Indemnité inflation : un site internet pour les oubliés bientôt en ligne, tout savoir ici

Plus d’un million de Français n’avaient pas reçu l’indemnité inflation, au début du mois de mars 2022. Le site leur permettant de réclamer cette prime sera déployé très bientôt. Objeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© ELENA POPOVA VIA GETTY IMAGES

Plus de 36,7 millions de Français ont touché l’indemnité inflation de 100 euros, comme l’a dit Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, sur l’antenne de Sud Radio. Avec 38 millions de personnes éligibles, ce sont donc 1,3 million de personnes qui n’ont toujours pas eu toucher cette prime.

Indemnité inflation : Plus de 1 million de personnes sont concernées

Pour toutes les personnes oubliées, le cabinet du ministre des Comptes publics avait dit à l’AFP qu’un site leur permet de demander cette prime dans les prochains jours. Une bonne nouvelle. Sur sa page consacrée à l’indemnité inflation, le gouvernement indique que ce service sera actif à partir du 25 mars. L’entourage d’Olivier Dussopt ne confirme pas cette date mais dit que le site ouvrira « d’ici le début de la semaine prochaine ».

 

Les personnes concernées devront se rendre via FranceConnect (avec leurs identifiants pour les impôts) sur le portail mesdroitssociaux.gouv.fr « Le système saura recouper les informations », indique le cabinet du ministre des Comptes publics. Par ce biais, il sera possible de savoir si vous avez perçu l’indemnité inflation ou non et si ce n’est pas le cas, si vous pouvez bien en profiter.

Une démarche très simple

« Si le demandeur se trouve dans une situation qui n’est pas gérée de manière automatique par le téléservice, le guichet vers lequel il doit aller lui est indiqué », est-il dit sur le site gouvernemental consacré à l’indemnité inflation. Puis, « si les personnes sont éligibles, le système les invitera à remplir un formulaire, avec notamment leur RIB, pour recevoir l’indemnité », indique l’entourage d’Olivier Dussopt. Reste à savoir dans quel délai la prime pourra leur être donnée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Caf de la Vienne (@caf_86)

 

Pour mémoire, l’indemnité inflation a été mise en place fin 2021 par le gouvernement, pour tous les Français (salariés, demandeurs d’emploi, travailleurs indépendants, fonctionnaires, retraités…) touchant moins de 2.000€ net par mois. Cette prime est censée être donnée de manière automatique par l’employeur ou l’organisme dont dépend le bénéficiaire (Pôle emploi, les caisses d’allocations familiales, les Urssaf, les caisses de retraite…). Mais dans le cas où la personne n’a pas mis son relevé d’identité bancaire, le versement automatique ne peut pas se faire. Les premiers oubliés de l’indemnité inflation sont ceux qui n’ont pas donné leur RIB.

Autres bénéficiaires n’ayant toujours pas touché cette prime : ceux qui cumulent plusieurs statuts, comme les auto-entrepreneurs inscrits à Pôle emploi ou bien touchant le RSA. Ce sont les Urssaf qui, par défaut, doivent verser l’indemnité inflation aux auto-entrepreneurs. Mais crise sociale oblige, ces professionnels n’ont pas rempli la condition de recettes de 900 euros net entre janvier et septembre 2021 pour pouvoir profiter du versement de l’indemnité inflation par les Urssaf.

Indemnité inflation : Le pouvoir d’achat au cœur de la campagne électorale

Pour ceux étant inscrits à Pôle emploi, c’est ce service qui va leur attribuer. Pour les auto-entrepreneurs touchant le RSA, ce serait logiquement aux caisses d’allocations familiales de le faire. Mais : les organismes se renvoient la balle et aucun d’entre eux ne leur donne la prime. Certains sont très étonné de cette situation qui n’est pas normale. En pleine campagne électorale, la question du pouvoir d’achat est devenue essentielle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Captaincompta (@captaincompta)

 

En ce moment, le prix de l’essence a beaucoup augmenté et les personnes qui vivent dans les zones rurales sont très affectées par cette situation car ils roulent beaucoup tous les jours et ce n’est pas facile. De nombreux reportages ont été consacrés à ce sujet qui est très polémique. Certains sont contraints de prendre les transports en commun mais qui ne sont pas toujours fiable. C’est un vrai souci. Le gouvernement a annoncé une baisse provisoire des taxes.

En effet, les différents candidats parlent pour certains d’une hausse du salaire minimum : le SMIC. D’autres candidats reprennent la formule, travailler plus pour gagner plus. La question du financement des retraites est aussi un enjeu fort. Dans les semaines et mois à venir, Objeko ne manquera pas de vous parler de l’actualité politique et sociale.