Jean-Claude Joly (L’amour est dans le pré) : la réelle cause qui l’a poussé à se suicider

Jean-Claude Joly s’est donné la mort vendredi 24 juin. Il faisait partie des candidats incontournables de  'L'Amour est dans le pré"

©par Laureen Aslangul

Le métier d’agriculteur n’a rien de facile. Jean-Claude Joly s’est donné la mort car il avait des problèmes financiers. Ce n’est pas le 1er participant du programme de M6 à choisir ce triste destin.

C’est en 2011 que Jean-Claude fait son apparition dans l’émission de Karine Le Marchand. Cette année-là, cet agriculteur normand cherche la femme de sa vie. Il finit par rencontrer Maud. Les téléspectateurs imaginent que c’est le début d’une grande et belle histoire d’amour. Hélas, vendredi 24 juin, cette idylle vole en éclat quand l’agriculteur se donne la mort. Sa femme Maud et leur fille Charlotte aujourd’hui âgée de 8 ans, se retrouvent seules.

Jean-Claude Joly : « Continuer ou arrêter, vivre ou survivre ?”

« Mon Jean-Claude, les mots me manquent, mais pas mes larmes. Merci de m’avoir donné tant de joie et d’affection à chacune de nos retrouvailles. Tu as choisi de dire stop, alors repose en paix. Mes pensées vont vers Maud et votre petite Charlotte.« , a ainsi publié Karine Le Marchand sur Instagram en légende d’une photo de l’agriculteur. De nombreux autres candidats ont fait part de leur chagrin. « Mon Dieu quelle horreur… mais dans quel triste monde nous vivons… toutes nos pensées à sa famille« , ont partagé ainsi Mathieu et Alexandre.

Ce n’est pas la première fois que les participants de L’Amour est dans le pré » évoquent la difficulté à gagner sa vie en tant qu’agriculteur. Récemment, Aude, de la 13e saison, poussait un coup de gueule contre les supermarchés. D’après elle, les grandes enseignes sont en effet responsables des difficultés des agriculteurs. « Quand tu vois un article comme ça sur une éleveuse de chèvres dont le fromage est primé… qui arrête et change de métier, c’est que tu sais que les éleveurs sont les esclaves de notre monde. Merci Laeticia d’avoir osé le dire, car c’est ce que beaucoup, dont moi, ressentent ! Continuer ou arrêter, vivre ou survivre ?”, déclarait-elle en effet.

Karine Le Marchand : « Les mots me manquent, mais pas mes larmes. »

Tout ça parce que Leclerc (certes très bon en com’!) et compagnies refusent de baisser leurs marges… ne vous leurrez pas, le prix au consommateur va exploser, et nous éleveurs, avec. Seules les grandes surfaces vont exploser leurs bénéfices. Que ça soit les produits laitiers, les légumes (en conserve ou surgelés), la viande… la pénurie est amorcée, même si elle n’est pas encore visible dans les étals, et elle touchera le monde entier », a-t-elle en effet poursuivi ce jour-là.

Si elle ne mâche pas ses mots, c’est que cette éleveuse de vaches sait de quoi elle parle. Elle-même dit faire attention à chaque dépense. En avril 2021, l’agricultrice de 40 ans expliquait d’ailleurs que son quotidien épuisant l’empêchait de garder contact avec sa communauté. « Je ne vous oublie pas. Pour répondre aux messages que j’ai pu lire, ne vous inquiétez pas, mes journées actuelles sont longues (5h20 réveil à 23h coucher, 7 jours sur 7), la fatigue s’accumule, alors je prends chaque minute possible pour tenter de me reposer. », écrivait-elle ainsi.

Un autre candidat se donne la mort…

La jeune maman se voyait déjà ailleurs. « La lumière se trouve au bout du tunnel, une nouvelle organisation dans ma vie personnelle et professionnelle est en cours de réflexion… ». Il semblerait ainsi qu’Aude ait décidé de tourner la page. Un autre métier lui donnera-t-elle plus de stabilité financière ? On l’espère.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Parlons News (@parlonsnews)

En tous cas, elle ne finira pas comme Jean-Claude Joly ni comme Jean-Pierre Le Guelvout. En 2016, ce candidat de la saison 5, décide également de mettre fin à ses jour. L’éleveur du Morbihan avait surpris toute sa famille. « Le mardi soir, veille de sa mort, j’étais restée un long moment avec lui au téléphone. On a discuté de l’avenir, de ses projets… Rien ne laissait présager ce qui s’est passé. […] Vers midi, il s’est tiré une balle en plein cœur. C’est André [frère aîné de Jean-Pierre, les deux hommes travaillaient ensemble dans l’exploitation, N.D.L.R.] qui l’a trouvé vers 18 h 30. Il avait laissé une note : ‘Aujourd’hui, le désespoir est supérieur à l’espoir… les vaches m’ont tué.‘ », avait révélé sa sœur à nos confrères de Télé Star.