Laurent Delahousse accro : cette terrible addiction dont il n’arrive pas à se débarrasser

Le journaliste vedette de France 2 s'est confié auprès de "Libération" pour un portrait inédit. Portrait dans lequel il évoque l'une de ses addictions tenaces.

© DOMINIQUE JACOVIDES-Laurent Delahousse accro : cette terrible addiction dont il n’arrive pas à se débarrasser

Laurent Delahousse acceptait enfin de voir son portrait figé dans les colonnes de Libération. Ce 12 juillet 2022, après 16 ans sur France 2 et 23 ans de journalisme, il se faisait donc finalement à l’idée de voir son nom en grandes lettres dans les colonnes de ce journal emblématique. En effet, il avait longtemps refusé cet interview pourtant célèbre dans la presse.

Mais il n’aillait pas accepter de voir son portrait ressembler à tous les autres. Laurent Delahousse craignait, en acceptant ce genre d’interview, que le public puisse penser le connaître en ne découvrant qu’une partie de lui. Une facette figée par les mots de ses confrères et qui pourrait donc finir par ne plus lui correspondre tôt ou tard. Néanmoins, il s’est enfin prêté à l’exercice et Objeko peut vous dire que son portait est unique.

Laurent Delahousse se veut le plus sincère possible

Le métier de journaliste a tendance à avoir mauvaise presse. C’est un comble mais c’est vrai, le public peut avoir le sentiment que les médias ne véhiculent pas seulement des informations. Le sentiment que ce sont surtout des méthodes pour harmoniser les pensées et lisser les aspérités qui sont répétés dans les médias. Et il semble que Laurent Delahousse sorte de cette case imposée par les mœurs sans trop d’efforts.

En effet, il est un journaliste à part, apprécié par les Français pour son professionnalisme mais aussi pour sa sincérité. La façon qu’il a eu de révolutionner ses journaux télévisés montre qu’il s’attache davantage à la culture et aux personnalités de ceux qui font l’actualité sans doute. Aussi, il n’est pas partisan de s’enfermer dans une image lisse et consensuelle qui devrait être celle de tous les présentateurs télé.

C’est pourquoi, dans son portait chez Libération, c’est sans faux semblants qu’il évoque l’une de ses addictions. Sans pour autant en être fier, Laurent Delahousse préfère sans doute ne pas la cacher. Après tout, beaucoup de Français la partagent et connaissent comme lui la difficulté de s’en défaire.

Une addiction malheureusement commune et terriblement tenace

Sans plus de suspense, Laurent Delahousse est un fumeur invétéré. La cigarette fait partie de son quotidien et il ne parvient pas vraiment à changer ses habitudes dans ce domaine. Pourtant, comme il dit à nos confrères, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Et encore une fois, c’est sans fierté qu’il évoque ce travers.

En effet, le journaliste a essayé de porter des patchs et même de se faire hypnotiser. Mais rien n’a fonctionné, malgré sa volonté d’arrêter, il continue de fumer. Laurent Delahousse va même dire que sa pharmacienne pense encore qu’il a réussi à arrêter puisqu’il continuer de lui acheter des patchs.

Loin de faire la promotion du tabagisme, Laurent Delahousse se montre encore une fois sincère. Et au passage, Objeko n’en doute pas, il va vraisemblablement se réjouir de pouvoir présenter quelques aspérités lors de son interview pour son portrait.