Jean-Marie Le Pen, furax : il atomise violemment Marion Maréchal, aïe ça pique

Jean-Marie Le Pen s’en prend ouvertement à sa petite-fille

© Reuters / C Platiau

Entre Jean-Marie Le Pen et sa petite-fille Marion Maréchal, rien ne va plus ! Le fondateur du Front National n’a pas hésité à dézinguer celle qui vient de rejoindre les rangs d’Eric Zemmour. L’équipe Objeko vous dévoile tout sur cette guerre interne.

Jean-Marie Le Pen : fondateur d’une dynastie

La réputation de Jean-Marie Le Pen n’est plus à faire. Son nom de famille continue de résonner de nos jours, même s’il a depuis longtemps laissé les rênes de son pouvoir à sa descendance. Le Breton de naissance fut dans sa jeunesse très impliqué dans la vie militaire de la France. À 16 ans déjà, il tentait de rejoindre les Forces françaises de l’intérieur, auxquelles il fut recalé car n’étant pas majeur. Après des études de droit, il commence à se lier de loin aux mouvances d’extrême droite de l’époque. C’est encore un homme sans le sou, qui finance sa vie et ses études à l’aide de bourses et de travail acharné. 

Jean-Marie Le Pen s’engage dans l’armée au moment de la guerre d’Indochine. Il n’y arrive cependant qu’à la fin de la guerre. On le connaît bien plus pour son engagement très controversé dans la guerre d’Algérie. Accusé de torture durant le conflit, il nie tout en bloc. Son engagement dans le conflit est cependant décoré. 

Fort de sa stature militaire, Jean-Marie Le Pen commence sa carrière en politique, notamment aux Jeunes Indépendants de Paris, et à l’Union de défense de la jeunesse française. Il participe de près à la campagne présidentielle de Jean-Louis Tixier-Vignancour mais s’en éloigne. C’est le mouvement néofasciste qui fait ensuite appel à lui pour prendre la présidence du Front National, un mouvement censé faire bonne figure et ratisser plus large dans l’extrême droite. Son empire et sa dynastie ne font ensuite que s’agrandir. 

Jean-Marie, Marine et Marion : le choc des titans

Jean-Marie Le Pen passe des décennies en marge des scrutins. Puis, lors de l’élection présidentielle de 2002, c’est le choc. Le candidat du Front National obtient 17,8% des voix, le faisant passer au second tour contre Jacques Chirac. Face à l’indignation générale, il n’arrive pas à s’imposer, ce qui ne l’empêche pas de rester de plus en plus présent dans les sondages. Toutefois, le fondateur de la dynastie finit par laisser sa place à un visage plus jeune, celui de sa fille Marine Le Pen. L’héritière du Front National prend ses fonctions en 2011, et elle compte bien faire bouger les choses.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean LaSalle (@jeanlasalle.2022)

Sous sa présidence, le mouvement se refait une image de marque, loin des néofascistes de ses débuts. Le mouvement devient on ne peut plus populaire. En parallèle, Marion Maréchal, petite-fille du patriarche, fait une entrée fracassante en politique. Alors qu’elle est toujours étudiante, et très jeune, elle remporte le poste de députée du Vaucluse. Toutefois, Jean-Marie Le Pen, qui est alors toujours président d’honneur du parti, enchaîne les bourdes. Il est viré de son propre parti, par sa propre fille en 2015. C’est le début d’une grande époque de mésentente plus ou moins cordiale. 

Jean-Marie Le Pen dézingue Marion Maréchal

Après s’être fait douter de son propre parti, Jean-Marie Le Pen crée le Comité Jeanne, mais tombe peu à peu en désuétude. Il est désormais âgé de 93 ans, et mérite bien un peu de repos après tout. Quant à Marine Le Pen, sa fille, elle s’est encore plus détachée de l’image de son père en renommant le parti Rassemblement National. Pendant longtemps pressentie pour le second tour de ces élections présidentielles de 2022, la grande dame politique fait face à un adversaire de taille : Éric Zemmour. Le polémiste audiovisuel a fait une campagne éclair, et arrive à grappiller de nombreuses voix dans l’extrême-droite radicale. Il fait maintenant du coude à coude avec le Rassemblement National, et a lui aussi toutes ses chances de parvenir au second tour. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par L’Incorrect (@lincorrect_officiel)

Les cartes ont été d’autant plus chamboulées lorsque Jean-Marie Le Pen a annoncé qu’il voterait pour le candidat ayant l’avantage dans les sondages. C’était sans compter sur Marion Maréchal, qui a décidé de rejoindre le nouveau parti d’Eric Zemmour, et ainsi lui apporter beaucoup de crédibilité. 

Le doyen de la dynastie n’est pas ravi par cette décision. Il l’a laissé entendre au micro de Jordan De Luxe. Selon lui, il s’agit d’un véritable couteau dans le dos : “Marion elle est née Le Pen ! Elle a mis mon nom sans le demander ! J’ai trouvé gênant ce qu’elle a fait par rapport à sa tante.”. De grosses tensions à venir…