Jean-Luc Reichmann a subi un traitement très douloureux sans obtenir le moindre résultat !

L'animateur star de TF1 a mal vécu, plus jeune, la présence de sa tâche rouge sur le visage. Pour l'aider, ses parents ont tenté une méthode brutale qui n'a malheureusement pas porté ses fruits.

© TF1 – Jean-Luc Reichmann a subi un traitement très douloureux sans obtenir le moindre résultat !

Jean-Luc Reichmann est à l’honneur sur TF1. Pas seulement grâce aux 12 Coups de Midi, mais également grâce à la diffusion, le 2 juillet dernier, d’un documentaire exclusif. L’occasion pour lui de revenir sur son enfance, marquée par sa particularité physique.

L’enfance difficile de Jean-Luc Reichmann

À l’école, tout n’est pas simple pour Jean-Luc Reichmann. Ses camarades remarquent sa différence. A cet âge-là, il est plus facile de se moquer que de comprendre. Il devient alors la cible facile de certains enfants. Même certains professeurs mettent en avant sa tâche rouge, sur le visage. Celle qui lui rend la vie difficile. Pourtant, les médecins sont clairs, cette tâche va s’estomper avec les années. Peut-être pas disparaître totalement, mais devenir moins visible.

Les parents de Jean-Luc Reichmann écoutent les conseils du médecin et patientent. Mais les années passent. La tâche reste, toujours aussi vive, toujours aussi visible. La maman de l’animateur voit son fils souffrir de la situation. Elle voit son fils ne pas s’accepter. Elle veut l’aider et trouver des solutions. C’est à ce moment-là qu’elle entend parler d’un traitement qui peut être efficace.

« Ma mère m’emmenait à l’hôpital pour que ça parte. On me mettait de la neige carbonique, ça faisait atrocement mal et ça se voyait encore plus, avec une croûte. C’était une horreur. C’était très violent. On a fait ça trois fois et j’ai demandé qu’on arrête« .

Jean-Luc Reichmann marqué à vie 

L’enfance de l’animateur n’a pas été simple. Mais en grandissant, tout ne s’arrange pas pour autant. Au contraire, il garde un souvenir amer, si ce n’est traumatique, de l’adolescence. Cette période de la vie où les hormones sont en ébullition, où l’on cherche le premier amour, la première relation.

« .Le plus délicat, c’était l’adolescence. Une fille m’a dit qu’avec ma tâche sur le nez, jamais elle ne pourrait sortir avec moi. Mais si physiquement, ce n’était pas ça, je me suis aperçu qu’en faisant rire, ça rassemble beaucoup. C’est peut être grâce à cette différence que j’ai fait de la séduction mon métier« .

Aujourd’hui, l’animateur assume, en effet, cette partie de son visage. Mais cela n’a pas toujours été le cas, même à l’âge adulte. Les producteurs des Z’amours lui demandent de la cacher, avec du fond de teint.

« Après une année, je commençais à effacer le fond de teint avec les doigts. Les producteurs voulaient faire de moi le gendre idéal, je leur ai dit que je ne me reconnaissais pas, ce n’était pas moi. J’avais l’âge d’assumer ma tâche« .

Comment Jean-Luc Reichmann parvient-t-il à assumer son angiome ?

Il le dit lui-même, c’est une fois adulte que Jean-Luc Reichmann fait preuve d’une certaine fatalité. Sa tâche est là, sur son nez. Elle ne disparaît pas, elle fait partie de lui. Deux options s’offrent à lui : ne pas l’assumer, ne pas s’accepter et vivre en souffrant. Ou s’accepter tel qu’il est. Il choisit la bonne option, la deuxième. 

Mais ce travail d’acceptation commence plus tôt. Quand il est encore un enfant… grâce à sa sœur. Cette dernière est handicapée, puisqu’elle est sourde. Et forcément, à côté de cet handicap, Jean-Luc Reichmann parvient à relativiser.

« J’ai compris à onze ans que ce j’ai moi, avec ma différence, une tache sur le nez, ce n’est strictement rien à côté du handicap de ma sœur. Ça m’a forgé le caractère« . L’animateur est d’ailleurs le premier de sa famille à remarquer la surdité de sa sœur, de neuf ans sa cadette. Marie-Laure est en effet sourde à 97% du fait d’une malformation de naissance.

Cette malformation de naissance va, quelques années plus tard, jouer un rôle déterminant dans l’évolution de la télévision. En rentrant chez lui, à Toulouse, Jean-Luc Reichmann comprend que sa sœur n’arrive pas à suivre ses émissions. Pourquoi ? Car elle n’entend pas bien et ne peut pas toujours lire sur les lèvres, à cause du montage. Pour que sa sœur (et toutes les personnes sourdes) puissent comprendre ses émissions, il demande à ce qu’elles soient sous-titrées. Or, à l’époque, seuls les journaux télévisés l’étaient. Grâce à Marie-Laure, les émissions de divertissement ont commencé à l’être.