Le poisson est-il bon pour votre cholestérol ? Faut-il le privilégier ou le bannir ? La réponse ici

Découvrez toutes les réponses aux questions concernant le régime alimentaire qui convient aux personnes qui veulent surveiller leurs taux de cholestérol.

© DR

Cholestérol et régime alimentaire vont de paire quand il s’agit de santé. En effet, un régime alimentaire adapté permet de réguler les taux de bon et de mauvais cholestérol. En règle générale, il convient de limiter les aliments gras, trop salé ou trop sucré. Mais certains aliments sont considérés comme étant riches en gras et ne sont pas pour autant mauvais pour la santé de l’organisme. Etant donné que la santé commence dans l’assiette, regardons de plus près le cas du poisson. Est-il conseillé ou est-il à proscrire des régimes alimentaires les plus sains ? Doit-on en consommer régulièrement ou totalement l’éviter lorsque l’on adopte un régime pour réguler son cholestérol ? Objeko vous invite à découvrir les réponses à ces questions. Des réponses détaillées par nos confrères du magazine Presse Santé et que nous allons vous résumer.

Cholestérol: le régime alimentaire à suivre

Avant de commencer, il convient de distinguer le bon et le mauvais cholestérol. Les deux sont présents dans l’organisme et sont nécessaires à son bon fonctionnement. Comme tout dans la vie, ce sont les excès qui sont néfastes. Mais attention également à ne pas supprimer toute source d’apport en graisse sous peine de dérégler aussi le métabolisme. Il faut donc avant toute chose différencier le cholestérol HDL du cholestérol LDL. Le HDL est celui qui est bénéfique à l’organisme. Il va récupérer les graisses et permettre leurs transformations. Quant au LDL, le mauvais, il disperse les graisses pour les apporter aux cellules qui en ont besoin. Mais lorsqu’il est présent en excès dans l’organisme, il va encombrer les artères et augmenter les risques de maladies cardiovasculaires.

En somme, c’est du cholestérol LDL qu’il faut se méfier. Maintenir son taux à de bas niveaux permettra à l’organisme d’être en bonne santé. D’autant que les risques de maladies cardiovasculaires sont augmentées selon la prise de certains médicaments, la consommation de tabac ou encore une exposition à des situations stressantes par exemple. Cependant, adapter son régime alimentaire n’est pas aussi facile qu’il n’y parait. Notamment lorsque le poisson intervient. En effet, le poisson a la réputation d’être riche en graisse et en oméga-3 également. Mais cela est-il compatible avec les régimes alimentaires qui visent à faire baisser le taux de cholestérol dans le sang ?

Le poisson: ennemi ou ami ?

Comme tout dans la vie, Objeko vous le disait plus haut, ce sont les excès qui font prendre des risques à notre santé. Même lorsqu’il s’agit d’eau citronné, il ne faut pas en abuser sous peine de développer des problèmes dentaires. L’acidité du citron peut attaquer l’émail et fragiliser les dents. Or, les dents sont directement liées au cœur. De sorte que laisser trainer des problèmes dentaires peut avoir de lourdes conséquences sur la santé du palpitant. Concernant le poisson, c’est le même type de vigilance qu’il faudra donc appliquer. S’il fait partie des régimes d’une alimentation équilibrée et variée, il ne faudra pas en abuser.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 3MumFood (@3mumfood)

Pourtant, le poisson possède une réputation qui le classe dans la case des aliments bons pour la santé. Qu’il soit gras ou maigre, il est en effet pauvre en graisses saturées. Et ce sont elles qui doivent être évitées pour maintenir un taux de cholestérol LDL bas. Néanmoins, il contient des acides gras. Dès lors, la question se pose de savoir s’il faut le privilégier ou le proscrire de ce type de régime alimentaire. Or, bien que cela puisse paraitre contre-intuitif, Objeko a pu apprendre auprès de Presse Santé que les acides gras oméga-3 favorisent la réduction de risques des maladies cardiovasculaires. Celles-là même qui engendrent le mauvais cholestérol en excès dans l’organisme. Il faudra donc manger du poisson mais avec parcimonie. Nos confrères évoquent ainsi une quantité par semaine qui ne devra pas dépasser les 50 grammes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Priscilia (@cuisine_saine_delicieuse)

Enfin, certains poissons sont plus recommandables que d’autres. Le saumon, le maquereau, le cabillaud ou encore les sardines sont des poissons qui peuvent faire partie d’un régime alimentaire pauvre en cholestérol en somme. Et avec eux nous pouvons retrouver les anchois, le bar, la morue, le merlu, le hareng, le thon ou encore la truite. Cependant, une dernière vigilance s’impose pour maintenir son taux de cholestérol LDL au plus bas. Et cela concerne la méthode de cuisson du poisson. Oubliez alors la friture et privilégiez les grillades, pochades ou cuisson au four en papillote.