Inflation : sucre, pâtes… Ces produits dont le prix a explosé en un an, des records inédits ! Explications

Depuis quelques mois, ce n'est pas facile de faire des économies. Pire, à chaque fois qu'on se rend au supermarché, on a l'impression qu'elles fondent comme neige au soleil. Pour vous aider à discerner les conséquences de l'inflation, on vous précise quels sont les articles dont vous devez vous méfiez.

©pierrepapier

Après la pandémie, l’inflation est au centre du stress des Français. Entre les rayons vides et les prix multipliés par deux, il y a urgence !

Quand l’inflation démolit nos repères

On pensait que la pandémie était la pire des épreuves. On se trompait lourdement. En effet, depuis que les économistes parlent d’inflation, il semblerait que le plus dur soit à venir. Pour preuve, en l’espace d’un an, le budget alloué aux courses pulvérise des records. Habituée à étudier les offres promotionnelles, même la ménagère en perd son latin.

Du reste, ce n’est pas un hasard si les candidats à l’élection présidentielle s’écharpent au sujet du pouvoir d’achat. Chaque parti pense avoir l’antidote pour redonner le sourire aux familles modestes. Y compris pendant le débat de l’entre deux tours, le ton grimpe d’un cran entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Suppression de la TVA, chèque alimentaire, bouclier tarifaire…qui aura le dernier mot ? Hélas, quelques mois après le verdict des urnes, force est de constater que rien ne parait résoudre cette équation aux diverses inconnues. L’inflation fait des ravages et Objeko vous le prouve encore aujourd’hui. A peine insérées dans le panier, on peut multiplier par deux ou par trois le montant de la facture. Aïe, ça pique !

Le tarif du papier flambe

Même en période d’inflation, il est essentiel à notre quotidien. On veut bien entendu parler du papier absorbant pour les tâches ménagères et nos besoins naturels. Or, l’un comme l’autre nous donne des sueurs froides. Comment se fait-il qu’on doive maintenant rivaliser d’ingéniosité pour le trouver et ne pas le payer à prix d’or ? Objeko a enquêté et sait exactement ce qui cause problème.

Dans les usines, la pâte à papier demande un investissement économique, mais aussi énergétique. D’autre part, le traumatisme lié aux deux épisodes de confinement est encore à vif. Et pour cause, devoir hausser le ton ou bien en arriver aux mains pour obtenir un paquet, on ne souhaite pas à notre pire ennemi. Quant aux sociétés de e-commerces, en cette période d’inflation, elles ont compris l’intérêt à mettre les bouchées doubles. Le verdict est sans appel. Question gaspillage, on ne compte plus le déchet lié aux cartons d’emballage.

Les féculents

D’ordinaire, quand on avait pas les moyens de s’alimenter sainement, on résumait grosso modo le contexte en précisant qu’on mangeait des pâtes et de l’eau. Aujourd’hui, en pleine inflation, on compare cet ingrédient à du caviar. Et pour cause, cette flambée de 15 %, elle a du mal à passer pour les Français. Pire encore, les marques distributeurs perdent en crédibilité. Ce n’est plus un ange gardien protecteur, mais bien un petit diable. Ces un peu près 40% nous restent sur l’estomac. Pas vous ?

Le moins qu’Objeko puisse dire, c’est que les fabricants ont du mal à se justifier. Certes, la farine coûte de plus en plus cher. Pourtant, comment envisager qu’on doit priver nos enfants de notre fameuse recette de sauce bolognaise du dimanche ? D’ailleurs, en parlant de vos mythiques boulettes de viande, figurez-vous qu’elles non plus ne sont pas épargnées par l’inflation !

Les carnivores forcés de casser leur tirelire

Amateur de poulet, l’épizootie de grippe aviaire ça vous dit quelque chose ? Certes, ça ne calme pas la colère des consommateurs. Du côté des producteurs, on peine à trouve des céréales pour nourrir les élevages. Et sans ça, impossible de casser la dynamique de l’inflation.

Quand on se rend en boucherie, on demande au spécialiste de trouver la plus belle pièce de son étalage. Or, lorsqu’il y a une promotion en supermarché, on se dit qu’il n’y a pas de petites économies. Donc, on fonce tête baissée vers le rayon des surgelés. Pendant l’inflation, aucune de ces deux solutions ne fonctionne sur la durée…c’est bien dommage !

Les matières grasses

Issue d’un magasin Lidl, cette vidéo ressemble à un scène d’apocalypse. Quand on pense qu’il s’agissait (juste) d’un bidon d’huile de tournesol. Aujourd’hui, eu égard le pourcentage de l’inflation, plusieurs autres produits de ce genre manquent à l’appel. Objeko songe notamment à son amie la sauce moutarde. Dans cet article, on vous racontait la méthode de certains exploitants tenter de contourner l’absence d’envois de graine en provenance d’Ukraine. Vous allez voir que ce n’est pas toujours légal…

Entre les Français et le beurre, c’est une belle histoire d’amour. Pour nos tartines ou bien comme liant, il a le vent en loupe. Or à cause de l’inflation, il pourrait disparaitre. Espérons que ça soit juste temporaire !

Le sucre et l’inflation ne sont pas amis

Savez-vous qui est le meilleur élève dans la culture de la canne à sucre ? L’Inde, bien sûr ! Or, depuis la Toussaint, le pays tente de réguler ses exportations. Et cela a bien entendu un impact sur le moral des gourmands ! Furieux contre l’inflation, ils croisent les doigts pour trouver une alternative !

Une fois mutées en éthanol, les exploitations arrivent à faire pencher la balance. Avec l’augmentation du carburant, ils avaient du mal à joindre les deux bouts. Pour autant, Bruno Le Maire vient d’annoncer que l’inflation allait disparaitre courant 202…3 ! Donc, vite, prenons les devants et organisons-nous au mieux !