Le masque de retour cet été ? Les restaurateurs et commerçants alarmés

Alors que l'été vient seulement de commencer, les chiffres de l'épidémie de Covid-19 repartent à la hausse. Doit-on craindre le retour du masque avant la fin des vacances ?

©Photo d’illustration) afp.com/RAYMOND ROIG

Le retour du masque inquiète en effet de plus en plus de monde. En France, les chiffres qui concernent la circulation du virus de la Covid-19 sont de plus en plus hauts. Les contaminations et le taux d’incidence atteint même des records dans certaines régions. Or, c’est plus que jamais pendant l’été que les Français voyagent. Que ce soit dans les limites du territoire ou en dehors, le virus a donc davantage de chances de circuler.

Or, plus le virus circule aisément et plus les risques sont grands pour les hôpitaux. Personne ne souhaite que les tensions hospitalières soient telles que des mesures gouvernementales soient prises afin de désengorger les hôpitaux. En effet, dans les cas les plus drastiques, ce serait synonyme de reconfinement. Mais avant d’en arriver là, cela voudra aussi dire que le pass sanitaire ou le pass vaccinal pourraient revenir. Et en amont, le retour du masque dans les lieux publics.

Plus le temps passe et plus la population redoute le retour du masque avant la fin de l’été. Certains disent même que ce n’est qu’une question de jours ! Objeko fait le point avec ses lecteurs sur cette inquiétude qui ne cesse de grandir.

Le retour du masque interviendra-t-il cet été ?

Certes, c’est une inquiétude légitime que celle du retour du masque. En effet, ce n’était pas il y a si longtemps qu’il n’a plus été obligatoire de le porter dans les transports en commun par exemple. Actuellement le voilà de nouveau fortement conseillé. Et quel soulagement de savoir que nous n’allions pas avoir du mal à respirer en plein été alors que les chaleurs battent des records. De plus, les Français n’ignorent pas que la période transitoire de sortie d’état d’urgence sanitaire s’étend du 2 juin 2021 au 31 juillet 2022.

En somme, si la situation se dégrade au point de déclencher un état d’urgence sanitaire avant le 31 juillet, ce n’est pas seulement le retour du masque qu’il faudra craindre. Ce sont de nouveaux confinements, des jauges pour les rassemblements et pourquoi pas des couvre-feux. Pire encore, les fermetures des frontières, des restaurants, des théâtres ou des cinémas. En bref, nous avons tous à espérer que la pandémie reste sous contrôle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gouvernement (@gouvernementfr)

Les journalistes chez TF1 sont aussi pleinement conscients des risques du retour du port du masque, un risque imminent. Pour résumer la situation en quelques chiffres, celle de la pandémie qui repart à la hausse, ils évoquent plus de 147 000 contaminations sur 24 heures. Sur la journée du mardi 28 juin plus précisément. Et surtout, ils précisent que ce taux d’incidence n’avait pas été atteint depuis le mois d’avril !

Tout porterait alors à croire que la tendance s’est inversée et que les chiffres vont continuer de grimper plutôt que de baisser ou de stagner. Car c’est 54% de plus qu’une semaine auparavant concernant les contaminations en France. Et si l’on suit cette tendance, l’état d’urgence sanitaire nous pend donc au nez. Le retour du masque deviendrait alors un moindre mal alors que c’est ce que redoutaient en premier lieu les Français.

Une prise de conscience collective, peu réjouissante

Mais à présent, Objeko ne vous cache pas qu’il est difficile de savoir si le retour du masque pourra empêcher le déclenchement d’un état d’urgence sanitaire. C’est pourquoi, toujours d’après les informations fournies chez TF1 Info, certaines villes qui accueillent beaucoup de touristes imposent le port du masque dans leurs rues les plus passantes. Un retour du masque en pointillé qui pourrait donc accélérer la prise de conscience de la population quant à la reprise éclair de l’épidémie.

Le cas des rues de Biscarrosse est cité, dans les Landes. Et quelques témoignages viennent aussi agrémenter cette décision. « C’est bien qu’ils viennent voir notre région, mais je pense qu’ils arrivent avec des petits cadeaux. », déclarait un habitant. Et les petits cadeaux en question sont évidemment l’occasion de faire émerger quelques cas contact… « Pour moi, c’est vraiment du bon sens, autant essayer de limiter les dégâts. », ajoutait un autre habitant.

Evidemment, personne ne peut se réjouir du retour du masque. Car cela signifie se réjouir de la hausse des chiffres de l’épidémie. Mais dans un sens, c’est aussi tenter de se préserver du pire que d’accepter qu’il soit de retour. En effet, même si cela signifie un diminution radicale des risques d’engorgement des hôpitaux, personne ne pourra se réjouir d’un nouveau confinement.

Reste à voir si le retour du masque va se généraliser. Si des décisions vont être prises depuis le gouvernement ou simplement pas les mairies et les préfectures. En attendant, Objeko ne peut que vous conseiller de profiter de l’été, avec prudence. Au moins autant que possible avant que l’épidémie ne soit véritablement hors de contrôle…