La 6e vague de Covid a déjà démarré, faut-il s’alarmer ou rester positif ? La réponse ici

Avec les beaux jours, on prévoyait de mettre une croix sur une potentielle 6e vague. Hélas, une partie des experts ne l'entend pas de cette oreille...Objeko fait le point !

© Mufid Majnun / Unsplash

Malgré la suspension du pass vaccinal, l’évocation d’une 6e vague fait trembler la population. Où en est-on ? On vous dit tout !

La 6e vague de Covid aura-t-elle lieu ?

Depuis le début de la crise sanitaire, il y a toujours des rebondissements pendant le mois de mars. En effet, il y a deux ans, c’était le déclenchement de premier confinement. Juste après l’allocution d’Emmanuel Macron, les Français comprennent que la situation est grave. S’ils n’y mettent pas de la bonne volonté en restant chez eux, le virus va se propager et donc surcharger les hôpitaux. Certes, de l’eau a coulé sous les ponts. Pourtant, si vous interrogez les gens autour de vous, cette période demeure un traumatisme. Avec les gestes barrières, le port du masque imposé ou bien le couvre-feu, c’est compliqué de retrouver les repères de la vie d’avant. Après des contestations contre les doses de vaccin, l’instauration d’un pass a suscité d’énormes remous. Seulement voilà, à peine a-t-il été mis entre parenthèses que les médecins évoquent une 6e vague. À l’instar des festivités pour le passage à 2022 où le variant Omicron a pulvérisé des records en contamination, est-ce que le scénario va se reproduire ? La réponse, on vous la donne toute de suite !

Fin ou redémarrage du Covid ?

Ce mercredi de mars, la venue de Jean Castex dans le 13 heures de TF1, personne ne l’oubliera. D’une part, la veille, la France pleurait la disparition du présentateur vedette. Après avoir salué sa mémoire, le Premier ministre annonce la fin du pass vaccinal. Hélas, s’il n’avait pas anticipé, c’est que les contaminations repartent à la hausse ce jour-là. Vu que le nombre de personnes en réanimation baissait aussi, on estimait peu probable le fait que l’épidémie redémarre. Or, un scénario macabre commence à se profiler. Et si ce retrait du masque un peu près partout était prématuré ? Devons-nous préparer à une 6e vague ? Chez Objeko, on est mi-figue, mi-raisins…

Il y a la semaine, l’hexagone était de nouveau coupé en deux. Grâce au dessin ci-dessus, vous l’avez compris, les vacances scolaires ont sans doute déjoué les pronostics des optimistes. Et oui, les enfants des zones qui ont repris plus tôt le chemin de l’école semblent être dans le rouge. Objeko ne peut pas jeter la pierre à ces parents qui ont voulu profiter en famille. Par exemple aux sports d’hier, pour les professionnels du secteur, difficile d’envisager une énième fermeture des pistes. À qui distribuer les bons ou les mauvais points puisque même le gouvernement croyait dur comme fer à cette sortie de crise ? Pour rappel, dans cet article, Gabriel Attal évoquait les conditions du retrait du pass vaccinal. Vous l’aurez compris, bien malin celui qui pourra prédire ce qui va se passer. D’autant plus, qu’il est impossible de trancher. Et si on demandait aux experts ce qu’ils pensent de cette 6e vague ?

Le comité scientifique divisé sur la 6e vague

Depuis que le virus est présent sur le territoire, ce sont les variants qui ont mis la pagaille. À chaque fois qu’une nouveauté approche, on analyse ce qui se passe ailleurs afin d’anticiper les retombées en France. Dès lors, on se souvient qu’au moment du pic, 600.000 personnes (par jour) avaient un résultat positif. Et ça, sans compter les autotests et les asymptomatiques. L’arrivée de son cousin BA.2 et le fait qu’il commence à devenir majoritaire fait paniquer les autorités. Ont-ils été trop vite en besogne ? À moins d’un mois du premier tour du scrutin présidentiel, certains estiment qu’il s’agisse d’une manipulation afin de glaner des votes.

Heureusement pour nous, l’Institut Pasteur vient de réagir. Après conservation, elle publie un rapport sur la situation actuelle accompagné de quelques prédictions. Selon les calculs réalisés, si 6e vague il y a, elle devait être limitée. Autrement dit, il y aura moins de cas. Certes, cette souche du virus est encore plus contagieuse que la précédente. Or, à l’étranger, hormis les personnes fragiles, il n’y a pas plus de gens en réanimation ni de décès. Chez Objeko, on préfère se ranger du côté des optimistes. Donc, on continue de faire attention à notre entourage en conservant le masque dans les endroits avec du monde (transports en commun, hôpitaux, etc.). Dès qu’on a du nouveau, on vous fait signe, c’est promis !