Le pass sanitaire bientôt obligatoire dans les entreprises pour les salariés ? Les français mécontents !

Aujourd'hui, il est obligatoire d'avoir un pass sanitaire si vous travaillez dans un lieu qui accueille du public. Mais pour les autres travaux, ce n'est pas nécessaire. Jusqu'à présent en tout cas. Le gouvernement envisage en effet d'imposer le pass sanitaire pour toutes les entreprises. Un choix qui s'annonce compliqué à mettre en place.

© RTS

Mieux vaut un pass sanitaire obligatoire qu’un confinement ? 

Pass sanitaire: C’est ce que pense Dominique Carlac’h, présidente de D&Consultants, vice-présidente et porte-parole du MEDEF, et conseillère au CESE. Pour autant, elle n’est pas pour autant pour cette proposition : « Certes, il vaut mieux endosser cette responsabilité de contrôle de nos salariés plutôt qu’un confinement, mais on a le sentiment que c’est une obligation déguisée de la part du gouvernement« . Plusieurs questions restent en suspend pour le moment et la mise en application d’une telle mesure (si elle est prise) s’annonce bien difficile, comme le met en avant Benoît Serre, vice-président de l’Association nationale des DRH sur BFM TV : 

« Ça n’a pas été si simple que cela pour ces deux millions de salariés [déjà concernés par le pass sanitaire], et ce ne sont que des activités comparables qui sont assez bien définies. Si demain le gouvernement annonçait le pass sanitaire pour toutes les entreprises, quelle que soit leur activité, quelle que soit leur taille et quelle que soit leur localisation, ce serait plus compliqué« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par FemmExpat (@expatcommunication)

Que risquent les employés sans pass ? 

Les syndicats s’opposent à cette proposition. Philippe Martinez (secrétaire général de la CGT) parle d’une solution « absurde et totalement inefficace« . D’autant plus qu’elle soulève une question : qui vérifie les pass ? Les plus grosses entreprises peuvent envisager d’embaucher une personne à l’entrée chargée de faire cela. Mais pour les plus petites ? Et cela reste de l’argent dépenser dans un moment de crise. Et que risque une personne qui se rend sur son lieu de travail sans pass ?

« On fera ce que prévoit la loi. Effectivement, on les mettra en dehors de l’entreprise, quitte à suspendre les salaires. C’est une perte de compétence, une mauvaise ambiance dans l’entreprise, de l’angoisse. Ce n’est pas ce que nous souhaitons, mais s’il faut en passer par là, nous le ferons, c’est notre devoir de responsabilité », a indiqué sur RMC le président de la CPME Ile-de-France, Bernard Cohen-Hadad. Ce dernier préférerait une vaccination obligatoire, ce serait pour lui une mesure « plus simple, plus lisible« . 

Un entre-deux est-il envisageable ? 

Benoît Serre pense qu’il vaut mieux durcir certaines mesures avant d’envisager de rendre obligatoire le vaccin pour les salariés. Pour lui, le pass sanitaire doit être imposé « pour entrer dans le restaurant d’entreprise (ou) pour rejoindre une réunion de plus de trente personnes« . On oublierait donc l’idée d’un pass sanitaire pour l’entreprise dans son entièreté. 

Cette possible solution risque de provoquer la colère de certains français, qu’ils soient favorables ou non au pass sanitaire. Pour certains, c’est le vaccin en lui-même qui dérange, avec la crainte d’effets indésirables pouvant entraîner la mort. Pour d’autres, c’est l’idée de décliner constamment son identité en montrant son pass qui pose problème. Le gouvernement sait qu’il n’existe pas de solution consensuelle. Certains français seront forcément mécontents. Face à l’épidémie qui prend une réelle ampleur, Emmanuel Macron veut sans doute éviter à tout prix un nouveau confinement, ou un couvre-feu. 

Les français n’en veulent plus. Les confinements et couvre-feux ont fragilisé notre économie, notre santé mentale, notre vie sociale. Enfermer à nouveau les français chez eux serait faire un aveu de faiblesse et prendre le risque que le nouveau confinement soit encore moins respecté que le précédent. 

Pass sanitaire: Une situation sanitaire qui se dégrade ! 

En revanche, on peut bien se douter que les discussions et réunions concernant l’avenir se font chaque jour au sein du gouvernement puisque la situation sanitaire est comparable à celle de l’année dernière. Les spécialistes le disent : il faut mettre en place des mesures pour le nouvel an, afin d’éviter que de nombreux clusters ne se développent partout en France. 

Le couvre-feu et l’interdiction de se déplacer d’une région à une autre (en plus de certaines mesures prises par les préfets en fonction de la situation propre à chaque région) semblent être les options les plus évidentes. Serons-nous privés de fête cette année, une nouvelle fois ? On ne devrait plus trop tarder à le savoir.