Léa Salamé piège Olivier Véran : gros malaise sur On est en direct sur France 2

Olivier Véran humilié en direct à la télévision, ça pique !

©Arcadi

Olivier Véran : un ministre de la Santé en pleine crise sanitaire

La crise sanitaire de la COVID-19 commence enfin à toucher à sa fin. C’est un véritable soulagement, après deux longues et éprouvantes années. Les gouvernements du monde entier ont été sous le feu de la critique pour leur gestion de la pandémie. Olivier Véran n’y a pas non plus échappé. Tout juste arrivé au Ministère des Solidarités et de la Santé, il s’est retrouvé à devoir gérer la pandémie de COVID-19 alors que celle-ci était au plus fort.

Les décisions à prendre ne furent pas faciles. Et force est de constater qu’elles furent aussi impopulaires. Les « Gaulois réfractaires”, comme disait Emmanuel Macron, se sont opposés au port du masque, au confinement, et au couvre-feu. Chacune de ses mesures a divisé la France. Cependant, il faut noter qu’une grande partie de la population a compris l’intérêt de la distanciation sociale pour lutter contre la transmission de la terrible maladie. 

Olivier Véran a toutefois perdu des points supplémentaires en mettant en place le Pass Sanitaire. Ce passeport, servant à limiter les contacts entre personnes vaccinées et non-vaccinées dans les lieux publics, est très impopulaire. De nombreuses manifestations ont eu lieu tous les weekends dans les grandes villes contre cette mesure jugée “autoritaire”. Le variant Omicron n’a pas vraiment arrangé les choses, tout comme la mise en place du pass vaccinal à la place du pass sanitaire. Désormais, le ministre est également le porte-étendard de son patron pour l’élection présidentielle qui arrive à grand pas.

Olivier Véran sous le feu de Léa Salamé

Les élections présidentielles de 2022 sont à nos portes. Cette campagne un peu particulière, entre crise sanitaire et guerre en Ukraine, a pendant longtemps occupé une place moins importante dans les médias. Toutefois, nous sommes désormais en plein feu de l’action, et Olivier Véran est là pour défendre son patron, le président sortant Emmanuel Macron. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @cyrilfricaud_tv

Le Ministre de la Santé s’est ainsi retrouvé face à la crème de la crème du journalisme français : Léa Salamé. La journaliste, toujours très consciencieuse dans ses choix de questions, n’a pas hésité à attaquer directement avec des questions de fond, dont les réponses ont un fort impact sur la vie des français pour les 5 prochaines années.

Elle a donc tout naturellement demandé au ministre quelle était la date d’anniversaire du candidat qu’elle soutient. Celui-ci a répondu : “C’était il n’y a pas longtemps, il y a quelques semaines”. À l’heure du fact-checking intensif, les équipes de France 2 ont pu directement souffler à Léa Salamé qu’il s’agissait en fait du 21 décembre. Olivier Véran, dos au mur, a répondu : “J’ai perdu un peu la notion du temps depuis deux ans, donc il ne faut pas m’en vouloir. Et disons que j’ai moins le culte de la personnalité, peut-être, que La France insoumise et que le Rassemblement national.” Bien envoyé ! 

C’était sans compter sur une autre question piège de très grand intérêt posée par Léa Salamé. La journaliste lui a ensuite demandé quel était le plat préféré de Brigitte Macron, ce à quoi le ministre n’a pas non plus su répondre. Quelle honte pour la République ! Après son humiliation, Olivier Véran s’est tout de même rattrapé en donnant des réponses argumentées sur des sujets moins importants tels que l’emploi, les retraites, ou encore l’environnement. 

Macron : le président sortant aux portes des élections

Olivier Véran est ainsi venu défendre le président sortant sur France 2. En effet, Emmanuel Macron n’est plus simplement le président de la République, il est également candidat. Et il semblerait qu’il soit bien placé pour remporter une fois de plus un nouveau mandat. Pourtant, ses mesures ne sont pas parmi les plus populaires. Il semblerait que le candidat du mouvement En Marche soit un peu trop sûr de lui, et enchaîne les propositions polarisantes. On pense notamment à l’idée de conditionner le RSA à une activité professionnelle, qui fait grand débat à gauche comme à droite. 

Toutefois, Emmanuel Macron a un réel avantage pour ses élections présidentielles : sa concurrence. Valérie Pécresse, qui devrait être sa principale challenger, est la risée de la droite. Elle manque de soutien, même dans son propre camp, et tente de grappiller des voix à l’extrême-droite. En parlant d’extrême-droite, Marine Le Pen s’essouffle elle aussi. Les plus extrêmes de ses partisans rejoignent Eric Zemmour. Même Marion Maréchal, sa nièce, préfère soutenir le polémiste. À gauche, Jean-Luc Mélenchon fait une belle montée dans les sondages, mais il reste toujours loin de la droite la plus modérée.

Pour ce qui est du Parti Socialiste, ou encore du Parti Communiste, il y a très peu de chances que ceux-ci atteignent le second tour. Et il y a bien sûr les plus petits candidats, de droite comme de gauche, qui n’atteindront qu’une poignée de pourcentages. Les prochaines semaines, et les différentes décisions que le président Macron devra prendre, pourront bien déterminer sa position dans l’élection de 2022 en tant que candidat…