La vieille dame est interdite d’entrer dans le magasin puis le directeur découvre son identité

Julia ne s'attendait pas à une telle mésaventure pendant sa ballade quotidienne dans les rayons. On vous explique pourquoi elle a été expulsée du magasin et ce qu'il s'est réellement passé...

©capture facebook

C’est l’histoire d’une femme de 92 ans prénommée Julia qui a été interdite d’entrée dans son magasin préféré. Un endroit où elle adorait venir et qui était sa petite sortie quotidienne. Quand on la met dehors et lui refuse l’accès sous prétexte de vol, c’est un coup dur pour la vieille dame. Ce manager a commis une grande faute, car ce n’est pas la vérité. On vous explique tout ce qu’il s’est passé depuis le début.

La vieille dame qui avait un parcours client bien rodé !

Julia aimait tellement ce magasin qu’elle a décidé de ne pas se laisser faire et de revenir quelques jours après son expulsion. Une chose est sûre, le directeur général de l’épicerie qui s’appelle Augustin, ne pensait pas qu’il allait revoir la vieille dame. Mais, qui est-elle réellement ?

Qui est vraiment Julia ?

Quand Julia voulait se changer les idées, elle venait dans son épicerie préférée. Elle flânait dans les rayons pendant de longs moments et elle s’y sentait très bien. En effet, elle était dans ce magasin aussi à l’aise qu’elle l’était chez elle, comme une seconde maison. De plus, cela lui permettait de marcher un peu, de se dégourdir les jambes et de croiser du monde. Pourtant, elle pensait que personne ne l’avait remarqué, mais en réalité, elle était surveillée de près. Le chef de rayon connaissait bien Julia et il avait l’impression que quelque chose clochait dans son attitude. Cette vieille dame passait des heures dans les rayons pour finir avec un seul article à la caisse, et cela, presque à chaque fois. Ainsi, le doute planait sur ses véritables intentions dans le magasin.

Une cliente pas comme les autres

Mais, le chef de rayon avait beau la surveiller, il n’avait rien à lui reprocher. Pas de bruit, pas de casse, pas de vol… Il ne pouvait donc pas la signaler auprès du directeur de magasin. Il avait juste l’impression qu’elle était étrange et il en avait marre de voir son visage traîner pendant des heures dans ses rayons. Alors, il a essayé de réfléchir à un stratagème…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @debout_la_france_42

Un vilain piège

Un jour où la vieille dame fit son apparition dans le magasin, le chef de rayon s’approche d’elle tout sourire…  « Bonjour, puis-je vous aider à trouver quelque chose ? » lui demande-t-il. « Non, merci, » répondit-elle, poursuivant son parcours habituel. Julia avait le dos tourné et le chef de rayon en profita pour glisser une bouteille d’alc**l assez coûteuse dans son grand sac de courses. Il repasse devant elle en lui disant : « D’accord, eh bien, je serai là si quelque chose me vient à l’esprit ! ». Le chef de rayon se rend dans le bureau du directeur du magasin pour accuser la vieille dame de vol. Il lui raconte qu’il a vu « une vieille femme introduire clandestinement une bouteille dans son sac à main ». Alors, Augustin, le directeur du magasin, alla à la rencontre de Julia pour vérifier si les propos étaient fondés.

Arrivée à la sortie, la vieille dame est arrêtée

La vieille dame était sur le point de sortir et Augustin la stoppa net. Gentiment, il lui demande si elle a trouvé tout ce qu’elle voulait et si elle n’avait pas pris un article qui n’était pas à elle. « Madame », commença doucement Augustin. « Ça vous dérange si je jette un œil dans vos sacs ? Cela ne prendra qu’un instant. » Julia commença à être énervée et inquiète. « Maintenant, pourquoi cela serait-il nécessaire ? Je n’ai acheté qu’un seul article ! Et j’ai mon reçu ! Elle agita le reçu devant lui d’une main ridée ». Augustin réussit quand même à mettre la main sur la fameuse bouteille au fond de son sac.

« Quoi ? Non, ce n’est pas possible. Je ne suis même pas passé par l’alc**l ! Cela doit être une sorte d’erreur. Je ne bois même pas ! », hurle la vieille dame. Augustin lui expliqua qu’il avait des règles très strictes et qu’il ne pouvait pas laisser passer cet acte. Même s’il était embarrassé et triste pour cette femme si âgée, il prit la décision de lui interdire de revenir dans le magasin.

Julia était effondrée par cette injustice. En partant, elle se retourna pour faire face au directeur : «Oh, ce n’est pas fini. Je serai de retour ! Mais crois-moi, tu ne vas pas aimer ça », ditelle. Augustin était embêté par les propos de sa cliente. Et si elle n’avait rien volé ? De plus, il était étonné que le chef de rayon soit tellement content de la situation.

La preuve en image

Comme le doute planait toujours dans l’esprit du directeur, il alla visionner les vidéos des caméras de surveillance. Il découvre la vérité sur son chef de rayon. Alors, il prit toutes les mesures nécessaires. Il congédia son employé en qui il ne pouvait plus avoir confiance et attendit patiemment le retour de la vieille dame de 92 ans. Pendant deux jours, Julia n’a pas donné de signe de vie, mais comme elle l’avait dit, elle est revenue. Augustin s’est empressé d’aller à sa rencontre pour lui expliquer toute l’histoire et lui dire qu’elle était la bienvenue dans son épicerie. Tout est bien qui finit bien !