Le prince Harry : sa demande que la reine Elizabeth II refuse catégoriquement !

Quand on quitte la couronne, on laisse aussi derrière soi beaucoup d’avantages et de privilèges. Le prince Harry le savait, mais est-ce qu’il avait mesuré la teneur de son choix ? Objeko vous explique ce que sa grand-mère lui refuse…

Le prince Harry : la reine Elizabeth II refuse de lui accorder sa protection
© Agence/Bestimage

Le prince Harry n’est pas revenu en Angleterre depuis le fameux « Megxit » en 2020. La reine Élizabeth II n’a pas vu son petit-fils depuis maintenant deux ans. De plus, elle a à peine profité d’Archie qui est né au Royaume-Uni. Mais, elle n’a pas vu en vrai son arrière-petite-fille Lilibet. Le prince Harry explique que la sécurité de la famille est compromise sur le sol britannique. Celui-ci a demandé une protection policière, mais en quittant la famille royale, il a renoncé à tous ses avantages…

Le prince Harry n’a pas réalisé les conséquences de son choix ?

Un communiqué officiel nous apprend que le prince Harry ne peut pas revenir si facilement que ça sur le terrtoire anglais. En effet, il a peur pour son épouse Meghan Markle et ses deux enfants. « À la naissance Harry a hérité de risques inhérents à son statut et ce à vie. Il reste sixième dans l’ordre du trône, a servi par deux fois au combat en Afghanistan et ces dernières années sa famille a été l’objet de sérieuses menaces par des groupes Néo Nazis et extrémistes« , est-il expliqué dans le document. On pouvait aussi lire les éléments suivants : « Si son rôle au sein de l’institution a changé, il reste un membre de la famille royale, et à ce titre, les menaces qui pèsent contre lui ou contre les siens n’ont pas changé« . Alors, on comprend bien que le prince Harry doit avoir une protection s’il remet un pied en Angleterre.

Il n’a plus aucun avantage comparé à d’autres…

Le communiqué rappelait également que le duc de Sussex n’est pas le premier à avoir quitté la famille royale. Pourtant, les personnes qui se sont éloignées de la couronne profitent encore de la protection de la police « sans le moindre frais à leur charge. » Par exemple, on peut citer le prince Andrew. En effet, en raison de l’enquête policière contre lui pour agression sex*elle et le procès qui va se tenir, la reine Élizabeth II lui a retiré tous ses titres, notamment militaires. Par contre, ce dernier conserve quand même l’avantage d’avoir une importante sécurité autour de lui. En plus, ce service est payé par les contribuables anglais…

Le prince Harry a expliqué que « le Royaume-Uni sera toujours la patrie du prince Harry et un pays dans lequel il veut que sa femme et ses enfants soient en sécurité« . Selon les informations, « Le duc a d’abord proposé de payer personnellement la protection de la police britannique pour lui-même et sa famille en janvier 2020″. D’après le Daily Mail, sa proposition lui a été refusée pour la raison suivante : « Scotland Yard n’est pas disponible à la location« . La reine Élizabeth II aime profondément son petit-fils et elle a toujours accepté son caractère, mais cette fois-ci, elle ne semble pas vouloir céder.

Condamné à rester loin de l’Angleterre ?

Une source déclarera : « Sa Majesté n’a rien à voir là-dedans. Elle ne cédera certainement pas à ses exigences. C’est l’affaire du gouvernement de Sa Majesté. La protection policière, ce n’est pas un cadeau que la reine peut décider de donner ou de retirer. » Une autre : « Très franchement, entre les problèmes de santé de la reine et le prince Andrew qui risque un procès pour abus sexuel, une guerre entre son petit-fils et le gouvernement, c’est la dernière chose dans laquelle elle veut se laisser entraîner. »

La rédactrice en chef de Majesty Magazine, Ingrid Seward, nous a donné son point de vue sur la situation du prince Harry. Elle explique qu’il est devenu « un simple citoyen comme nous tous. Vous ne pouvez pas utiliser The Met [la Metropolitan Police, ndlr] comme une force de police privée – ce n’est pas sa fonction. Quand Harry a pris la décision de sortir du giron de la famille royale, il n’a peut-être pas réalisé dans quel piège il mettait le pied ».

Celle-ci a rajouté :  » On compatit, mais c’est la loi et il n’y a pas réfléchi. Il a toujours été paranoïaque à propos de la sécurité parce qu’il était officier en service en Afghanistan. Mais il ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Harry s’est mis dans cette situation, comme on fait son lit on se couche. S’il ne peut pas faire venir sa famille au Royaume Uni, et bien tant pis. « 


Celine Cossa

A la base, chargée de communication dans l’édition, j’ai donc déjà une expérience dans l’écriture et l’image. De nature très curieuse, je me suis toujours intéressée aux médias, à l’actualité et à la culture au sens large. Ainsi, associer mon amour des mots et mon goût pour les news a été une évidence !