Lait : une explosion des prix et un risque de pénurie menacent la France, la FNSEA alerte

À cause de la sécheresse, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles s'attend à manquer de lait...

© Shutterstock-Lait : une explosion des prix et un risque de pénurie menacent la France, la FNSEA alerte

Aura-t-on du lait encore dans les rayons dans les prochaines semaines ? C’est la question que de nombreuses personnes se posent. À cause de la sécheresse, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles s’attend à passer des moments difficiles. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Les agriculteurs peinent à nourrir leurs vaches

Après la pénurie d’huile, est-ce que ce sera bientôt autour du lait de venir à manquer ? C’est une forte possibilité. Et non, ce n’est pas à cause de la guerre en Ukraine cette fois-ci. En effet, ça peut être l’une des conséquences de la sécheresse. C’est en tout cas ce qu’affirme le président de la commission économique de la Fédération Nationale des Syndicats Exploitants Agricole (FNSEA). Dans une récente interview, ce dernier a expliqué que la sécheresse historique qui touche l’Hexagone handicape fortement la filière.

Il faut dire que puisqu’il manque de pluie, il n’y a pas d’herbe verte. Et malheureusement, qui dit pas d’herbe verte, dit aussi pas de pâture pour les vaches qui sont habituellement dehors l’été : « On a des animaux, qui sont dans les prés habituellement en cette période, qui n’ont plus rien à manger ». Une situation alarmante pour les agriculteurs, qui souffrent des prix déjà très élevés des fourrages et qui sont obligés d’aller piocher dans leurs stocks.

Bientôt une pénurie de lait ?

Comme nous vous le disions précédemment, l’inquiétude est en train de grandir. Et de nombreux éleveurs pourraient venir à manquer de la nourriture pour leurs troupeaux. Notamment sur l’ensemble de l’hiver 2022-2023. C’est pourquoi, ils espèrent tous, une hausse du prix du lait pour compenser les dépenser et assurer la survie de la filière. Pour autant, il prédit aussi un possible manque de lait : »Pour faire du lait, il faut des fourrages, essentiellement de la luzerne et du maïs qui ont peu poussé cette année. Donc on risque de manquer de lait cet automne et cet hiver ».

La question de l’entretien du bétail est elle-aussi sur la table de le FNSEAS. Et là également, l’inquiétude est de mise pour l’ensemble de la profession : »On a une inquiétude sur cet automne qui va arriver très vite avec des éleveurs qui n’auront pas assez de nourriture, pas assez de trésorerie. Tout le travail du ministre doit être fait autour de cela pour éviter que l’on perde le cheptel. Si on perd le cheptel mère, on perd la capacité à produire des veaux pendant trois ans ».

Les agriculteurs demandent de l’aide à l’état pour le lait

Pour éviter une situation catastrophique, les éleveurs espèrent que la structure économique du secteur soit revue. Notamment en ce qui concerne les prix payés aux éleveurs : »Le prix du lait en France est 20 % inférieur au prix du lait payé aux autres producteurs européens, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas ». Il souhaiterait également une aide de la part de l’état : »Il y a un fonds des calamités qui aide les éleveurs à pouvoir avoir accès à des aides qui leur permettraient d’acheter des fourrages ». Reste à savoir maintenant si quelque chose va être mis en place pour éviter une pénurie. Affaire à suivre…