Jean-Jacques Goldman : Sirima, son amie et chanteuse, assassinée avec un couteau de cuisine

Sirima était une chanteuse repérée par Jean-Jacques Goldman. Celle qui a interprété le titre Là-bas sorti en 1987 a perdu la vie deux ans plus tard. La jeune femme a été sauvagement poignardée par son compagnon.

Jean-Jacques Goldman : Sirima, son amie et chanteuse, assassinée avec un couteau de cuisine
© Pinterest

Si les fans de Jean-Jacques Goldman ont encore un grand nombre de ses titres dans la tête, un tube particulier cache pourtant une histoire des plus triste. En 1987, l’auteur-compositeur et interprète propose effectivement au public de découvrir sa chanson intitulée Là-bas. Un titre interprété en duo avec une jeune femme prénommée Sirima. Celle-ci sera malheureusement assassinée quelques mois plus tard. Objeko revient donc pour vous sur cette terrible histoire d’une victime de violence conjugale.

Jean-Jacques Goldman :  » elle s’appelait Sirima « 

Un documentaire poignant

Il y a quelques jours, France Télévisions diffusait un documentaire qui retrace la vie de cette jeune franco-srilankaise dont le destin va réellement basculer entre 1987 et 1989. À cette époque, la jeune femme chante dans le métro parisien à la station Châtelet-les-Halles. Philippe Delettrez, un célèbre saxophoniste, se rend rapidement compte de son talent et la présente à son ami Jean-Jacques Goldman. Lui aussi bien conscient qu’il vient de rencontrer une vraie perle rare, il lui propose alors d’enregistrer un duo. Une collaboration qui verra la naissance du titre Là-bas, véritable tube du répertoire du chanteur.

Pourtant seulement trois semaines après la sortie de l’album, la nouvelle protégée de Jean-Jacques Goldman est sauvagement assassinée par son compagnon. Une histoire terrible sur laquelle les producteurs et le réalisateur de ce documentaire ont voulu revenir dans ce film apparu sur les écrans de France 3, le 11 août dernier. Interrogée par le magazine Ici Paris, Bénédicte Lesage, la productrice du clip Là-bas, se souvient également de cet événement tragique. Elle dresse en effet un portrait assez dur de la vie de la jeune Sirima. Même si la chanteuse se montrait particulièrement très discrète, son quotidien ressemblait effectivement à un véritable calvaire au point d’avoir perdu la vie à l’âge de 25 ans.

Une rencontre qui va tout faire basculer

Avant de rejoindre Jean-Jacques Goldman en studio, Sirima se produit dans le métro, mais également dans des restaurants asiatiques. Des prestations durant lesquelles elle fera la connaissance d’un musicien d’origine laotienne dont elle tombera follement amoureuse. Cependant, cette idylle va rapidement se transformer en cauchemar comme le rapporte Ici Paris.  » C’était une relation de deux souffrances, entre elle et son compagnon, le père de son fils. Elle n’a jamais parlé de violences physiques, mais c’était dans la dureté puisqu’il avait une double vie. Il avait femme et enfants. Je ne sais pas s’il était divorcé ou pas. Je ne pense pas qu’ils habitaient à plein temps ensemble. Pour moi, c’était une relation comme ça au vu de l’extérieur, mais qui semblait en tout cas assez toxique « .

De toute évidence, Sirima se trouvait donc au cœur de nombreuses difficultés. Pourtant, sa rencontre avec Jean-Jacques Goldman va lui permettre de sortir de l’anonymat et de très rapidement devenir une véritable star reconnue pour son visage d’ange et sa voix de cristal. Le titre Là-bas a connu un immense succès même si la jeune femme n’aura pas le temps d’en profiter. Alors que l’album vient de sortir quelques semaines plus tôt, elle est effectivement assassinée par son compagnon dans la nuit du 6 au 7 décembre 1989. Des circonstances affreuses sur lesquelles Objeko revient aujourd’hui pour vous.

Un homme agressif et jaloux

Alors que la célébrité frappe à sa porte grâce à ce tube avec Jean-Jacques Goldman, Sirima trouve enfin le courage de quitter celui qui la maltraite depuis trop longtemps. Convaincu que sa femme veut fuir avec un autre homme, Kahatra Sasorith la poignarde sauvagement avec un couteau de cuisine. Il vise le cœur et tue sur le coup la maman du petit Kym âgé d’un an à l’époque des faits. Un homicide involontaire qui l’emmènera plus de neuf ans en prison avant d’être chassé du territoire français en 1996. L’ancien compagnon de Sirima avait évoqué la jalousie et l’amour lors de son procès.

Dès l’annonce du décès de Sirima, de nombreux hommages lui sont rendus. Victime emblématique de la violence conjugale et de la folie, la jeune femme devient alors l’étendard d’une cause qui nécessite malheureusement encore de nombreux combats. Une disparition qui bien évidemment a également profondément perturbé Jean-Jacques Goldman. Le chanteur sera totalement effondré par ce deuil qui le meurtrit. Une terrible histoire qui laisse derrière elle, un enfant orphelin et l’une des plus belles chansons du répertoire français. Le titre Là-bas est effectivement souvent considéré comme l’une des plus belles créations de Jean-Jacques Goldman, réalisé en duo avec une jeune femme qui avait alors toute la vie devant elle. Un titre aux paroles évocatrices qui se termine par  » La vie ne m’a pas laissé le choix « .


Valerie Hommez

Rédactrice web, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.