Le masque sera-t-il obligatoire dans le train ? Le patron de la SNCF répond enfin !

L'épidémie de Covid-19 remonte dangereusement en France. La question du retour du port du masque est donc sur toutes les lèvres. Faisons le point.

© Yasmina Kattou, édité par Nathanaël Bentura

Le masque obligatoire pourrait en effet être de nouveau d’actualité. Les chiffres de l’épidémie ne sont pas encourageants, ils sont plutôt de plus en plus inquiétants. Ce sont plus de 50 000 nouveaux cas de Covid-19 qui sont recensés tous les jours en France. Et même plus du double depuis quelques jours. Par exemple, le 30 juin, ce sont 133 436 nouveaux cas qui ont été enregistrés.

Ainsi, la question du masque obligatoire dans les transports est de retour. Il avait été décrété qu’il ne l’était plus à la mi-mai. Mais les chiffres remontent en flèche donc tout porte à croire qu’il est de nouveau important de le porter. À la fois pour se protéger et pour protéger les autres. Cependant, va-t-il être obligatoire ? Jusqu’ici, la ministre de la santé, démissionnaire depuis les résultats des élections législatives, annonçait que le masque était fortement recommandé dans les transports en commun.

Suite à cette recommandation, à cette demande de la ministre de la Santé, comment vont s’aligner les transports ? Faudra-t-il obligatoirement porter son masque pour ses trajets ou pourrons-nous avoir le choix, sans pour autant risquer une amende ? Objeko vous rapporte les propos de Jean-Pierre Farandou, le patron de la SNCF. Il était l’invitée de France Inter ce 29 juin dernier.

Le masque obligatoire va-t-il s’imposer cet été dans les transports en commun ?

La ministre de la santé est formelle, il est beaucoup plus prudent de le porter dans tous les lieux clos et confinés. Les transports en commun tels que les trains ne sont donc pas les seuls endroits qui pourraient voir le retour du masque obligatoire s’appliquer. En effet, l’épidémie connaît un sursaut inquiétant pour cette 7e vague. Mais la vigilance des citoyens pourrait peut-être enrayer le phénomène. Comme le rappelle la ministre, d’autres pays européens ont fait face à ce sursaut et il n’a été que de courte durée.

Nous avons peut-être des chances d’échapper au pire si chacun y met du sien. Or, comme de nombreux médias le soulignent, chez RTL ou chez France Inter, les Français n’ont plus envie d’entendre parler du masque. Encore moins durant l’été, pendant les vacances. Alors, la question de son obligation se pose en effet. Mais Objeko ne vous cache pas que si le masque n’est pas imposé, de nombreux Français décideront de ne pas le porter.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gouvernement (@gouvernementfr)

Et il faut aussi noter que la fin de période transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire s’étend du 2 juin 2021 au 31 juillet 2022. De sorte que si les chiffres empirent de trop, l’état d’urgence sanitaire a jusqu’au 31 juillet pour faire son grand retour ! Et avec lui, ce ne sera pas seulement le port du masque qui sera obligatoire. Ce seront aussi les couvre-feux peut-être ou encore l’application des jauges pour des rassemblements. Ou pire encore, les fermetures des frontières et des confinements.

Le rebond de l’épidémie est bien de là

Sur les ondes de France Inter, le patron de la SNCF se veut rassurant. Mais il est aussi complètement conscient des risques. Et d’accord avec la ministre qui conseille fortement le port du masque dans les transports et les lieux clos. « On a toujours été très disciplinés dans l’application des consignes de protection de nos voyageurs et nos salariés. On a fait le pass sanitaire, les confinements et déconfinements. Là, on constate bien qu’il y a un rebond de l’épidémie. », disait Jean-Pierre Farandou.

Un risque que les usagers devront mesurer eux-mêmes ?

Cependant, il ne s’agit pas d’une obligation stricte. Il s’agit plutôt d’une marque de civisme, laissée à la libre appréciation des usagers des transports en somme. « Ce n’est pas obligatoire. Mais on fait appel au sens civique. On sait que le masque est le bon instrument quand on veut assurer cette protection collective. », déclarait-il ensuite.

Pourtant la ministre de la santé avait été plus ferme que ce que nous avons pu rapporter plus haut. Objeko vous l’accorde, elle ne parlait pas d’obligation du port du masque. Mais elle ne se contentait pas non plus d’évoquer une recommandation. « Je ne fais pas que de le recommander, je le demande. », disait-elle, sur les ondes de RTL. Selon elle, il est important que les Français prennent conscience des risques et qu’ils envisagent également de se porter candidat pour recevoir une dose de rappel du vaccin le plus tôt possible.