Kendji Girac débordé : son geste fou pour voir sa fille durant ses tournées

Depuis 2014, Kendji Girac est partout ! Incapable de se passer de sa petite princesse, il rivalise d'ingéniosité pour toujours être à ses côtés ! Objeko vous raconte sa technique. Vous allez voir qu'elle est tout sauf banale !

© ABACA

Quand on s’appelle Kendji Girac, on doit impérativement réussir à allier carrière et vie privée. Loin d’Eva, il sent si mal !

Kendji Girac, jamais sans sa fille !

Le sourire de Kendji Girac place des paillettes dans les yeux de ses fans. En effet, depuis qu’il a été découvert à The Voice, il enchaine les succès. On se demande d’ailleurs comment on faisait sans lui dans le paysage. Avec sa guitare, il est capable de mettre l’ambiance un peu partout. Cher ami d’Objeko, si vous avez eu la chance de le voir sur scène, vous avez remarqué à quel point il s’investit auprès de son public. Généreux, bienveillant, il sait qu’il leur doit tout et bien plus encore. C’est pourquoi, chacune de ses chansons ou tournée est attendue de pied ferme.

Même s’il a toujours été entouré de mélomanes, Kendji Girac ne s’attendait vraiment pas à en faire son métier. Celui qui aurait l’oreille absolue raconte à qui veut l’entendre qu’il a appris la guitare tout seul. Pour rappel, cela consiste à reproduire des morceaux juste en les écoutant. Cependant, à  l’époque, il sait que les études ne sont pas faites pour lui. Donc, pour gagner un peu d’argent, il travaille avec son père. Habitué à parcourir les routes de France avec sa famille, il nous précise que ses parents étaient contre son inscription à The Voice.

Un retour haut en couleur

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kendji Girac (@kendji)

Dans les colonnes de Femme actuelle, Kendji Girac se sent comme à la maison.  À l’instar de beaucoup d’artistes, la pandémie l’a forcé à revoir sa copie. D’ailleurs, ce jour mémorable où il a pu s’emparer du micro, il ne l’oubliera jamais ! Si ces souvenirs sont exacts, c’était « juste après le deuxième confinement. » Alors, oui, le public doit respecter les gestes barrières tel que le port du masque. Pour autant, cela n’empêche pas ses admirateurs de la première heure de chanter avec lui les refrains de ses tubes. S’il devait résumer son état d’esprit, il dirait qu’il a été « très heureux de l’avoir en face de moi ». 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kendji Girac (@kendji)

De son côté, il se dit que c’est sa dernière chance pour percer. A chaque fois qu’il entend les applaudissements, un frisson lui parcourt l’échine.  « Quand on voit des gens qui sont là pour écouter la musique que je fais, c’est formidable. » On comprend alors que ces retrouvailles seront à jamais gravées dans son cœur.  » J’étais comme un gamin qui déballe son premier jouet le jour de Noël. »

Kendji Girac, en mode super papa

Objeko vous l’a rappelé dans l’introduction, la pandémie a fait d’importants dégâts. Tout d’abord, certains commerces de proximité qui ont dû fermer pendant plusieurs mois. Le débat qui les mettait dans la catégorie des non essentiels a traumatisé les clients. Quant à Kendji Girac, il tente d’accepter la situation avec les moyens du bord. La légende raconte qu’il était aux Etats-Unis mais qu’il a pris le premier avion en direction de Bordeaux. Toujours optimiste, il donnera juste quelques détails. « J’étais en famille, avec ma guitare, tous mes proches étaient réunis. Il faisait beau ». Malgré qu’il ait le budget de s’offrir une magnifique maison, il demeure très lié à sa caravane. Ce havre de paix, il y puise de l’inspiration « Ça m’a permis de me ressourcer, de me reposer et de travailler mes chansons à distance ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kendji Girac (@kendji)

Quelques jours après ce concert, Kendji Girac devient papa pour la première fois. Amoureux de sa fille, c’est également sa première fan. Cette vidéo, personne ne peut l’oublier. Bien qu’on ne discerne pas son visage, on la voit remuer en écoutant les notes. Ce public vaut de l’or. Un peu triste de subir les kilomètres qui la séparent d’elle, il met au point une stratégie digne des plus grands champions olympiques afin de réduire le manque. « En général, je pars quatre, cinq jours maximum et après je retourne auprès d’elle ». Objeko lui souhaite tout le bonheur du monde !

Merci à nos confrères de Femme Actuelle