Justine Cordule (Familles nombreuses) : son fils harcelé et frappé, elle réagit cash

Dès le matin, Justine Cordule s'empare de son téléphone pour raconter sa vie à ses followers qui ont appris à la connaître dans Familles Nombreuses, l'émission culte du groupe TF1. Mais c'est une bien mauvaise nouvelle qu'elle a annoncé sur les réseaux sociaux puisque son fils Toan est harcelé à l'école. Pire encore, il aurait été frappé. Elle raconte tout et explique comment elle a tenté de régler la situation.

©Voici

Toan victime de harcèlement scolaire

Comme tous les matins de la semaine, Justine Cordule a déposé à l’école ses enfants, Lubin (3 ans), Cloé (9 ans), Lilas-Rose (5 ans), Timéo, Toan et Tom (11 ans). Elle profite d’un moment de répit pendant que la petite dernière, Lyson (née le 12 mars dernier) fait la sieste pour prendre son téléphone. La maman à la tête de cette famille nombreuse a pris l’habitude de faire des stories pour raconter des anecdotes du quotidien. Ceux qui l’apprécient dans Familles Nombreuses sont heureux d’avoir de ses nouvelles tous les jours. Malheureusement, les dernières nouvelles annoncées ne sont pas les plus belles. En effet, on a appris avec stupeur que le jeune Toan est victime de harcèlement scolaire au collège

« J’ai déposé Toan à l’école, ça n’allait pas du tout mardi. Il s’est fait taquiner, embêter à la récréation le matin. Donc après la cantine, j’ai dû le récupérer parce qu’il se plaignait d’une douleur au ventre alors qu’il avait piscine et qu’il adore ça. Ça m’étonnait, donc on a un peu creusé la chose. Et hier, il nous a dit qu’il y avait un petit garçon à l’école qui l’embêtait. Il y a eu de grosses insultes et une gifle« .

Comment les deux parents ont-ils réagit ? 

Justine Cordule a évidemment raconté à son mari Steeve cette nouvelle. Les deux parents ont décidé d’écrire un mot dans le carnet du petit garçon afin que la maîtresse soit tenue au courant. Mais ce n’est pas tout. « Et je suis allée voir la directrice ce matin, normalement le problème va être réglé dans la journée« . Justine espère que, grâce à cela, son fils ne se fera plus embêter à l’école. On sait que le harcèlement scolaire fait des dégâts, qu’il est bien plus présent que ce que nous pensons, et qu’il rend la vie de nombreux enfants impossibles. Par chance, Toan s’est livré. Mais des milliers d’enfants en France n’osent pas en parler, et souffrent dans le plus grand des silences. Ce mal insidieux doit s’arrêter et Justine, par son action, compte bien mettre un terme à celui que subit son enfant. 

Ce n’est pas la première fois qu’une maman à l’affiche de Familles Nombreuses raconte que son enfant est victime de harcèlement. Il y a quelques semaines seulement, c’est Ambre Dol qui racontait une histoire similaire concernant sa fille Maëlys :

« Il y a quelques jours, une fille a menacé de descendre à plusieurs, tout ça parce que Maëlys met du temps à lui répondre. C’est dangereux. Il faut vraiment parler à nos enfants, les inciter à nous dire les choses. J’ai appris aussi qu’il y a trois jours, elle a été balayée par cette même jeune fille devant le collège et bloquée. (…) Comment vous dire que je suis une maman qui a le coeur lourd ce soir« .

Le harcèlement scolaire en chiffres

Il est important que des personnes comme elles, qui sont massivement suivies, parlent ouvertement du harcèlement scolaire. Il ne faut pas que ce sujet soit tabou, il faut que les parents de victimes comme des harceleurs le comprennent. D’après les chiffres d’un rapport sorti en 2020, plus de 700 000 enfants en France seraient victimes de harcèlement scolaire, soit 5 à 6% des jeunes. 

Justine Cordule: Si les chiffres du harcèlement scolaire sont stables depuis plus de dix ans, une nouvelle forme de harcèlement a fait son apparition : le cyberharcèlement. Les victimes ne sont plus seulement harcelées à l’école, mais également chez elles, via les réseaux sociaux. 

Ce harcèlement a évidemment des conséquences sur les victimes qui en souffrent au quotidien, et qui en viennent à commettre le pire. Les cas de suicide chez les jeunes harcelés à l’école font souvent la une de l’actualité, et pour cause, ces jeunes meurent à cause des autres, sans qu’ils ne soient forcément inquiétés. Il est important de continuer à en parler pour que les harceleurs ne se sentent plus en position de force, et pour apprendre aux plus jeunes qu’il ne faut pas s’en prendre aux autres.