« Je gagne… » : Olivier Véran révèle sans aucun tabou son salaire de ministre

Plus de deux ans après la crise sanitaire du Covid-19, l’ex-ministre de la Santé, Olivier Véran, sort Par-delà les vagues, aux éditions Robert Laffont. L'occasion pour le nouveau porte-parole du gouvernement de parler cash et même de donner son salaire dans un entretien donné au Parisien le 7 septembre dernier. Objeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© LP/Fred Dugit-« Je gagne… » : Olivier Véran révèle sans aucun tabou son salaire de ministre

Olivier Véran n’a rien à cacher et il compter le dire aux Français, un peu plus de deux ans après le début du Covid. Pour cela, il fait le bilan de son expéreince ministérielle dans un livre qui s’appelle Par-delà les vagues, publié aux éditions Robert Laffont.

Les confessions d’Olivier Véran

« Ce livre a vocation à ne rien cacher, y compris ce qui relève de l’intime. Pendant deux ans, j’ai vécu dans mon appartement de fonction, oui, à trente mètres de mon bureau au même étage. Pratique vu la période ! », a-t-il expliqué dans l’interview donné au Parisien le 7 septembre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @team.veran

 

« Un appart dans son jus, avec un lit à matelas orthopédique qui grince, des années 1980. Et une équipe aux petits soins », déballe le porte-parole du gouvernement. 

6500 euros par mois après impôts

« Comme tout ministre, je paye mes factures, un loyer au ministère, et je gagne 6.500 euros nets par mois après impôt », révèle-t-il sans filtre dans les le quotidien. Un salaire qui peut sembler important, mais qu’il n’a pas volé. Olivier Véran n’a pas compté ses heures et son énergie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sebastien Muylaert (@sebmuylaert)

 

Au point de « toucher du doigt le burn-out ». « Un matin, vers la fin de la première vague, entre un Conseil de défense et un Conseil des ministres, dans le parc de l’Élysée. J’ai eu des vertiges, de profondes nausées, les jambes qui flagellent », détaille l’ancien ministre de la santé.

Une grosse dose de stress

Ce moment difficile n’était pas surprenant vu le rythme de travail incroyable qu’il avait à l’époque, la pandémie ne lui laissant aucun répit. « À l’époque, je dormais trois heures par nuit, je sautais plein de repas, le stress était permanent. Puis j’ai regardé les arbres, j’ai soufflé et c’est reparti sur le coup. Ensuite, je me suis mis à la méditation, cela m’a beaucoup aidé », a-t-il dit. Dans son ouvrage, il fait également son mea culpa concernant les masques et reconnaît qu’ils se sont « trompés ».

Il faut dire que cette période était inédite. Tous les gouvernements du monde entier étaient pris au dépourvu. Il a fallu mettre en place un confinement avec des règles pour circuler. Ensuite, il a fallu acheminer des masques. Une denrée rare. Puis, vint le temps de la vaccination. Il fallait faire venir des doses pour faire en sorte que les personnes soient protégées. Tout le monde n’était pas d’accord avec la vaccination.

Dans les semaines et mois à venir, Objeko ne manquera pas de vous parler de l’actualité du gouvernement et des différents ministres, notamment Olivier Veran.