Infertilité : voici pourquoi les Français peinent de plus en plus à concevoir un enfant, les réponses ici

En l'espace de 30 ans, les chiffres ont grimpé en flèche. Les couples qui rencontrent des difficultés à avoir un bébé sont de plus en plus nombreux. L'enquête du magazine "Slate" permet de comprendre pourquoi, découvrez les grandes lignes.

© Good Studio – Adobe Stock

L’infertilité et les difficultés de conception semblent de plus en plus répandues. Le fait est qu’en France, en 2022, c’est un couple sur quatre qui peine à devenir parents. Trois ans auparavant, il était possible de parler d’environ un couple sur six. Est-ce alors un problème lié à la génération ?

Selon l’enquête du magazine Slate, les raisons qui pourraient expliquer ce phénomène « sont d’ordre sociologique, environnemental et biologique ». Objeko vous propose donc de vous synthétiser une partie des arguments explicatifs de l’enquête de nos confrères. Ainsi, nous serons en mesure de comprendre les causes de l’infertilité en France. Car, comme vous allez pouvoir le constater, les causes ne sont pas toutes en dehors d’un certain contrôle. À commencer par l’âge de conception. L’une des causes sociologiques au phénomène d’infertilité étant donné que les couples souhaitent avec des enfants de plus en plus tard. Or, le taux de fertilité décroit avec l’âge.

Comment expliquer la hausse de l’infertilité en France ?

Comme nous vous le disons plus haut, nos confrères du magazine Slate ont mis en exergue plusieurs facteurs pour expliquer la hausse de l’infertilité en France. Les facteurs sociologiques, environnementaux et biologiques. Nous allons nous concentrer sur ces trois points pour vous accompagner dans cet article. Mais nous passerons sous silence les nombreux témoignages que mettent en valeur nos confrères. Nous nous contenterons de vous parler des interventions des spécialistes de la question, médecins gynécologues ou professeurs.

Pour commencer, le facteur sociologique retarde donc le désir de grossesse des futurs parents. Si 30 ans auparavant il était naturel de vouloir un enfant autour de ses 24 ans, il est aujourd’hui plus naturel d’attendre d’être bien installé dans la trentaine. Certains ont encore des enfants aussi jeunes, ce qui permet d’établir une moyenne de 29 à 31 ans pour les couples qui mettent au monde leur premier enfant aujourd’hui. Mais ce recul de l’âge moyen du premier enfant peut rentrer dans les données pour expliquer l’infertilité. En effet, Objeko ne vous surprendra pas en vous disant que plus les futurs parents avancent en âge et moins ils sont fertiles.

« Chez la femme, la fertilité commence à diminuer progressivement autour de 30 ans. Une femme de 25 ans aura par exemple un risque sur six de rencontrer un problème d’infertilité, une femme de 35 ans un risque sur trois, une femme de 40 ans un risque sur deux. », déclarait le professeur Samir Hamamah, responsable du département de biologie de la reproduction au CHU de Montpellier. « Donc avant 35 ans, environ 80% des couples infertiles parviendront à avoir un enfant grâce à la PMA. Autour de la quarantaine, c’est plutôt 30 à 40%. », ajoutait ensuite le professeur François Olivennes, gynécologue obstétricien spécialisé en médecine de la reproduction.

Des constats qu’il ne faut pas ignorer

L’infertilité n’est évidemment pas seulement une question sociologique. Elle se soumet aussi à des facteurs environnementaux et biologiques. Environnementaux parce que les perturbateurs endocriniens sont de plus en plus répandus dans la société. Dans nos produits cosmétiques, notre alimentation, l’air que nous respirons… Les preuves et les études scientifiques manquent encore sur ce sujet comme le précisent nos confrères chez Slate. Mais les experts sont formel, ces perturbateurs endocriniens ont un impact direct sur l’infertilité des Français.

Enfin, les raisons qui expliquent la hausse du phénomène d’infertilité en France sont d’ordre biologique. Il faudra ici se pencher de plus près sur la santé des potentiels futurs parents. Le surpoids et l’obésité sont notamment des contraintes qui ont un fort impact sur la fertilité. Des paramètres qui diminuent grandement les chances des parents de concevoir. Mais la santé n’est pas seulement impactée par une alimentation déséquilibré et un manque d’exercice physique, Objeko vous l’accorde. Les apports toxiques ont aussi un impact direct qui explique l’infertilité des couples. Le tabac notamment, ou la consommation de boissons alcoolisées. Mais évidemment aussi la consommation de substances illicites ou plus simplement le stress et un rythme de vie effréné.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Slate France (@slatefrance)

Véritable épreuve pour les couples et véritable épreuve personnelle, l’infertilité met les individus dans des situations délicates. Ils sont susceptibles de rencontrer des épisodes de détresse psychologique importants. Pour éviter d’en arriver là, les médecins conseillent donc aux potentiels futurs parents de faire des tests de fertilité le plus tôt possible. Ainsi, ils seront aidés et accompagnés avant même d’avoir exprimé une volonté de devenir parent. Mais les spécialistes incitent évidemment aussi toutes les personnes qui souhaitent concevoir à adopter un mode de vie sain pour maximiser leurs chances contre les risques d’infertilité. Nos confrères du magazine Slate rapportent ensuite des témoignages de personnes qui racontent leurs parcours PMA ou FIV. Soulignant le caractère fastidieux de ces démarches de plus en plus sollicitées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Slate France (@slatefrance)