Jean-Luc Mélenchon : cet handicap dont il souffre révélé depuis peu…

Cela fait en effet un petit moment que Jean-Luc Mélenchon avait parlé ouvertement de ce problème de santé. Le fondateur du mouvement "France Insoumise" souffre de surdité partielle.

© Sipa

Jean-Luc Mélenchon fait partie du paysage politique français depuis de très longues années. Figure emblématique de l’extrême gauche aujourd’hui, il a failli se retrouver au second tour des élections présidentielles de 2022. Mais le scénario des élections de 2017 s’est répété. Permettant à Marine Le Pen de perdre au second tour en face d’Emmanuel Macron. Maintenant que le président Macron est reparti pour un nouveau mandat, Jean-Luc Mélenchon et ses équipes avaient bon espoir que leurs idées allaient pouvoir peser dans la suite de ce quinquennat. En effet, avec l’union des gauches et des partis écologistes, le combat pour les législatives est organisé. Mais le candidat de la France Insoumise n’a pas été nommé Premier ministre pour succéder à Jean Castex comme il avait sans doute pu l’envisager. C’est Elisabeth Borne qui devient Première ministre et qui s’apprête à former son gouvernement.

Mais si Objeko vous parle de Jean-Luc Mélenchon aujourd’hui, et aussi étonnant que cela puisse paraitre, ce n’est pas pour vous parler politique. En effet, c’est plutôt pour vous parler d’une révélation du député de 70 ans. Une révélation concernant sa santé, plus précisément un handicap dont il souffre. Une révélation enfin, qu’il faisait dans une ancienne émission de télévision.

Jean-Luc Mélenchon révélait son handicap en 2015

La tête de file de l’Union Populaire était sans doute plus souvent invité sur les plateaux de télévision quelques années auparavant. Aujourd’hui, il est impensable de faire intervenir Jean-Luc Mélenchon sur un plateau de télé autrement que pour lui poser des questions d’ordre politique. Pourtant, en 2015, c’était sur le Divan de Marc-Olivier Fogiel que l’homme politique s’était confié. Sans doute que pendant l’émission, quelques sujets politiques ont été abordés. Mais dans l’ensemble, ce programme avait pour objectif de permettre aux invités de se détendre et de se confier, malgré les caméras et les milliers de téléspectateurs, à l’animateur. Et l’animateur, en la personne de Marc-Olivier Fogiel donc, faisait ainsi office de psychologue. Il écoutait patiemment les confessions de ses invités, les poussant parfois à se livrer avec plus de détails.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean-Luc Mélenchon (@jlmelenchon)

Evidemment, Objeko vous l’accorde, il serait impensable d’imaginer que Jean-Luc Mélenchon accepte une telle invitation aujourd’hui. À présent, il mène le combat de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) pour les législatives. En effet, sans une majorité de l’opposition contre le pouvoir en place aux législatives, Emmanuel Macron, Elisabeth Borne et ses ministres pourraient avoir le champ libre pour mener à bien toutes sortes de réformes. Des réformes auxquelles Jean-Luc Mélenchon, ses alliés et leurs partisans sont opposés. Le bras de fer politique ne s’arrête pas aux élections pénitentielles, il ne fait que de commencer… De fait, ce n’est pas cette année que la tête de file de l’Union Populaire va s’allonger sur un divan pour faire des cofinances à un animateur à la télévision.

Une confession qui revient sur le devant de la scène

C’était donc ce qu’il faisait en 2015. Et à cette occasion que le public pouvait apprendre que Jean-Luc Mélenchon avait un handicap. Nous vous le disons plus haut, cette figure incontournable de la politique française souffre de surdité partielle. Et cet aveu allait permettre de comprendre un comportement, parfois jugé problématique, de cette personnalité politique. En effet, les personnes qui souffrent d’un tel handicap peuvent avoir tendance à parler très fort notamment.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean-Luc Mélenchon (@jlmelenchon)

« J’entends mal depuis toujours. Mais je ne l’ai pas su parce qu’à l’époque, on ne dépistait pas ça comme maintenant. C’est de père en fils dans ma famille. Alors ça a des inconvénients, bien évidemment. Mais comme tous les handicaps, ça a de très grands avantages. », avait-il alors avoué à Marc-Olivier Fogiel, dans l’émission Le Divan.

« J’ai des amis qui n’arrivent pas à se fâcher. Ils m’envient, ils me disent : ‘C’est formidable, toi tu appuies sur un bouton, ça démarre.’. (…) Je pense que c’est lié à ma manière de mal entendre. Il paraît que c’est une psychologie très particulière. », disait-il ensuite. Et effectivement, s’il n’a été dépisté que tardivement pour sa surdité, Jean-Luc Mélenchon a certainement dû avoir l’habitude de crier ou de parler plus fort que la normale. Le tout sans même s’en rendre compte. Il devait aussi avoir en face de lui des personnes prêtes à hausser le ton pour lui rendre la monnaie de sa pièce. De fil en aiguille, il devait avoir l’habitude que le ton monte et que les discussions dégénèrent. Sans pour autant avoir décidé qu’il fallait se fâcher. Et cela aura le mérite de rappeler que tous les handicaps ne sont pas visibles.