaire entre parenthèses. En effet, à la mort de son père, son épouse a dû apprendre à diriger le Commonwealth, avec tout ce que cela implique en devoirs et coutumes. Plus les années passent, plus la famille s’agrandit. Or, avec elle, il y a forcément son lot de sc*ndales publiés dans les journaux. Impossible de tout lister, mais nous sommes convaincus que les murs de Buckingham Palace pouvait parler, il en dirait des choses !

Une gratitude éternelle

Le monde entier guettait la réaction du prince Charles au décès de son illustre géniteur. le teint grave, les yeux embués de larmes, l’émotion du père de William et Harry est palpable « Comme vous pouvez l’imaginer, mon père nous manque énormément à ma famille et moi-même. Il était très aimé, et très apprécié. Mon cher papa (…) aurait été surpris par les réactions et toutes ces choses touchantes qui ont été dites à son sujet. Nous sommes vraiment reconnaissants. Cela va nous soutenir dans cette épreuve si particulièrement triste. »  Il ne le sait pas encore, mais une journaliste va venir rompre le processus du deuil pour le prince Philip.

Ce tweet qui ne passe pas !


Pour déverser sa haine et sa colère, la journaliste Karen Geier a commenté directement en dessous de l’annonce officielle du décès du prince Philip. En sachant qu’elle habite au Canada, elle n’a pas rien respecté. Ni la tristesse des héritiers et encore les autres followers qui souhaitent manifester leur soutien à la famille royale. « Profondément attristée d’apprendre qu’il s’est éteint paisiblement. Il méritait tellement plus (de souffrir). » En tout premier, c’est Le Daily Mail qui met l’affaire sur la table. Puis, comme une trainée de poudre, les réseaux sociaux s’en emparent. On veut tous comprendre le pourquoi du parce que de ce post pas comme les autres.

Dès lors, les critiques s’enchainent. Pourtant, elle n’a pas tenu à se justifier. De elle, elle ne semble pas avoir une once de regret d’avoir causé la peine d’une large partie du peuple britannique. Tout ce qu’elle trouve à faire, c’est de conseiller à ceux qui l’interpellent de se « trouver une vie« .  Un peu hautain comme comportement !

Depuis les faits, les followers ont décidé de se renseigner sur son parcours professionnel. Le choc a été rude lorsqu’on a appris que le journaliste travaillait pour le média The Guardian. Presque immédiatement, la rédaction de ce journal a largement nié les faits tout en précisant qu’elle a juste « a écrit un article pour nous il y a cinq ans. » Afin de mettre les choses au point, un représentant rajoute que son avis ne reflète pas « les opinions du Guardian » Est-ce que cela sera suffisant à éteindre la polémique ? Nul le sait…suite au prochain épisode !