Le calendrier scolaire 2022-2023 déclenche la colère des élèves et des parents

Le calendrier scolaire 2022-2023 fait déjà parler de lui alors qu'il n'a même pas encore commencé. On vous explique pourquoi !

© capture facebook – Le calendrier scolaire 2022-2023 déclenche la colère des élèves et des parents

L’année scolaire 2021-2022 est bel et bien terminée et pour le plus grand bonheur des enfants et des enseignants ! Ainsi, est-ce qu’on se prépare déjà au nouveau calendrier scolaire de l’Éducation nationale ? Quelles surprises nous réservent-ils ? Une chose est sûre, il a déjà engendré les foudres des parents et des professeurs. On vous explique pourquoi !

Les bizarreries du calendrier scolaire 2022-2023 créent la polémique

Certaines familles ne préfèrent pas se pencher sur le nouveau calendrier scolaire et profiter de la période estivale. Et elles ont raison ! Car l’année prochaine risque d’être compliquée pour plusieurs raisons. Pourtant, il va bien falloir y passer et s’organiser en conséquence… Pour respecter les 36 semaines de cours, la rentrée 2022 a été fixée au jeudi 1er septembre, comme le veut la tradition. Jusque-là tout va bien ! Mais, le reste du calendrier scolaire mis en place par le gouvernement réserve quelques bizarreries qui ne sont pas au goût de tout le monde. Les voici ci-dessous !

Une fin d’année scolaire trop tardive

Le calendrier scolaire 2022-2023 commence le premier jour de septembre comme habituellement. Mais, la fin de l’année se termine plus tard qu’à l’accoutumée. En effet, le clap de fin pour les élèves est fixé au samedi 8 juillet 2023 pour les trois zones A, B et C. C’est un peu plus tard que les années précédentes. Sauf en 2016-2017 et les parents s’en souviennent encore ! Cette première découverte énerve les professeurs pour plusieurs choses. L’absence des étudiants en fin d’année et la chaleur !

« Ma classe sera quasiment vide la dernière semaine, les familles seront parties en vacances, surtout si les prix touristiques sont considérés hors vacances, donc moins chers », avoue Hélène, une enseignante d’histoire aux journalistes du Parisien. De plus, elle ajoute également la chose suivante au sujet de la météo : « Plus on avance dans l’année, plus il fait chaud. Déjà ils prévoient 35° un 18 mai, alors un 8 juillet je n’imagine pas la chaleur en classe ». En effet, pas évident de se concentrer quand le thermomètre grimpe…

Une période trop longue entre deux périodes de vacances scolaires

Ensuite, certaines personnes ont mis le doigt sur un autre problème dans le calendrier scolaire, notamment pour la zone A. Il s’agit des villes de Besançon, Dijon, Grenoble, Lyon, Clermont-Ferrand, Limoges, Poitiers et Bordeaux. Pour ces communes, la rentrée des vacances de printemps est fixée au 24 avril 2023. Cela signifie que les étudiants et les enseignants vont travailler pendant deux mois et demi, soit plus de 10 semaines pour arriver au 8 juillet.

Une période beaucoup trop longue et qui dépasse les sept semaines conseillées par les chronobiologistes entre chaque congé. Ainsi, la dernière ligne risque d’être très éprouvante pour tout le monde. À l’inverse, la zone A possède aussi la période de classe la plus courte entre la rentrée des vacances de Noël qui est le 3 janvier et les prochains congés d’hiver qui sont le 4 février.

Calendrier scolaire : un pont unique en 2023

En dehors des périodes de vacances prévues dans le nouveau calendrier scolaire, les ponts ont aussi leurs importances. Hélas, les parents ne vont pas être ravis d’apprendre qu’ils ne vont pas pouvoir en profiter beaucoup… En effet, l’année prochaine, il n’y a qu’un seul pont. C’est au moment du jeudi de l’Ascension, soit le 18 mai 2023. Le ministère de l’Éducation a déclaré que le vendredi 19 et samedi 20, « les classes vaqueront ».

Par contre, la zone A pourra toujours se consoler avec trois lundis fériés, donc trois longs week-ends en perspective. En effet, il s’agit du lundi 1er et celui du 8. La zone B qui sera en congé jusqu’au 2 mai ne profitera que du lundi 8 pour allonger les calendrier scolaire. Quant à la zone C, elle fera sa rentrée le mardi 9 mai. Bien sûr, le lundi de Pentecôte, soit le 6 juin, est aussi férié. Cette fois-ci, les trois zones profiteront d’un long week-end.