Impôt sur le revenu : ces 7 erreurs les plus fréquentes, évitez-les facilement !

Ce n'est jamais une partie de plaisir de déclarer ses impôts. On a peur du résultat et de faire des erreurs. Pas de panique ! On vous partage nos astuces et les sept erreurs qui reviennent souvent.

© PHILIPPE HUGUEN/AFP

Nous sommes dans la période de la déclaration de revenue. Comme les notices fournies par l’impôt sur le revenu ne sont pas toujours simples à comprendre, on vous partage nos astuces dans cet article. En effet, même si les impôts vous facilitent la vie en remplissant certaines cases de votre déclaration, vous devez quand même contrôler et compléter si nécessaire. On vous dévoile les sept erreurs à éviter.

Impôt sur le revenu : sept erreurs à éviter !

Les Français sont en pleine période déclarative et Bercy a révélé les erreurs que la plupart des contribuables font sur leurs déclarations de revenus. Et grâce à cet article, vous n’en ferez pas partie !

Enfants à charge : pensez à déclarer leurs salaires et déduire les exonérations selon votre cas

Si vous avez des enfants à charge qui sont rattachés à votre foyer fiscal et qui ont reçu un salaire en 2021, vous devez les déclarer. En effet, vous devez additionner leurs salaires aux vôtres. S’ils sont encore dans leurs études et ont moins de 25 ans, ils ont une exonération de 4690 euros sur leurs rémunérations. Ainsi, il faut déclarer uniquement la part qui dépasse. Les apprentis en contrat d’apprentissage et les stagiaires ont aussi une exonération qui s’élève à 18760 euros pour l’année 2021. Hélas, cet abaissement n’est pas valable pour les alternants en contrat de professionnalisation.

Depuis l’année dernière, les salaires des apprentis et des stagiaires sont mécaniquement reportés sur la déclaration. Pour profiter de l’abattement en fonction de chaque situation, il faut cliquer dans la case des revenus et indiquer la situation de votre enfant. Attention, c’est à vous de déduire vous-même les exonérations que vous pouvez avoir selon votre cas particulier.

Parent isolé : ne pas oublier de cocher la case « T »

Si vous habitez seul, c’est-à-dire que vous êtes célibataire, divorcé ou séparé, avec un enfant à charge, vous profitez d’une augmentation de votre nombre de parts de quotient familial. Cette majoration est une demi-part en plus pour votre premier enfant à charge. Dans le cadre d’une résidence alternée, c’est un quart de parts pour chacun des deux premiers enfants. Mais, pour y avoir droit, vous devez cocher la case T au tout début de votre déclaration d’impôt sur le revenu.

Quelle est la bonne option en cas de placements ?

La flat tax est un forfait de 30% partagé entre 12,8% d’impôts et 17,2% de prélèvements sociaux. Est-ce qu’il faut opter pour le barème progressif plutôt que la flat tax ? Tout dépend de votre situation, car il y a plusieurs critères à prendre en compte. Par exemple, votre taux marginal d’impôt sur le revenu, la nature des sommes obtenues (plus-values, dividendes, etc.). Afin de savoir l’option la plus profitable, vous pouvez faire une simulation sur le site impots.gouv.fr.

Par ailleurs, sachez que si vous avez coché la case OP en 2020, elle est maintenue et précochée sur votre déclaration de revenus 2021. Mais, si finalement, vous changez d’avis, n’oubliez pas de la décocher.

N’oubliez pas vos dons et ne vous trompez pas de case !

Certains dons vous donnent droit à une baisse d’impôt de 75%. Par exemple, si ce sont des dons pour des organismes particuliers (Croix-Rouge, Petits frères des pauvres, Restaurant du Cœur…) ou pour des associations cultuelles (entre le 2 juin et le 31 décembre 2021). Pour des organismes d’intérêt général, il y a une réduction de 66%. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’organisme en case de doute. Les cases correspondantes sont les cases 7UD, 7UJ ou 7UF de la déclaration 2042 ou sur la 2042 RICI. Cette partie s’intitule : les dons à des organismes européens autres que la France.

Cas particuliers des assistantes maternelles ou journalistes : il faut déduire les abattements

Les assistantes maternelles ont une exonération calculée selon le nombre d’enfants gardés et du SMIC horaire. Par ailleurs, les journalistes profitent d’un abattement de 7650 euros. Ces abattements ne sont pas pris en compte dans les revenus qui sont préremplis par l’administration fiscale. C’est à vous de modifier les montants dans la bonne case en indiquant l’abattement dans la case 1GA ou 1HA.

Impôt sur le revenu : attention aux charges déductibles qui ne le sont pas toujours !

Selon les informations de Bercy, les contribuables déclarent des charges déductibles de leur revenu total alors qu’ils ne devraient pas. L’administration fiscale souligne que la case 6DD concerne deux types de cotisations. La première, celles de la sécurité sociale qui n’ont pas été enlevées de vos salaires. La seconde, les cotisations obligatoires de votre enfant, toujours en étude, qui est rattaché à votre foyer fiscal et qui ne perçoit pas de salaire.

Impôt sur le revenu : n’oubliez pas la case de la télévision

C’est une erreur courante. Si vous n’avez pas de téléviseur dans votre résidence principale ou secondaire, cochez la case prévue à cet effet. À savoir, la taxe audiovisuelle de 138 euros devrait être éliminée d’ici à l’automne prochain. Affaire à suivre.

Enfin, on a pensé aux freelances et autoentrepreneurs qui doivent aussi faire leur déclaration d’impôt sur le revenu, même s’ils règlent déjà l’Urssaf d’un côté. N’hésitez pas à prendre des informations sur le compte Instagram ci-dessous ou sur le site https://www.jaimelapaperasse.com/