Laurence Boccolini se confie sans filtre sur son salaire sur France 2, « divisé par 5 ou 6″…

L'animatrice revient sur son passage entre TF1 et France 2. Notamment sur la question du salaire ! La différence est importante !

© LP/Olivier Arandel

Ce dimanche 19 juin, pendant une interview avec les journalistes du Parisien, Laurence Boccolini a fait quelques confidences... Notamment, sur le salaire qu’elle évoquait pour présenter le programme Tout le monde veut prendre sa place. Pour rappel, avant elle, c’était le célèbre Nagui qui animait l’émission culte. La présentatrice de télévision est plutôt de nature franche, alors, elle n’a pas hésité à révéler que sa rémunération était beaucoup moins élevée actuellement que quand elle travaillait sur la chaîne TF1. En France, c’est un sujet toujours très délicat d’évoquer son salaire, contrairement à d’autres pays… Est-ce qu’elle va faire grincer des dents ?

Laurence Boccolini : une grosse différence de salaire entre TF1 et France 2

C’était le 15 avril 2021, Nagui déclare à nos confrères du Parisien qu’il arrête la présentation du programme Tout le monde veut prendre sa place. En effet, après 15 années de collaboration, il passe son tour. Et c’est Laurence Boccolini qui a eu la chance de reprendre les commandes de l’émission après lui. Voici ce que le compagnon de Mélanie Page expliquait à l’époque aux journalistes : « Cette décision est mûrement réfléchie. Ça fait presque trois ans que j’évoquais le besoin de rafraîchir le jeu, ne serait-ce que pour me renouveler. Je ressentais un décalage entre l’émission et moi. Quand j’en parlais, on essayait de me raisonner. On me demandait si j’étais sûr, si ce n’était pas un passage à vide, si ce n’était pas le blues. On m’a conseillé de prendre des vacances. Mais non. Je n’avais plus l’appétit ».

Quelques mois plus tard, précisément le 9 août 2021, c’est Laurence Boccolini qui fait sa rentrée dans l’émission. Et pour le plus grand pla*s*r des téléspectateurs ! En effet, l’animatrice est très appréciée par les Français en général. Ainsi, cela fait un an qu’elle a la tête du programme phare de France 2. Le jeu va se mettre en pause. Quel est le bilan de Laurence Boccolini après un an d’émission ? Voici ce qu’elle a confié aux journalistes du Parisien, ce dimanche 19 juin 2022.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par mediasinfos (@mediasinfos)

Une période sombre dans la carrière de Laurence Boccolini

Pour rappel, Laurence Boccolini faisait des cartons d’audience dans les années 2000. En effet, à l’époque, elle était sur la chaîne TF1 à l’animation du Maillon faible de 2001 à 2006. Les téléspectateurs ont adoré ce programme de divertissement et son humour autoritaire. Ensuite, elle a animé Money Drop entre 2011 et 2017. En 2020, soit 20 ans après ses débuts avec le groupe TF1, c’est le clap de fin. En effet, l’ancienne compagne de Mister France, Mickaël Fakaïlo, avait déclaré son départ officiel de la première chaîne. Elle a très mal vécu cette période. En effet, Laurence Boccolini avait « la sensation de ne pas être une priorité, d’être devenue un bibelot », racontait-elle en août 2020 aux journalistes du Parisien. Elle a aussi dévoilé récemment à Jordan Deluxe la chose suivante : « Je ne faisais plus rien. Il y a eu l’arrivée d’une nouvelle direction et à partir de là, ben, il ne s’est plus rien passé pour moi ».

En tout cas, la maman de Willow était bien déterminée à tourner la page en 2020. Alors, elle débarque sur France 2, ce qui n’a pas plu à tout le monde. « Je savais où j’allais. Que je pouvais bien le faire, que j’avais travaillé pour. Il faut s’accrocher et réussir à convaincre », confie-t-elle au Parisien quand les journalistes lui ont demandé ses réactions face aux critiques sur ce passage de chaîne.

Une différence colossale de salaire entre les deux chaînes

Une chose est sûre, quand Laurence Boccolini a changé de chaîne, elle savait pertinemment qu’elle n’allait pas toucher le même salaire tous les mois. En effet, elle passait de la première chaîne qui est privée à la seconde qui est publique. En tout cas, cela n’a pas été déterminant dans sa prise de décision. Le plus important n’était pas l’argent, mais la mission. Elle avoue elle-même que « L’argent n’est pas un moteur ». L’animatrice de jeux télévisés poursuit : « Je gagne ma vie, mais il faut diviser par cinq ou six par rapport à un prime sur TF1… Mais je ne peux pas faire les choses si je ne prends pas de pla*s*r ou si je ne travaille pas avec des gens que j’aime bien ». Une belle conclusion sur le bonheur au travail, sur nos valeurs et nos moteurs. À méditer !