Koh-Lanta : clashs et attaques, ce détail qui a rendu les aventuriers furax

Cette nouvelle saison de "Koh-Lanta" n’échappe pas aux clashs entre les candidats. Découvrez pourquoi certains aventuriers s’entre-déchirent.

©Koh-Lanta

Koh-Lanta : Lors de l’avant-dernier épisode, les téléspectateurs découvraient les éliminations de Céline, Lili, Mattéo puis Samira. Et même l’abandon surprise de Franck. Mais mardi 15 mars, TF1 n’a pas manqué d’apporter un lot de surprises dans l’émission de Denis Brogniart.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by KohLantaTF1 (@kohlantatf1)

Si Benjamin a dit au revoir à ses coéquipiers, il y a eu également un règlement de comptes notoire lors du conseil entre ce dernier et Alexandra. Mais ce n’est pas le conflit le plus haut en couleur. Les membres de la tribu Matingi s’en sont pris à Yannick. Et ils n’y ont pas été avec le dos de la cuillère. On vous raconte tout !

Koh-Lanta : De redoutables malédictions ?

Depuis le 22 février dernier, “Koh-lanta” prend en haleine les téléspectateurs avec ses nouvelles règles du jeu. Car un totem maudit complique beaucoup l’aventure des candidats ! En effet, ce dernier donne des malédictions aux perdants. 

« Il apportera une malédiction, donc un désavantage ou une complication à l’équipe qui perd dans un premier temps, puis après la réunification à l’aventurier qui terminera en dernière position. », a fait savoir Denis Brogniart à nos confrères de La Voix du Nord. Et de préciser que ce totem maudit « perdurera du premier jour jusqu’au dernier, c’est-à-dire qu’il y aura aussi une malédiction sur les poteaux ».

Yannick plus que jamais à l’écart de sa tribu

C’est le producteur de Koh-Lanta, Julien Magne, qui est à l’origine de cette étrange décision. « Je trouvais que c’était une symbolique différente  : c’est-à-dire que le totem d’immunité, c’est la joie, la performance, la victoire, le symbole du sport. C’est l’autorité qui remet la coupe ou la médaille à l’équipe qui est championne, nous a-t-il confié. Alors que le totem maudit, ce n’est pas une récompense, au contraire, c’est un désavantage. », a-t-il ainsi révélé à nos confrères de La Voix du Nord.

« Ce totem beaucoup plus noir que le totem classique est une stèle, sur un socle, et l’aventurier ou le représentant de l’équipe ayant perdu et devant s’acquitter de cette malédiction va symboliquement chercher seul, à côté de moi, ce totem maudit et l’emporte avec lui pour rejoindre son équipe. », a-t-il ainsi renchérit dans les colonnes de  La Voix du Nord.

Si Yannick s’est mis à dos toute son équipe, c’est parce qu’il ne s’est pas montré assez actif. Plusieurs aventuriers ont en effet estimé que le basketteur en faisait trop peu. Et ce qui les a énervés, c’est que Yannick se permettait de donner des ordres à tout le monde. Très vite, la situation s’est envenimée. Après l’échec de l’épreuve d’immunité, Olga, Colin et Bastien se sont rendus compte qu’ils avaient le même jugement à l’égard de Yannick. 

« Une mauvaise analyse du camp »

Quant à Benjamin, il a confié à nos confrères de PurePeople ne pas avoir vu venir le clash. « J’ai été beaucoup spectateur à ce moment-là. Très honnêtement, je ne m’attendais pas du tout à ce que Yannick se prenne des critiques. J’avais une mauvaise analyse du camp à ce moment« , a-t-il ainsi révélé.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by KohLantaTF1 (@kohlantatf1)

Koh-Lanta: Pourtant, Benjamin partage le même avis à propos de Yannick, il l’avait fait. « Je ne me suis pas rendu compte qu’il pouvait agacer à ce point avec son inactivité. Même moi je me l’étais dit : Yannick donne pas mal de conseils mais au final il n’est pas le plus actif sur le camp, se souvient le jeune comptable de 24 ans. Si Bastien ou Setha nous dit ‘bouge tes fesses’, on considère que c’est légitime. Mais des critiques de quelqu’un de moins actif, c’est plus difficile à accepter.« , a-t-il ainsi confié dans les pages de PurePeople.

Mais Benjamin garde la tête froide. « Après il ne faut pas oublier qu’on est dans le cadre du jeu, on est à fleur de peau. Face à la moindre illégitimité que l’on perçoit, le sang ne fait qu’un tour et on tombe dans le conflit« , relativise-t-il en effet.