Jean-Luc Reichmann : ses terribles confidences sur les séquelles de sa maladie

Derrière le beau sourire de Jean-Luc Reichmann se cache une sensibilité à fleur de peau. Quand il se rappelle de ce moment, il continue de pester contre la maladie. D'ailleurs, il n'oubliera jamais l'impact que cette dernière a eu sur sa carrière.

© DR

Bienveillant, Jean-Luc Reichmann a pourtant dû affronter une terrible épreuve. La maladie ne lui a pas fait de cadeau. Jugez plutôt !

Jean-Luc Reichmann en détresse !

Pour clôturer l’année 2021 en beauté, TF1 propose un épisode inédit de Joséphine ange gardien. D’ailleurs, vu la thématique, les fans ont été nombreux à croire que c’était le tout dernier. Comment se fait-il que Mimie Mathy retourne sur une patinoire. De son côté, Jean-Luc Reichmann n’a jamais caché sa profonde admiration pour la comédienne. Amie pour la vie, elle lui a même renvoyé l’ascenseur dans son émission de Noël. Amusé de faire une apparition remarquée dans le feuilleton mythique de son amie, voici comme il décrit la manière dont les choses se sont déroulées. « Il fallait simplement trouver une idée de scénario qui les mette en valeur toutes les trois. » Pas question de troubler le fan de la première heure. Hélas, une fois sur place, RIEN ne va se passer tel que prévu.

Quand la maladie arrive, Jean-Luc Reichmann s’effondre

Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus, la série en profite pour souffler sa vingt-quatrième bougie ! Plus que jamais, on est curieux de savoir ce qui se passe dans l’esprit d’un auteur de Joséphine, ange gardien. Où vont-ils puiser l’inspiration ? En coulisses, Objeko estime que c’est un casse-tête de jongler avec le planning d’un certain Jean-Luc Reichmann. Quand il n’est pas sur le plateau de Les 12 coups de midi, il s’envole sur celui de Léo Mattéï. Toujours bien classé parmi les animateurs préférés des Français, il a bien failli rompre sa promesse. Ca ne lui ressemble tellement pas ! Que s’est-il passé pour qu’il frôle le catastrophe. Sans lui, Mimie Mathy se sent perdue. Elle ignore qui pourra ou saura le remplacer.

Au printemps dernier, la production de Joséphine, ange gardien a rivalisé d’ingéniosité. Jean-Luc Reichmann est censé commencer à donner la réplique à Mimie Mathy incessamment sous peu. Hélas, la covid-19 va venir semer la panique sur le tournage. Et vu le protocole sanitaire, il n’est pas question que la maladie se propage dans l’équipe technique ou chez les figurants. Anéanti par cette terrible nouvelle, l’animateur-acteur précise avoir vécu un calvaire physique et psychologique. « C’est vrai que ça se ratatine complètement »

Ouf, la lumière est au bout du tunnel

Comment faire pour l’inclure dans ce volet inédit de Joséphine, ange gardien ? Depuis deux ans, on ne compte plus les tournages, tournées et spectacles démolis à cause d’un cas ! Dès lors, pour être certain qu’il soit de nouveau opérationnel, « la production et les acteurs » gèrent les choses de main de maitre. De l’aveu de Jean-Luc Reichmann, ils « ont été fantastiques, car ils ont accepté de le reporter de trois semaines. » Profondément marqué dans son âme, il précise qu’il était conscient que son sort était entre leurs mains.  « Après l’épreuve que je venais de vivre, je suis arrivé avec beaucoup d’humilité et d’émotions. » 

Pour conclure cet entretien, Jean-Luc Reichmann tente tant bien que mal de résumer son implication dans ce projet. Hors de question de leur faire faux bond maintenant !  « Pour jouer Gabriel, j’ai essayé de ressembler à ce que je suis dans la vie. » D’ailleurs, le scénario l’a fait sourire surtout à cause du « côté sportif ». Il s’en justifie ainsi. « J’ai fait beaucoup d’arts martiaux quand j’étais plus jeune, j’avais les bases. »

Cette anecdote qui ne peut laisser PERSONNE indifférent

Cependant, Jean-Luc Reichmann met de l’eau dans son vin. La Covid-19 a laissé des traces dans son moral, mais aussi dans sa garde-robe. « Cela dit, pour la petite histoire, lorsque nous avons tourné le film, j’avais perdu 7 kg à cause d’une maladie. Du coup, je flotte un peu dans les sweats à capuche et les vestes que je porte. » Sacré lui ! S’il n’existait pas, on l’inventerait !