L’arnaque au garage fantôme permet aux conducteurs de ne plus payer les PV, voici comment

La méthode est désormais connue des services de police mais a, encore aujourd'hui, le mérite de fonctionner. Mais comment font ces automobilistes pour ne pas respecter le code de la route sans jamais recevoir la moindre amende ?

© DR

Les amendes sont bien envoyées par l’administration

Avant toute chose, ne pensez pas que ces automobilistes connaissent les bonnes personnes et font sauter les amendes. Non, ces dernières sont bien envoyées. Le problème, c’est que jamais les utilisateurs ne sont retrouvés. Le Journal du Dimanche nous explique leur combine simple, mais efficace.

Les voitures concernées appartiennent, tout simplement, à un garage fantôme. C’est-à-dire que ce garage n’existe tout simplement pas. Les adresses connues sont celles de terrains vagues ou de tours HLM. Ainsi, impossible pour l’administration de retrouver la véritable adresse des conducteurs. Les pistes sont bien brouillées, comme nous le montre l’exemple d’un conducteur VTC.

Ce dernier ne cesse de commettre des infractions, sans pour autant payer le moindre centime. Et pour cause, il loue sa voiture à une première société, qui la loue à une deuxième qui n’existe plus. Mais comment faire ? C’est plus simple que ce que vous pensez. Il suffit de créer sur internet un garage (qui bien sûr n’existera jamais). Il suffit d’usurper une identité pour ne jamais se faire avoir. Par la suite, il est possible de procéder à l’immatriculation vers ce lieu qui n’existe pas. Dès lors, le certificat d’immatriculation renvoie vers un lieu fictif, et non vers une personne physique

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par BlackShark🦈 (@blackshark_rider)

Arnaque : un français victime, le fisc lui réclame 20 millions d’euros

Cette arnaque vous rappelle sans doute un fait divers. Et pour cause, un français est concerné par cette pratique illégale, mais se trouve tout en bas de la chaîne alimentaire. De l’autre côté du miroir en somme. Car quand certains arnaqueurs prennent l’identité d’une personne réelle, c’est cette dernière qui reçoit les amendes.

On apprenait ainsi qu’un gros réseau de malfaiteurs avait trouvé la cible parfaite, un français qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques et qui, en 2016, a ouvert un simple garage. Mais un mois seulement après l’ouverture de sa société, il reçoit plusieurs contraventions pour des véhicules qui ne lui appartiennent pas. Il porte tout de suite plainte, mais en deux ans seulement, ce sont plus de 10 000 véhicules qui ont été achetés… en son nom. Ces voitures ne se contentent pas de circuler partout en France ou à l’étranger. On les retrouve dans des affaires de trafic de drogues, mais également dans des situations bien plus sordides comme des kidnappings. Plusieurs d’entre elles ont également été accidentées.

Arnaque: Ainsi, le propriétaire du garage a fini par être placé en garde à vue. Mais ce n’est pas tout : le fisc lui réclame 20 millions d’euros, comme le rapporte Sud-Ouest. Face à une situation cauchemardesque qu’il tente de régler sans y parvenir, il décide de médiatiser son histoire. Il connaît la force d’internet et espère que son histoire sera entendue. Avec succès puisqu’il passe dans l’émission radio et télé de Julien Courbet, Ça peut vous arriver, le 18 mars dernier. Grâce à l’émission, le défenseur des droits a été saisi.

Mais comment les malfaiteurs ont-ils fait pour réussir à usurper son identité ? Sur les ondes de RTL, la victime explique : « C’est des gens qui avaient le tampon de ma société, les Kbis, des pièces d’identité et ils achetaient en mon nom toutes les voitures ».

Les malfaiteurs sont heureusement arrêtés

Arnaque: Cette histoire trouve une conclusion relativement satisfaisante. Grâce à la plainte de la victime, une enquête est ouverte et le réseau de malfaiteurs est arrêté. On pourrait penser que son calvaire est donc derrière lui. Mais non : « Toutes les voitures qui sont encore en circulation continuent de faire des infractions, mais sont enregistrées au nom du garage, on était sur 20 millions d’euros« . Aujourd’hui, ce sont pas moins cinq millions de véhicules à son nom qui sont encore en circulation partout dans le monde.

Mais comme vous pouvez le constater, ils sont plusieurs à avoir compris comment faire pour échapper aux amendes. On ignore combien ils sont, en France, à procéder ainsi pour ne pas se faire attraper. Mais maintenant que leur magouille est connue, l’administration française travaille sûrement pour démanteler jusqu’au dernier réseau.